SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Jacques Vabre

Sergio Tacchini endommagé retourne à Port-la-Forêt

La Rage de Vivre abandonne

mardi 6 novembre 2001Information Transat Jacques Vabre

Les concurrents mis à rude épreuve, par les conditions météo et pour certains, par la casse sur leur bateau, et déjà des escales programmées et un abandon… Dans les trois classes, les leaders poussent leurs machines aux limites de ce qu’ils jugent raisonnable... et ça tient !

image 300 x 158Sergio Tacchini. Photo : G.Martin-Raget / Royale Production

Premier abandon depuis le premier départ, samedi 4 novembre, de la 5e Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015  : victimes d’une rupture de safran, Loïc Pochet et Patrick Tabarly ont annoncé mardi matin le retrait de La Rage de Vivre de la course. « J’étais à la barre », explique le skipper du monocoque de 60 pieds, « le vent soufflait à 30 noeuds, la mer était formée, nous portions le génois et la grand voile à un ris, bâbord amure (le vent venant de la gauche), lorsque j’ai entendu un grand choc. Je ne sais pas ce que nous avons heurté. Le safran tribord a été cassé net. Aussitôt, le bateau est parti au lof (ndlr : il a dérapé vers le vent devenant incontrôlable) ». Loïck et Patrick ont roulé le génois, affalé la grand voile, hissé la trinquette à l’avant, puis rangé le bateau. Ils font actuellement cap au nord-ouest en attendant le nord-ouest qui leur permettra de faire route vers Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. .

Sur Sergio Tacchini, l’équipage soutenu par son équipe à terre s’interroge. N’arrivant pas à se résoudre à l’abandon, Karine Fauconnier, Franck Proffit et l’assistance du trimaran étudient les solutions. A la mi-journée, l’équipage exténué prenait un peu de repos afin d’avoir l’esprit plus clair pour prendre une décision et pour se remettre de leurs émotions. « En fin de nuit, nous venions de rouler le gennaker, car le vent était monté à 40 nœuds, quand le bateau s’est fait embarqué par une vague et est parti au lof. Le gennaker qui n’était pas totalement enroulé s’est déroulé à nouveau », raconte Franck. « Francky a pris l’autre barre et à deux, nous avons essayé de le faire abattre (l’éloigner du lit du vent) », poursuit Karine. Quand les deux barreurs parviennent à maîtriser la machine, le changement de cap (l’abattée) est assez violente, le gennaker se regonfle violemment, arrachant le tangon encastré dans l’étrave de la coque centrale.

Dans la manœuvre, la grand-voile est projetée contre les galhaubans qui retiennent le mât, cassant 4 lattes. Franck fait le bilan : « Le gréement est aussi endommagé, nous n’avons pas assez de lattes pour remplacer celles qui sont cassées, la grand-voile est un peu déchirée et nous avons un peu de strat (réparation de la coque) à faire. De plus, Karine a pris un coup de tangon et possède un bel œuf sur le front ! ». A la vacation de la mi-journée, Sergio Tacchini naviguaient sous mât seul, cap au nord-ouest, à la recherche d’un vent et d’une mer moins forts. A 17h, ils décidaient de mettre le cap sur Port-La-Forêt mais ne parlait pas d’abandon.

Pour tous, il n’est pas facile de savoir jusqu’où ne pas aller trop loin. A bord de tous les bateaux de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 , les duos de marins doivent sans cesse s’interroger : Spi ou gennaker ? Gennaker ou solent ? Solent ou trinquette ? Grand voile haute ou un ris ? Un ris ou deux ris ? La dépression qui est devant, par où allons-nous la passer ? Dans son est ou dans son ouest ? Alors on hésite, on se dit qu’on va bientôt recevoir les positions ou le message du routeur. On prend finalement la décision de réduire ou de renvoyer. Du coup les manœuvres se font souvent dans des conditions limites, même pour un équipage de deux marins aguerris, mais qui n’ont dormi pour certains pas plus de trois heures depuis le départ du Havre. Dans une mer formée et par 30 ou 40 nœuds de vent, il est prudent de confier la barre à l’homme plutôt qu’au pilote automatique. D’une main, on tente parfois d’aider le collègue qui se retrouve tout seul à la manœuvre, mais malgré tout, il doit se débrouiller en partie seul pour enrouler la voile, affaler, ranger. Le moindre morceau de tissu qui traîne sur le pont peut être entraîné à la mer par l’eau qui déferle en permanence sur la plage avant. C’est ce qui est arrivé à plusieurs monocoques, sur lesquels on avait jamais vu autant d’avaries de voile…

