SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat 650

Jorg Riechers passe en tête au Cap Finisterre

jeudi 29 septembre 2011Information Transat 650

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

La flotte qui double le Cap Finisterre tente de s’extirper des calmes près des terres. On file le plus vite possible à l’Ouest où il devrait y avoir un peu plus d’air. L’Allemand Jorg Riechers (753 – Mare.de) a dans son sillage Sébastien Rogues (716 – Eole Génération – GDF-Suez) en proto. En série Eric Llull (566 – Noble Cocoa) surprend agréablement. Il devance Davy Beaudart (674 – Innovéa Environnement Environnement .) Superbe rapprochée du Chinois Chan Guo (487 – Vasa).

« Vent de 5 à 6 nœuds de sud-sud-ouest. Mer calme avec une grande houle. Ciel bleu » (bateau suiveur Luciole). « Vent nul. Mer d’huile. » (Il ou Elle). « Vent de 4 nœuds de sud-ouest. Grand houle d’ouest. Houle croisée de N.W » (Edulis). « Grand houle d’ouest. Vent 5 nœuds » (Pen Ar Clos). « Soleil, pétole, houle assez forte d’ouest » (Zidibule).

Qu’ils soient en queue de la flotte, proche des côtes, en milieu du peloton, où vers le groupe de tête, les indications des bateaux suiveurs de la transat Charente-Maritime/Bahia se ressemblent et ne surprennent pas. Les conditions au départ étaient prévues « calmes voire très calmes ». Elles le sont.

Les 78 concurrents qui restent en course cherchent un peu d’air. La pression ce sera pour plus tard, le tout aujourd’hui, c’est de ne pas tomber dans la pétole. De rester scotcher des heures à s’abîmer les yeux dans l’espoir d’apercevoir une petite risée. Aussi tout le monde a plus ou moins mis le clignotant à droite.

Certains ont fait plus forts encore. Et pas des moindres. Ils ont été quatre, qui comme un seul homme, au petit jour ont carrément choisi l’option ouest-nord-ouest : Bertrand Delesne (754 - Zone Large), Nicolas Boidevezi (719 – Défi GDE), David Raison (747 – Teamwork Evolution) éphémère leader la veille et Aymeric Chappellier (788 – La Tortue de l’Aquarium de La Rochelle).

Ces quatre là, à la poursuite du duo de tête Jorg Riechers (753 – Mare.de) et Sébastien Rogues (716 – Eole Génération – GDF Suez) en proto, qui durant la nuit les avaient repoussés à plus de 23 milles, ont quasiment tourné le dos à la route directe, durant plusieurs heures, avant de repiquer sur un chemin « plus logique » option sud ouest.

Dans l’affaire ils ont encore rendu quelques milles, mais en début d’après midi, ils semblaient avoir retrouvé un peu plus d’air en étant plus ouest que les leaders. Pas grand-chose certes, mais quand Raison avançait à 6,88 nœuds et Delesne à 6,86, Riechers était pointé à 6,39. Ce petit crochet inattendu leur permettra-t-il de toucher éole avant les autres ? S’ils l’ont fait c’est qu’ils l’espèrent bien entend. L’avenir dira s’ils ont eu raison.

Quoiqu’il en soit, il est une évidence « ceux du nord » glissent plus vite et même s’ils ne sont pas sur la route directe menant à Funchal (étant donné les circonstances il se pourrait que certains aillent même jusqu‘à flirter avec les Açores) ils avancent dans la bonne direction. Doucement. Tout doucement.

A Llull et Guo la bonne affaire

La nuit a aussi été favorable à l’inattendu Eric Llull (566 – Noble Cocoa) qui a pris les commandes en série. L’ingénieur en cacao a repiqué plus tôt que ses petits camarades et a trouvé (en partie) ce qu’il était parti chercher. Il continue à avancer à une bonne vitesse Vitesse #speedsailing vue les circonstances qui lui permet de maintenir son avance sur l’un des grands favoris Davy Beaudart (674 – Innovea Environnement Environnement ) et sur le vétéran de l’épreuve Jean-Claude Guilloneau (473 – Zerline).

Celui-ci était un peu bougon la veille du départ. Il disait : « Je suis reparti sur cette transat pour connaître les grands surfs et voilà qu’on nous promet pétole et prés. Or, ça je n’aime pas. » Il s’en tire pourtant très bien l’ancien, jusqu’à présent.

Cependant le « sprinteur » du jour est Chinois. Le premier de l’histoire Histoire #histoire à disputer cette transat. Chan Guo (487 – Vasa) a, depuis le coup de canon, pris l’option « nord ». Il s’est retrouvé très loin au classement, mais n’a pas bougé d’un iota dans son choix. Celui qui a découvert le mini en rencontrant Ellen Mac Arthur et en lisant son livre, vient d’effectuer un rapproché incroyable.

Douzième au lever du jour jeudi, il était 7e à midi. Mais surtout, quand ses petits camarades de jeu Jeu #jeu avançait à 4,5 nœuds pour les plus chanceux, lui filait à plus de 6 nœuds. Guo devait se sentir bien seul tout là haut mais depuis Pierre Cizeau (746 – Masquhôtel), Fabrice Sorin (781 – Cartoffset) et Benoit Mariette (599 – Odalys Vacances) ont pris la tangente pour tracer une route semblable à celle de Guo.

Le Finisterre derrière

La nuit prochaine risque de provoquer encore quelques surprises. Reste que pour les grands surfs ce ne devrait pas être encore pour ce vendredi. Mais le Cap Finisterre est derrière eux. Des premiers tout au moins. Et c’est une bonne nouvelle pour tous.

Et la flotte très étalée mercredi s’est regroupée et tente d’échapper aux grands calmes proches de la terre. Chacun tente de « sauter » la ligne fictive de la route directe pour Madère, sachant que celle-ci ne saurait être une bonne option à court terme.


Classement Prototypes le 29/09/2011 à 12h00 (heures françaises) – 33 inscrits

  • 1. Jorg Riechers (753 – Mare.de) à 917 milles de l’arrivée
  • 2. Sébastien Rogues (719 – Eole Génaration – GDF Suez) à 923,95 milles de l’arrivée
  • 3. Bertrand Delesne (754 – Zone Large) à 754,14 milles de l’arrivée

Classement Série le 26/09/2011 à 12h00 (heures françaises) – 46 inscrits

  • 1. Eric Llull (566 – Noble Cocoa) à 773,82 milles de l’arrivée
  • 2. Davy Beaudart (674 - Innovéa Environnement) à 779,46 milles de l’arrivée
  • 3. Jean-Claude Guillonneau (473 - Zerline) à 780,38 milles de l’arrivée


A la une