SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Charente-Maritime/Bahia Transat 6,50

Bertrand Delesne entre au Cap Vert en tête des protos

Sébastien Rogues fait un pit-stop pour réparer…

mercredi 19 octobre 2011Information Transat 650

Comme on pouvait s’y attendre, le passage au cœur de l’archipel du Cap Vert est le théâtre d’une grande redistribution des positions et des classements. Pour le meilleur, et pour le pire. Le meilleur se partage entre Bertrand Delesne (754-Zone Large), le plus prompt des Protos à glisser sous le vent de l’île de Sao Nicolau, et son alter ego catégorie voiliers de Série, (599- Odalys Vacances), le Marseillais Benoit Mariette revenu du diable vauvert s’emparer du fauteuil de leader. Le pire se déroule du côté de Mindelo, ville principale de Sao Vicente où Sébastien Rogues (716 - Eole Generation-GDF SUEZ) en escale technique vit des heures difficiles. D’autres compagnons d’infortune vont dans les prochaines heures l’y rejoindre en quête d’assistance technique.

Qu’on ne s’y trompe pas : les belles moyennes affichées par l’ensemble de la flotte des Protos comme des Séries « descendues » à toute allure et en un peu plus de 5 jours de l’île de Madère ne doivent pas masquer une dure et parfois cruelle réalité. En l’absence d’alizés franchement établis, les solitaires viennent de vivre d’éprouvantes journées et de non moins éreintantes nuits de combat. Combat contre des vents instables en force, qui accélèrent brutalement sous les grains, avant de laisser quelques instants la place à la plus blanche des pétoles. Lutte contre une mer difficile et casse bateaux au départ de Funchal, qui a mis à la torture des Minis chargés « jusqu’à la gueule » en prévision d’une longue traversée. Et bagarre contre soi-même pour les navigatrices et navigateurs, quand l’envie de dormir et de calmer le jeu Jeu #jeu le dispute en permanence avec l’impérieuse nécessité de garder le contact avec des opposants que l’on aperçoit parfois, que l’on sait à portée de VHF, animés de la même envie d’en découdre et de ne jamais, jamais lâcher le moindre hectomètre. Ce combat de chaque instant, et quoi qu’en évoque les noms aux accents paradisiaques de « Canaries » ou « Cap Vert », se déroule dans une grisaille très... « armoricaine » ainsi que la décrivent les équipages des bateaux accompagnateurs, seuls habilités à correspondre avec notre monde de terriens. Le ciel est bas, tourmenté, perlé d’orages. Il bruine, chuinte, mouillasse... et la vie à bord des Minis bat des records d’inconfort. La performance est pourtant au rendez-vous. Sevrés de glisse lors du parcours entre la Charente-Maritime et Madère, les 75 solitaires encore en course se délectent de jouer à présent avec des angles de vent majoritairement portant, et de soumettre leurs Minis aux mille et uns réglages, de barre, de mât, de spis ou de GV qui donnent aux étonnants voiliers de 6,50 leur surprenante vélocité. La trajectoire de Bertand Delesne depuis 48 heures est l’expression la plus pure de cette quête de la glisse. Efficace dans ses choix de route, décisif dans le tempo de ses empannages, « Beber » s’offre une traversée tout shuss de l’archipel Capverdien, sans ralentissement aucun. Son décalage dans l’ouest repousse à plus de 13 milles « l’épouvantail » David Raison et son redoutable et redouté 747 - TeamWork Evolution. Sous son vent, c’est le jeune et talentueux Thomas Normand (787 - Financière de l’Echiquier) qui réalise un formidable numéro et impose sa volonté de leadership. Le Tchèque Milan Kolacek (759 - Gaben>Follow me) et le Normand Antoine Rioux (800-Festival des Pains) partagent la singularité de leur modestie et de la discrétion. Ils sont pourtant bien présents, s’extirpant avec bonheur de la chicane Capverdienne, au nez et à la barbe d’un Guillaume Le Brec (667 - Occamat / ADT) un poil plus tâtonnant dans la nuit capverdienne.

