SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Solitaire du Figaro

Anthony Marchand 1er bizuth de la Solitaire

Richomme 2e • Guillou 3e • Stamm malchanceux • Lobato révélé

jeudi 19 août 2010Information Solitaire du Figaro

Arthur Le Vaillant (Philia Promotion Immobilière) a signé la meilleure performance des bizuths sur la dernière étape, la nuit dernière (20e). Mais au général du classement Bénéteau des bizuths, c’est Anthony Marchand, le skipper d’Espoir Région Bretagne qui s’impose, devant Yoann Richomme (DLBC) et Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste). On retiendra encore le talent du Portugais Francisco Lobato (ROFF/Tempo-Team) et celui du malchanceux Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat). Tous deux méritaient mieux.

Anthony Marchand (Espoir Région Bretagne) est donc le nouveau Prince des bizuths. Un titre qui compte dans une carrière de Figariste. Toujours dans le coup, le pensionnaire du Pôle Finistère Course Au Large a été d’une régularité exemplaire et ne s’attendait pas lui-même à être à pareille fête : il termine 15e au classement général, déjà un exploit. Sur les quatre étapes, Anthony termine, dans l’ordre chez les bizuths : 3e à Gijón, 2e à Brest Brest #brest , 1er à Kinsale, 3e à Cherbourg-Octeville. Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : le Briochin mérite largement sa couronne. Au général du classement Bénéteau des bizuths (avant jury), il s’impose pour 55 minutes et 12 secondes devant Yoann Richomme (DLBC). Celui-ci l’a menacé jusqu’au bout, dans un joli duel qui a tenu tout au long des quatre étapes de cette Solitaire 2010. Auteur d’une très solide et superbe première étape – 7e à un peu plus d’une heure seulement d’Armel Le Cléac’h à Gijón – Yoann Richomme fut d’ailleurs le tout premier leader des rookies. Et il n’a du abdiquer que sur la dernière étape, qui pouvait encore tout remettre en cause puisque Yoann n’avait que 18 minutes à reprendre sur Anthony.

Troisième des débutants dans l’épreuve (à 2h51 d’Anthony Marchand), Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste) a fort bien navigué lui-aussi… et profite, bien contre son gré, des malheurs de Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) pour se hisser sur le podium. Car jusqu’au départ de Kinsale et cette collision qui lui coûtait l’abandon sur la dernière manche, Bernard Stamm était toujours en piste pour chasser le titre de premier bizuth : à Kinsale Marchand, Richomme et Stamm avaient fait le trou et tenaient en seulement 56 minutes. Stamm méritait mieux, c’est certain, mais c’est la course et si Guillou est là aujourd’hui, c’est aussi qu’il était le seul en embuscade (1h43 de retard sur le leader) avant le départ d’Irlande, alors que les quatre autres bizuths accusaient de 4h30 à 9h d’écart.

Stamm et Lobato méritaient mieux

On notera encore que chacune des quatre étapes a accouché d’un vainqueur différent chez les bizuths : Yoann Richomme à Kinsale, Francisco Lobato à Brest Brest #brest , Anthony Marchand à Kinsale et Arthur Le Vaillant à Cherbourg-Octeville. Il y a eu du jeu Jeu #jeu , donc, auquel se sont mêlés aussi par épisodes Damien Cloarec (Port de Plaisance Plaisance #Plaisance Roscoff) et Loic Le Garrec (Société Pouliquen) mais sans pouvoir véritablement inquiéter leurs petits camarades.

Reste le cas, très particulier, du Portugais Francisco Lobato (ROFF/Tempo-Team). Passé totalement à côté de sa première étape, il a appris à ses dépends qu’à La Solitaire, la moindre erreur se paie cash et au prix fort : 45e et dernier, avec sept heures de retard à Gijón ! C’était mission impossible pour se remettre d’une pareille déconfiture… et pourtant, malgré cet énorme handicap, Francisco termine 36e de cette Solitaire et 5e bizuth ! Car passée cette première étape à oublier, le Lusitanien a épaté son monde : il termine 6e à Brest (entre Kito de Pavant et Yann Eliès…) puis 9e à Kinsale ! Toujours rapide et croyant dur comme fer en ses options sans s’occuper de la flotte, il perturbe même les cadors, peu habitués à voir un bizuth venir les titiller aux postes avancés des pointages. Francisco, lui aussi est un grand espoir du Figaro. Et comme Bernard Stamm, son classement n’est pas proportionnel à son grand talent.

Enfin, pour conclure sur ce thème de l’insolente jeunesse, récurrent depuis le départ du Havre, on peut encore se pencher sur cette dernière statistique : à l’arrivée de chacune des trois premières étapes il y a eu au moins un bizuth dans les dix premiers. Yoann Richomme (7e à Gijón) et Anthony Marchand (8e à Kinsale) sont allés visiter ce Top Ten une fois chacun. Francisco Lobato y a pointé deux fois son étrave : 6e à Brest, 9e à Kinsale. On connaît beaucoup d’autres habitués du circuit qui aimeraient pouvoir revendiquer ce genre de résultats. BM

Les échos des bizuths

- Anthony Marchand (Espoir Région Bretagne), vainqueur du classement bizuth et 15e au général : « Mon résultat est au-delà de mes objectifs. J’avais dit que je voulais faire entre 15 et 20 au général et premier bizuth. Au final, je fais 15 et premier bizuth ! Donc je suis content. Je me suis raté complètement à la dernière étape, mais je pense que ça m’a fait du bien. Faut se rater sur une des étapes, ça permet d’apprendre des choses. J’ai eu des soucis, j’ai loupé deux options, ça m’a énervé et après j’ai tout fait à l’envers. C’était une étape à l’envers.

