SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

GP de Galice

Cammas rey de las manchas

Groupama 2 ne laisse qu’une manche à ses adversaires

dimanche 17 juillet 2005Information ORMA / Multi Cup 60’

Groupama-2 s’impose une nouvelle fois, sa quatrième victoire en Grand Prix depuis sa mise à l’eau en juin 2004 : à Vigo, Franck Cammas et ses dix équipiers ont survolé les débats en remportant cinq manches sur six courues plutôt dans de petites brises, ne finissant qu’une seule fois... second, suite à un départ mal négocié.

Il n’y a plus de questions à se poser : le dernier-né des trimarans conçu en collaboration entre les architectes Vincent Lauriot-Prévost et Marc van Peteghem, Martin Fisher, Mike Kermarec et le team technique de Groupama, est sans conteste un multicoque plus rapide que ses concurrents. En 33 manches courues depuis le Grand Prix de Corse 2004, première apparition en course de Groupama-2, le trimaran vert a remporté 28 manches lors de cinq Grand Prix ! Car la mise au point n’a pas été longue : à part un crack sur l’attache du vérin hydraulique (GP de Corse 2004) et une délamination au niveau du bras de liaison (IB Group Challenge 2005), le trimaran a été dès sa sortie de chantier en juin 2004, parfaitement optimisé à tous les niveaux. Car comme sur une voiture de course qui doit intégrer trois facteurs fondamentaux, un multicoque doit prendre en compte des paramètres similaires : un châssis (la plateforme), des pneumatiques (les appendices) et un moteur (les voiles).

Plus vite, plus haut, plus fort...

Côté plateforme, Groupama-2 se différentie par ses flotteurs très fins, en « taille de guêpe » à l’étrave, par ses bras de liaison en croix très rapprochés, par son mât reculé de 60 cm par rapport aux autres trimarans, par la moindre épaisseur des bras de liaison et par un gain de poids d’environ 200 kg. Côté appendices, le trimaran vert a aussi une dérive très fine, à faible corde et à grand trimmer (partie arrière de la dérive qui s’oriente jusqu’à 8° et représente 28% de la surface antidérive), des safrans très allongés et des foils à forte courbure (3 mètres de rayon au lieu de 4 m pour les autres trimarans). Enfin côté voiles, le recul du mât réduit certes un peu la surface de la grand voile, mais le génois est plus reculé pour un même allongement du gréement et un rendement aérodynamique optimisé. La différence se joue donc au portant avec des gennakers plus grands et en terme de cap au près car l’étai tenant le génois étant reculé, la flèche (déformation du câble sous la charge) est réduite ce qui permet de gagner un ou deux degrés en cap.

Plus léger, Groupama-2 réagit plus vite à la risée et transforme immédiatement une accélération du vent alors que les autres trimarans encaissent la pression avant de la transférer en propulsion. Plus léger, il est aussi plus réactif au portant et plus facile à relancer après une manœuvre (virement de bord, empannage). Plus toilé et plus léger au portant, son ratio puissance est un peu meilleur que les autres, ce qui lui permet aussi de descendre plus bas lorsqu’il faut tirer des bords au vent arrière. Aéro et hydrodynamisme optimisés, Groupama-2 est aussi capable de faire un petit peu plus de cap que les autres trimarans, ce qui est capital lors des phases de contacts rapprochés pour réaliser un léger décalage sur un départ, un gain en latéral pour passer une marque...

Au total, ces petits « plus » ne sont pas énormes pris un par un, mais le cumul permet à Franck Cammas de s’extirper de situations intenables pour tout autre bateau et de grappiller quelques dixièmes de nœud lorsqu’il navigue dans une brise stable. Il faut vraiment qu’il soit enferré lors d’un départ, pour que Groupama-2 ne puisse pas gagner comme se fut le cas seulement deux fois depuis le début de la saison : à Marseille et à Vigo où bloqué par ses concurrents, il mit deux tours pour revenir aux avant-postes...

Bataille pour un dauphin

Pour ce Grand Prix de Galice, Groupama-2 a confirmé clairement ce qui se percevait au fil des manches précédentes : plus à l’aise dans tous les secteurs du jeu Jeu #jeu , il continue son cavalier seul en tête avec une seule manche sur six où il n’est pas franchement devant ! Mais pour attraper la seconde place, la bataille a été de toute beauté entre Banque Populaire, Géant et Gitana 11. Chacun encaissa une ou deux mauvaises manches, par manque d’inspiration tactique ou pour de petites erreurs de manœuvres, mais les trois étaient très accrocheurs. Après son « coup de mou » samedi, Pascal Bidegorry marquait une grande sérénité en finissant troisième le matin et vainqueur l’après-midi, restant le seul à contenir les assauts de Franck Cammas, très mal parti et quatrième à la première marque au vent, mais qui gagnait une place à chaque tour !