L’Atlantique ouvre son immensité à ces solitaires qui laissent dans leur sillage les dernières terres visibles avant longtemps. Leur avenir immédiat se nomme Zone de Convergence Intertropicale, et ses sombres auspices que la marine Marine Marine nationale d’antan résumait sous le terme de Pot au Noir.

Le grand triomphateur de la première étape à Funchal ne pouvait demeurer longtemps dans l’anonymat d’un milieu de tableau. Benoit Mariette (599 - Odalys Vacances) a sonné voici moins de 48 heures l’heure de la révolte. Et le résultat ne s’est guère fait attendre puisqu’il est venu d’une anonyme et insipide 19e place hier matin s’emparer du commandement, à la faveur d’un seul long bord bâbord amure sous le vent du gros de la flotte. Superbe ! En vitesse Vitesse #speedsailing pure, à une allure légèrement plus lofée que celle de ses adversaires, il s’est imposé cette nuit aux leaders d’hier, Gwénolé Gahinet (455 - Asso Watever-gwenolegahinet.com) et Pierre Brasseur (552 - Voiles Océan) aux prises avec de petits phénomènes orageux qui les ont contraint à beaucoup « tricoter » en approche de l’archipel. Bruno Simonnet (744 - El Nono), sur une route en tous points similaires à celle de Mariette, vient avec cette troisième place au classement provisoire tirer les marrons du feu en compagnie d’un jeune homme aussi discret que talentueux, Vincent Kerbouriou sur son 435 - CGG Veritas. Tout ce petit monde va glisser en cette fin de journée entre les îles de Sao Vicente et Sao Nicolau. Le vent toujours aussi perturbé en force souffle du Nord-Est avec des rafales dépassant les 20 nœuds.

Mindelo est l’une des villes principales du Cap-Vert, située sur l’île de Sao Vicente. Deuxième ville du pays, elle est tenue pour la capitale culturelle du Cap Vert. Fameuse pour sa musique et ses musiciens, elle est la ville natale de la célèbre chanteuse Cesaria Evora. Sébastien Rogues, vainqueur de la première étape en Protos y voit s’égrainer dans un impitoyable sablier les 28 petites minutes d’avance dont il disposait sur son dauphin à Funchal, David Raison. Que se passe-t-il pour Sébastien ? A suivre... Il ne sera pas le seul dans les toutes prochaines heures à fixer inlassablement le chronomètre du compte à rebours dans le port de Mindelo. Une bonne dizaine de voiliers à l’intégrité plus ou moins gravement amputée par 5 jours d’intenses navigations ont d’ores et déjà signifié aux voiliers accompagnateurs leur besoin d’effectuer un arrêt au stand, avant la grande traversée vers le continent sud-américain. Les prochains classements témoigneront de ce petit embouteillage à venir. Le Cap Vert redistribue les cartes de la Charente Maritime/Bahia Transat 6,50. Nombre de concurrents se voient dorénavant privés de jokers.


Classement Prototypes le 19/10/2011 à 12h00 (heures françaises) - 33 inscrits

  • 1. Bertrand Delesne (754 -Zone Large) à 1 928,97 de l’arrivée
  • 2. Thomas Normand (787 - Financière de l’Echiquier) à 4,98 milles du leader
  • 3. David raison (747 - TeamWork Evolution) à 13,52 milles du leader

Classement Série le 19/10/2011 à 12h00 (heures françaises) - 46 inscrits

  • 1. Benoit Mariette (599 - Odalys Vacances) à 2 010,86 milles de l’arrivée
  • 2. Vincent Kerbouriou (435 - CGG Veritas) à 2,03 milles du leader
  • 3. Bruno Simonnet (744 - El Nono) à 2,44 milles du leader


A la une