SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#RdR2014

Route du Rhum : Lalou Roucayrol deuxième Multi50 en Guadeloupe

"Trois Rhum, trois fois sur podium : 3e, 2e, et 2e ! "

vendredi 14 novembre 2014Information Route du Rhum

Ce vendredi 14 novembre à 11h 29mn 10s, Lalou Roucayrol a franchi la ligne d’arrivée de la 10e Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum - Destination Guadeloupe. Le skipper d’Arkema Région Aquitaine a mis 11 jours 21 heures 29 minutes et 10 secondes pour boucler le parcours de 3 542 milles à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 12,41 nœuds. Il a parcouru en réalité 4 014 milles à 14,06 nœuds de moyenne. L’écart au premier, Erwan Le Roux, est de 16 heures 15 minutes et 15 secondes.

Lalou est arrivé à Pointe-à-Pitre au petit matin dans des petits airs après un tour de Guadeloupe poussif (près de 12 heures depuis la tête à l’Anglais !). Une fin de course éprouvante pour celui qui a été moteur de la course aux côtés d’Erwan Le Roux (FenêtréA-Cardinal), vainqueur de l’épreuve dans la catégorie des Multi50 Multi50 #multi50 .

A 50 ans, le maître Jedi du multicoque, fort de 20 transatlantiques en course dont deux participations à la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum (2e en 2010, 3e en 2002), visait une première place sur le podium. « Je n’ai jamais été aussi bien préparé » confiait-il à quelques jours du départ de Saint-Malo. La Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum -Destination Guadeloupe, Lalou Roucayrol l’attendait avec impatience. Sur son multicoque qu’il a construit avec son équipe et mis à l’eau en 2013, le skipper d’Arkema Région Aquitaine souhaitait plus que tout démontrer le potentiel de son nouveau bateau sur une transatlantique, chose qu’il n’avait pu faire sur la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 2013 ayant chaviré dans le golfe de Gascogne.

Un dur au mal

Dès la pointe de Bretagne, en cowboy solitaire, Lalou Roucayrol quitte le groupe des leaders, cap à l’Ouest toute. Avec son routeur Eric Mas, le chemin était clair bien avant le départ de Saint-Malo : aller chercher le front, rester au plus près de l’orthodromie pour ensuite bénéficier en premier de la bascule de vent au Nord-Ouest pour descendre vers les alizés. Une option risquée compte tenu des conditions météo : 40 nœuds sur une mer casse-bateau. Mais Lalou est un dur au mal, et aime les options tranchées. Il tient le choc et récolte les fruits de son positionnement occidental le 4 novembre en prenant la tête de la flotte des Multi50 Multi50 #multi50 . Pied au plancher, Arkema Région Aquitaine file bon train, mais Erwan Le Roux sur FenêtréA-Cardinal est à l’affût. Le mano a mano commence entre les deux solitaires. En deuxième position, derrière Erwan Le Roux, dès le 6 novembre au passage de l’archipel des Açores, Lalou colle aux tableaux arrières de son rival et ne le lâchera plus durant près de 2000 milles !

« Cette victoire, c’est aussi grâce à Lalou » racontait tout à l’heure à son arrivée, Erwan Le Roux (FenêtréA-Cardinal), vainqueur en Multi50 de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Les deux bateaux de tête se sont poussés l’un et l’autre à tout donner. C’est certainement ce qu’ils retiendront de leur folle chevauchée à travers l’Atlantique.

Les premiers mots de Lalou à son arrivée au ponton à Pointe-à-Pitre :

« Quelle horreur ! Pourquoi devons-nous passer sous le vent de l’île ! Là, c’était l’enfer… Sinon, ce fut une super course, on s’est régalé avec Erwan. Je suis bien content qu’il ait gagné, j’aurais préféré être à sa place, mais je suis content de ma course. Mon bateau est tout neuf, je le prends en main, on a un avenir de folie, parce qu’il a un gros potentiel. Trois Rhum, trois fois sur podium : 3e, 2e, et 2e ! J’ai l’impression que ça a été un gourbi du début jusqu’à la fin. Nous avons des petits bateaux, nous sommes tout le temps sous l’eau. A un moment donné, je pensais avoir des nageoires à la place des pieds. Des conditions pas simples, des vents très instables de 15 à 40 nœuds. Tu as l’impression de ne jamais être bien toilé. Après, au portant, je n’étais pas bien à l’aise, car l’année dernière, nous nous sommes retournés sur la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 au portant sous gennaker. Alors forcément les souvenirs remontent. Après ça a été mieux, je n’ai fait qu’apprendre pendant toute la traversée sur le bateau. J’ai pris confiance dans la machine. Je n’ai pas exploité le bateau à 100% par méconnaissance, mais ça laisse présager de bonne chose. Cette Route du Rhum était rapide, j’ai l’impression de ne pas avoir soufflé pendant 12 jours. Nous n’avons pas eu de moment de transition, nous avons toujours été en course de vitesse Vitesse #speedsailing . C’est passé très vite à part l’arrivée ! En plus, il y a plein d‘algues, je me suis arrêté, j’ai plongé pour enlever les algues. »



A la une