Michel Desjoyeaux fait lui aussi un beau Grand Prix de Galice mais malgré une série de secondes places, deux contre-performances l’empêchent de viser mieux que la troisième marche du podium. Frédéric Le Peutrec marque un palier dans son score depuis le Grand Prix de Calvi et se voit donc mis plus en ballottage face à des concurrents de plus en plus percutants. Quant à Thierry Duprey du Vorsent, il réussit une belle manche de quatrième le premier jour mais ne peut décidemment pas contrer ses concurrents avec son moindre potentiel dans les petits airs et Armel Le Cléac’h, qui joue souvent de malchance, semble avoir une bonne marge de progression. Prochain rendez-vous à Fécamp mi septembre...

• Classement du Grand Prix de Galice (6 manches )

- 1-Franck Cammas - Groupama-2 (1+1+1+1+1+2) 7 points
- 2-Pascal Bidegorry - Banque Populaire (2+3+4+3+3+1) 16 points
- 3-Michel Desjoyeaux - Géant (5+2+2+2+5+3) 19 points
- 4-Frédéric Le Peutrec - Gitana 11 (3+4+3+4+2+4) 20 points
- 5-Armel Le Cléac’h - Foncia (6+7+5+5+4+5) 32 points
- 6-Thierry Duprey du Vorsent - Gitana X (4+5+6+6+6+6) 33 points

- Michel Desjoyeaux : « Groupama est un avion de chasse et nous, nous jouons en atmosphérique. Aujourd’hui, il est difficile à prendre. Mais une chose est sûre, nous sommes plus à l’aise qu’au début de saison, notamment au près. Trois bateaux se bagarrent entre eux et un devant qui est imprenable. Ce qui est très satisfaisant, c’est qu’il existe maintenant une excellente cohésion au sein de l’équipage ! »


Groupama 2 le mangeur de manches

- Vincent Lauriot-Pévost (architecte) : « Groupama-2 est surtout plus à l’aise : le bateau est plus réactif, particulièrement au portant en raison du gain de poids. Au près, l’aisance se compte surtout en terme de possibilités à faire du cap. Il n’était pas évident au départ de dessiner une plate-forme avec des bras en « croix » car le devis de poids est plus important. En revanche, cette géométrie permet de bien centrer les manœuvres, les masses, d’avoir un cockpit plus ergonomique, plus spacieux, d’installer les vérins de haubans le long du bras arrière et d’obtenir plus de raideur structurelle de la plate-forme. Les flotteurs ont des entrées d’eau très fines, en « taille de guêpe » : la seule incertitude par rapport aux autres dessins concerne le comportement du bateau au vent de travers musclé dans la mer formée. »

- Franck Cammas : « La naissance de Groupama-2 part d’une idée simple : les entrées d’eau devaient être les plus fines possibles pour le près et les formes arrières plutôt porteuses pour la glisse sous gennaker. De ce principe a découlé un bateau avec un centre de gravité reculé, des centres de carènes plus sur l’arrière. Cette configuration entraînait aussi un mât reculé pour équilibrer le plan de voilure et éviter la tendance à l’enfournement. Groupama-2 a une bonne glisse, peu de bruit lors de son passage dans l’eau, il est plus léger que prévu donc plus réactif, il descend mieux au portant, il demande moins de relance en sortie d’empannage, il a une plus rapide accélération dans la risée, une grande capacité à faire du cap. »

• Caractéristiques de Groupama-2
- Architecte : VPLP-Martin Fisher-Mike Kermarec
- Constructeur : CDK-Décision-Gepeto
- Mise à l’eau : juin 2004
- Longueur hors tout : 21,00 m
- Longueur coque centrale : 18,28 m
- Largeur hors tout : 18,00 m
- Poids lège (Grand Prix) : 5 100 kg
- Tirant d’eau : 4,90 m
- Surface grand voile : 175 m2
- Surface génois : 125 m2
- Surface gennaker : 260 m2

• Palmarès Groupama-2
- GP de Corse 2004 : 3e sur 5 manches (1+1+11+1+4)
- GP de Marseille 2004 : 1er sur 6 manches (2+1+1+1+1+1)
- GP de Corse 2005 : 1er sur 7 manches (1+1+1+1+1+1+1)
- GP de Marseille 2005 : 1er sur 9 manches (1+1+4+1+1+1+1+1+1)
- GP de Galice : 1er sur 6 manches (1+1+1+1+1+2)


Dans la même rubrique

GP de Vigo : Armada de coques en Espagne

Cadix - San Salvador : Coville vole le record de l’Atlantique Sud de Joyon

ORMA • GP Marseille : Cammas encore et toujours !

Giraglia Rolex Cup : Encore une victoire pour Franck Cammas !


A la une