Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Semaine olympique de Hyères

Dyen et Christidis s’imposent en 49er • Julien Bontemps s’impose en planche à voile

Camille Lecointre et Mathilde Géron sélectionnées pour les JO en 470 Féminin

samedi 28 avril 2012Information FF Voile

La Semaine Olympique Française vient de s’achever comme elle a commencé : dans du vent. Les medal race ont été lancées aujourd’hui dans un vent d’Est d’une bonne vingtaine de nœuds levant une mer formée. Seuls les handis et les 49er sont restés à terre offrant à la France ces deux premières victoires. En 49er, Manu Dyen et Stéphane Christidis gagnent, pour la première fois de leur carrière l’étape française de la Coupe du Monde.

Les interviews

Manu Dyen :

« Le combat était fait avant. C’est notre quatrième victoire en Coupe du Monde mais celle-ci a un goût particulier car c’est à la maison et que l’année dernière, nous étions partis sur un mauvais souvenir (Manu s’était blessé à l’épaule, ndlr). En plus, c’est l’année olympique, quand tout le monde est particulièrement affuté et c’est la première fois qu’on bat l’Australien. »

Stéphane Christidis :

« Au niveau de toute l’Equipe de France, je crois que le mondial de Perth nous a fait du bien. On avait fait une super année 2010 et 2011 a été moins bon. Tout le monde s’est dit que le combat n’était pas terminé et a beaucoup travaillé cet hiver. Ça a porté ses fruits. »

Pierre Leboucher :

« Terminer 7e d’une medal race dans des conditions comme ça, c’est très bien. Il nous manque des choses dans les phases de transition ou de contact. C’était un peu compliqué, il faut rappeler que l’équipage est tout neuf ! On est super contents, c’est une super semaine. A moins de 100 jours des Jeux, les gens sont très affutés. Faire dans les 10, c’est bien. Vincent est en train de se remettre. Il reprend le sport doucement et va être prêt pour le mondial. Il va avoir une sacrée envie ! »

Nicolas Le Berre : « C’est une super aventure Aventure et on a réussi à transformer un contre temps en quelque chose de positif. J’ai vu plein de choses et on va faire un bon bilan avec Pierre qu’on va raconter à Vincent. On est vachement contents de faire une perf’. Nous n’avions pas de pression sur l’objectif et on a pris beaucoup de plaisir. »

Julien Bontemps :

« J’ai souvent fait des podiums ici mais cela faisait longtemps que je n’avais pas gagné (2001, ndlr). Je gagne six manches sur 11, c’est bien. J’avais une forte envie de gagner et un bon état d’esprit. Si on avait eu du petit temps, ça n’aurait pas été aussi évident. La victoire ne s’est pas jouée à grand-chose et ce sera la même chose pendant les Jeux. »

Philippe Gouard : « La sélection en 470 dure depuis un an. C’est long mais je ne pouvais pas faire autrement. Il était impossible de prendre une décision. Un équipage est sorti du lot. J’ai consulté tout le staff hier qui a été unanime et j’ai donc pris la décision de sélectionner Camille Lecointre et Mathilde Géron. Je tiens aussi à saluer les deux autres équipages. Ingrid et Nadège ont tiré l’équipe vers le haut depuis plusieurs années. C’est un équipage que je soutiendrais toujours. Manu et Hélène constituent un équipage excessivement talentueux, en particulier dans le petit temps et le medium mais de plus en plus dans le vent fort. C’est un équipage que je souhaite garder, il a permis aux deux autres d’être aussi performants.

Camille Lecointre et Mathilde Géron :

« Il y a toute la pression, la fatigue qui tombe aujourd’hui. Nous étions en attente d’une décision avec un podium à défendre. Nous sommes très contentes évidemment mais on ne va pas sauter dans tous les sens par respect pour les autres équipages. Philippe Gouard nous a remis la pression aussitôt. On ne doit pas se reposer sur nos lauriers. Pendant trois mois, on va avoir beaucoup de travail. »

Pierre-Alexis Ponsot :

« On est les plus réguliers depuis le début de la saison et ça nous met en tête de la Coupe du Monde. Robert Scheidt, notre partenaire d’entraînement n’a pas participé à la Medal Race et ça nous a apporté beaucoup. Il était sur l’eau et nous a fait un retour très intéressant. On travaille de plus en plus ensemble et ça ira jusqu’aux Jeux. Il faut se rendre compte que Robert Scheidt, au Brésil, est une vraie star, un dieu ! Il est reconnu comme l’un des meilleurs sportifs du pays, tous sports confondus. »

Damien Seguin :

« C’est ma 7e victoire sur la Semaine Olympique Française. C’est un plan d’eau que j’aime particulièrement. C’est un plan d’eau compliqué sur lequel on peut avoir tout type de conditions de navigations. J’ai montré aussi que, que ce soit dans le vent fort ou dans le vent faible, ce qui me plaisait, c’était de naviguer ici. Je ne vais pas me plaindre d’arriver aux Jeux en tant que favori ! Ce n’est pas toujours facile d’assumer ce statut, je me souviens aux Jeux de Pékin, où les conditions météorologiques faisaient qu’un statut de leader n’était pas facile à assumer. Sur Weymouth, arriver avec cette étiquette là, c’est différent. La SOF a été la première épreuve à accueillir les handis et on est toujours très bien accueilli, que ce soit par les organisateurs ou les concurrents. »



A la une