Il y a quand même une sacrée différence de niveau entre la première et la quinzième place. Surtout Armel qui était au dessus de tout le monde. Ca donne envie de naviguer comme lui plus tard. Il va d’abord falloir continuer tous les ans à faire La Solitaire, apprendre, progresser. Peut-être que ça ne viendra jamais d’ailleurs, mais peut-être que ça viendra.

Au final, chez les bizuths, on a pas mal bataillé avec Francisco, pendant les 3 dernières étapes. Ce que je retiens de cette Solitaire : sans hésiter le passage du Fastnet au retour, dans la brume. Je suis passé au ras des cailloux, à 5 mètres, avec le bruit de la corne de brume, c’était complètement psychédélique. La suite du programme : je fais cap Istanbul Cap Istanbul #CapIstanbul puis je vais travailler avec la Région Bretagne sur le départ de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum et après le Rhum, je ramène Sodebo des Antilles. Et puis cet hiver, je vais commencer à travailler pour chercher des sous. Au final, il y aura peu de repos entre les deux Solitaires ! »

- Yoann Richomme (DLBC), 2e bizuths, 19e au général : « Sur le classement général je suis satisfait, car c’est au dessus de ce que j’espérais faire. Et puis j’arrive à garder ma place dans les 20 malgré une 4e étape un peu catastrophique où j’ai cassé mon spi la première nuit. J’ai tout fait sous petit spi donc c’était un peu galère. J’ai mal navigué aussi donc ça n’aide pas. Après je relativise car j’ai manqué d’entraînement : je n’avais que 4 jours d’entraînement avant de partir. Sur la dernière étape, j’ai quand même réussi à me faire un peu plus plaisir, à rester dans le match et à batailler jusqu’au bout. C’est là-dessus qu’il faut que je travaille l’année prochaine. L’image que je retiens de La Solitaire : l’arrivée de la première étape, sans aucun doute. Faire une super place pour ma première étape à Gijón, c’était énorme.

Au classement bizuth je suis forcément un peu déçu. Ca s’est joué à pas grand-chose… Anthony a fait une belle course. Jamais de gros coups d’éclat mais toujours bien placé là où il fallait. Pas de grosse erreur. Du coup, c’est une régularité qui paye.

Francisco, lui, tente les coups et il va jusqu’au bout. Hier, il en a tenté un et s’est pris une ‘valda’ alors qu’il était bien placé. Quand ça ne passe pas, il mange, mais il est très, très bon. Il a un très bon niveau, meilleur qu’Anthony et moi je pense.

Cet hiver, l’idée est de sceller un projet stable avec mes partenaires et de démarrer tôt. Je sais que je vais avoir des réponses rapidement donc c’est un soulagement. Et puis intégrer un pôle et m’entraîner un peu. Mais j’enchaîne rapidement après La Solitaire. Je vais partir en Finlande faire du match race, un grade 2. Avec mon préparateur qui est en fait mon skipper en match racing ! »

- Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste), 3e au classement bizuth, 29e au général : « Je vais avoir une péno pour une histoire Histoire #histoire de plombage. J’ai eu un problème avec ma manette de gaz du moteur qui a embrayé… Normalement, environ 20 minutes. Je passe demain matin à 11h30 au jury. Ca risque de changer le classement général mais probablement pas le classement bizuth. Sinon, je suis plus satisfait de ma prestation au début qu’à la fin. Je voulais entrer dans les 20, au final, je n’y arrive pas. D’un autre côté, j’ai fait des trucs bien sur les 2 premières étapes. Moins bien sur la fin. Je sais que quand je pars mal, j’ai du mal à me remettre dedans, à trouver la solution pour revenir et raccrocher, que ce soit sportivement ou mentalement. Et c’est l’inverse quand je suis devant. J’ai besoin de bosser là dessus et sur les parties de large. J’ai des trous au niveau météo, de ma trajectoire au large. Je ressens mon passé entre 3 bouées ! Mais j’ai découvert que je suis vraiment bien sur l’eau, même dans les moments où je suis mal placé, malgré les coups de blues, je suis bien sur mon bateau et sur la course. J’espère pouvoir en refaire encore plein !

L’image que je garde ? Il y a eu sur la dernière étape des grands surfs sous spi, ça allait vite. J’ai bien aimé aussi le passage du raz Blanchard. C’était intéressant, j’étais content de jouer avec le courant, dans les cailloux. C’est une belle régate.

Le programme de cet hiver : il faut que je travaille la partie « scolaire », météo, organisation Organisation #organisation d’étape, les logiciels de navigation. La bonne nouvelle, c’est que mon partenaire m’envoie faire Cap Istanbul Cap Istanbul #CapIstanbul . Ce n’était pas prévu au départ, donc c’est super bien ! »



A la une