Dominique Wavre sur Temenos a bien cru qu’il allait passer à l’eau quand son spi aspiré par la vague d’étrave, l’a entraîné sur plusieurs mètres sur le pont. Dominique et sa compagne Michèle pensaient qu’ils avaient déjà leur compte, mais ce mardi matin deuxième gros vrac : « Le bateau a fait un départ à l’abattée. Le gennaker s’est déchiré, toutes les lattes de la grand-voile sont cassées… ». Pour le Suisse et sa compagne, l’escale prévue à Madère pour récupérer un spi neuf s’annonce sans doute plus longue que prévue.

Escale également prévue pour Bobst Group, qui doit également récupérer un spi. Spi déchiré aussi sur Sollac. « Nous avons réussi à le ramener à bord », rassure Eric Drouglazet, « et Joé qui est voilier va essayer de faire un peu de couture ». Sur le monocoque de 50 pieds Setrabio, le spi s’est enroulé autour de l’étai : « Nous n’arrivons pas à l’affaler, même en montant dans le mât », raconte Jean-Pierre Amblard qui envisage aussi une escale à Madère.

Pendant ce temps, les leaders cavalent. Les voix des marins trahissent la fatigue et la tension. Sur Bonduelle, qui a gardé la tête de la flotte des multicoques jusqu’à ce soir, Jean Le Cam et Jacques Caraes tentent de remettre de l’ouest dans leur sud, afin de se recaler plus proche de la route de leurs adversaires. Mais il semblerait qu’ils choisissent de passer à l’est de la dépression qui s’est plantée devant eux. Une dépression pas très creuse, donc avec des vents plutôt mous. Les partisans de l’option ouest ( Belgacom, Fujicolor, Foncia…), vont tenté de passer dans son ouest. Groupama, à mi chemin entre les deux options, vise la proximité du centre. Même interrogation chez les monocoques. Nouveau leader des 60 pieds, l’équipage d’Ecover ne cache pas son intention de passer dans l’ouest.

De la gamberge, de la tension, mais aussi beaucoup de plaisir à glisser sur les vagues, comme le confiait Yvan Bourgnon (Nautica) ou à naviguer à vue. Kito de Pavant et Bernard Gallay qui croisaient de nouveau devant Casto-Darty-But ce matin, ne cachent en outre pas leur étonnement (et leur joie) de jouer avec des bateaux plus récents.


- CLASSEMENT DU 06/11/01 18:00:00 (Locale Paris)
- Rang Nom Lat Long Date Dist Vit Cap

