SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Louis Vuitton Cup

Finale • J6 : Alinghi bat Oracle et remporte la coupe des Challengers

Par 5 victoires à 1, les Suisses se qualifient pour la Coupe de l’America

dimanche 19 janvier 2003Information Louis Vuitton Cup

La dernière régate, longtemps dominée par Oracle, n’a pas finalement changé le scénario de cette Louis Vuitton Cup. Une fois encore, l’équipage suisse, sans doute moins rapide dans le petit temps, a réussi à triompher.

Ernesto Bertarelli a rempli sa mission : remporter la coupe des Challengers !
Photo : F.Socha / www.francksocha.com

Pour la deuxième fois, Russell Coutts remporte la Louis Vuitton Cup après une cinquième victoire de l’équipe suisse Alinghi face à Oracle BMW Racing.

Yves Carcelle, président de Louis Vuitton, a embarqué à bord du bateau vainqueur puis a remis le trophée à l’équipage suisse au milieu des trompes et des cornes de brume.

Chris Dickson, qui disputait sa quatrième Louis Vuitton Cup, a une nouvelle fois échoué en finale. En tête de quatre régates sur six, il n’a jamais réussi à porter le coup de grâce lors de ces six corps à corps.

Alinghi était certes le favori de cette Louis Vuitton Cup et l’emporte facilement. C’est un très beau vainqueur. Le suspense, maintenant, est de savoir s’il parviendra à constituer une réelle menace pour Team New Zealand qui avait en 2000, avec Russell Coutts à la barre, écrasé le challenger italien Prada.

Il faudra à Team New Zealand un avantage en vitesse Vitesse #speedsailing pure pour parvenir à prendre le meilleur sur le trio Coutts, Butterworth, Schuemann et lui arracher cinq victoires.

Le retour au port de l’équipage vainqueur restera dans la mémoire. Des milliers de personnes attendaient dans le parfait amphithéâtre que constitue le port d’Auckland.

Le tromphe d’une équipe suisse aux couleurs internationales
Photo : F.Socha / www.francksocha.com

Le champagne a coulé a flot au son des cloches de vache et aux couleurs des pavillons suisses. On a senti un vrai regain de nationalisme : l’équipe de Bertarelli, grâce à cette victoire après celle de Bernard Stamm (Around Alone), prouve que la Suisse figure maintenant en bonne place sur la carte des nations maritimes. Au moins en ce qui concerne la voile !

Ernesto Bertarelli, le président et navigateur d’Alinghi, a avoué sa passion pour la voile et pour la compétition. « C’est ma seconde vie. Celle qui me rapproche des autres, a-t-il affirmé aujourd’hui. J’avais prévu d’arriver en finale de la Louis Vuitton Cup, tout ce qui se passera maintenant est du bonus ! »

Larry Ellison, quant à lui, a affirmé qu’il ferait une nouvelle tentative et qu’il reviendrait la prochaine fois quelque soit l’endroit où l’événement aura lieu. Deux français, Christian Kracher et Thierry Chapet, sont les premiers à arriver en finale de la Coupe de l’America comme marins. « Il m’a fallu 15 ans pour arriver jusqu’ici, on ne va pas s’arrêter là ! », a déclaré Karcher.

Il reste trois semaines à l’équipe d’Alinghi pour se préparer de la Coupe de l’America à la finale et monter encore leur jeu Jeu #jeu d’un niveau avant d’affronter l’épouvantail noir néo-zélandais à partir du 15 février.

5 à 1 : large victoire pour Alinghi... prochain adversaire : le Team New Zealand en Coupe de l’America à partir du 15 février
Photo : F.Socha / www.francksocha.com

• ALINGHI (USA-64) BAT ORACLE BMW RACING (USA-76) - DELTA 02 :34

Après avoir écopé d’une pénalité pour refus de priorité tribord avant le départ, Oracle, plus rapide, a cherché à accroître son avantage pour pouvoir effectuer sa pénalité avant l’arrivée. L’équipe américaine a pris d’énormes risques pour porter son avance de 28 secondes à plus de 40 secondes et a préféré ne pas contrôler Alinghi en tentant le tout pour le tout sur une route solitaire. Le pari a failli payer et Oracle semblait en mesure de déjouer le destin mais une fois encore, Coutts et son équipage tiraient profit d’une bascule vers la droite pour prendre la tête. C’en était fini des espoirs californiens de survivre une journée de plus.



A la une