- Multicoque 60’
- 1 Belgacom 37 08.96’ N 15 07.36’ W 6/11/01 16:44 4243,1 21,1 188
- 2 Bonduelle 37 23.04’ N 13 03.68’ W 6/11/01 16:44 4247,6 22,9 257
- 3 Groupama 36 59.80’ N 13 03.72’ W 6/11/01 16:44 4252,3 21,4 195
- 4 Foncia 37 23.60’ N 15 18.96’ W 6/11/01 16:44 4254,6 20,3 188
- 5 Fujifilm 37 20.20’ N 15 14.08’ W 6/11/01 16:44 4254,8 21,6 190
- 6 Banque Populaire 37 30.20’ N 14 35.72’ W 6/11/01 16:44 4272,1 23,3 178
- 7 Eure et Loir 37 48.84’ N 13 03.36’ W 6/11/01 16:44 4302,6 23,2 177
- 8 Nautica 37 53.04’ N 11 34.16’ W 6/11/01 16:14 4308,5 19,7 202
- 9 Biscuits La Trinitaine - Team Ethypharm 38 30.28’ N 12 09.92’ W 6/11/01 16:44 4326,2 15,5 237
- 10 Fila 38 10.92’ N 11 30.84’ W 6/11/01 16:46 4328,8 16,5 200
- 11 Sergio Tacchini 41 21.36’ N 14 36.60’ W 6/11/01 07:47 4345,1 16,9 213
- 12 Banque Covefi 41 53.40’ N 12 17.46’ W 6/11/01 14:02 4491,5 13,2 139
- 13 Pindar Systems 41 59.56’ N 10 32.16’ W 6/11/01 16:44 4553,7 14 204
- 14 Gitana IX 43 08.64’ N 10 29.08’ W 6/11/01 12:16 4556,1 15,1 199

- Monocoque 60’
- 1 Ecover 38 24.52’ N 16 00.16’ W 6/11/01 16:44 3365,6 16,4 252
- 2 Sill Plein Fruit 38 10.84’ N 15 14.48’ W 6/11/01 16:44 3369,1 15,6 242
- 3 Voilà.fr 37 57.36’ N 13 15.64’ W 6/11/01 16:44 3398,3 14,2 250
- 4 Casto - Darty - But 38 09.24’ N 13 21.66’ W 6/11/01 16:00 3398,7 14,8 250
- 5 Bobst Group Armor Lux 38 44.68’ N 13 51.56’ W 6/11/01 16:46 3428,2 15 246
- 6 Sollac 38 50.94’ N 13 17.76’ W 6/11/01 16:02 3436,9 13,3 200
- 7 Fila 38 27.64’ N 12 38.84’ W 6/11/01 16:44 3440,6 15,5 190
- 8 Sme Negoceane 39 52.28’ N 13 30.80’ W 6/11/01 16:44 3497 15,5 196
- 9 Un Univers de Services 39 55.40’ N 12 28.92’ W 6/11/01 16:42 3519,5 11,4 199
- 10 Temenos 40 23.96’ N 12 08.76’ W 6/11/01 16:44 3552,5 12 196
- 11 This Time 41 27.16’ N 13 11.08’ W 6/11/01 16:14 3580,8 14,9 204
- 12 La Rage de Vivre 42 22.28’ N 13 28.16’ W 6/11/01 16:44 3623,3 5,4 326

- Monocoque 50’
- 1 One Dream : One Mission 39 46.84’ N 11 50.88’ W 6/11/01 16:44 3520,6 14,3 199
- 2 Tredicci 40 46.12’ N 12 06.20’ W 6/11/01 16:44 3567,1 12,8 206
- 3 Saving 41 28.80’ N 12 05.58’ W 6/11/01 15:00 3580,1 14,9 192
- 4 Setrabio 43 19.40’ N 12 01.44’ W 6/11/01 16:44 3704,2 10,5 243
- 5 BranecIII 43 58.16’ N 11 17.56’ W 6/11/01 16:44 3753,3 11,6 184
- 6 Adecco - Etoile Horizon 44 42.92’ N 11 28.44’ W 6/11/01 16:44 3789,2 9,7 186
- 7 Olympian Challenger 45 36.36’ N 10 21.44’ W 6/11/01 16:44 3858,7 6,9 223


Dans la même rubrique

Transat Jacques Vabre : Les multicoques en route pour Bahia

Transat Jacques Vabre : Plateau exceptionnel pour les multicoques de 18 mètres

Transat Jacques Vabre : Moloney & Turner mènent devant Stamm & Riou

Paul Vatine, coureur océanique, 21 juillet 1957 - 21 octobre 1999 : Les marins perdus en mer n’ont pas de tombeau, leur sépulcre est notre mémoire


A la une