SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

33e Coupe de l’America

Ernesto Bertarelli : "Nous sortons la tête haute"

"Ce n’est plus à moi de décider de l’avenir de la Coupe"

dimanche 14 février 2010Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Alinghi a tout donné aujourd’hui pour défendre la 33e America’s Cup America's Cup #AmericasCup . L’équipe suisse de la Société Nautique de Genève a été en tête sur une grande partie du bord de près, mais n’a pas pu tenir la distance face au Challenger BMW Oracle Racing. Alinghi perd cette deuxième manche de 5 minutes et 26 secondes et le Match de l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup sur le score de 2-0.

Après la course, le président de l’équipe et principal barreur Ernesto Bertarelli a félicité son adversaire : "Félicitations à l’équipe de BMW Oracle. Le bateau était plus rapide, cela ne fait aucun doute".

La manche du jour avait été retardée de plus de six heures sur l’heure initialement prévue (10h06), le temps que le vent se stabilise pour permettre au comité de course de mouiller le parcours. Vers 16h10, le comité réussit à mouiller la bouée au vent au 100 et à 16h25, les deux équipages s’élancent enfin. Alinghi 5, barré par Ernesto Bertarelli, franchit la ligne de départ bâbord amures après avoir écopé d’une pénalité. L’équipage part sur la droite du plan d’eau dans l’espoir d’y trouver une bascule de vent favorable. Après 14 minutes de course, Alinghi 5 vire sur tribord et profite d’une bascule qui propulse le catamaran de 90 pieds en tête de la course. Pendant 35 minutes, les deux bateaux sont tribord amures. Alinghi, désormais barré par Loïck Peyron, est au vent du challenger et garde les commandes.

A l’approche de la bouée au vent, Alinghi croise devant le challenger, mais perd son avantage en virant sur bâbord. Le challenger passe la bouée avec 28 secondes d’avance et libère toute la puissance de son aile dans le bord de reaching, pour mener Alinghi de plus de 2 minutes à la seconde marque.

Alinghi a été créé en 2000 par Ernesto Bertarelli et a remporté l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup lors de sa première tentative en 2003, en battant Team New Zealand 5-0 pour devenir la première équipe européenne à gagner la Coupe. L’équipe suisse a ensuite défendu la 32e America’s Cup America's Cup #AmericasCup avec succès à Valencia en 2007, une nouvelle fois face à Team New Zealand sur le score de 5-2.

- Info presse Team Alinghi / www.alinghi.com


Ils ont dit :

- Ernesto Bertarelli, président de l’équipe et principal barreur : “Ce qui me vient à l’esprit à l’instant même, c’est que tous ceux qui ont côtoyé l’équipe d’Alinghi au cours des 10 dernières années savent ce que je ressens. C’est un état d’esprit unique, une amitié exceptionnelle, qui relient toutes les personnes qui ont travaillé, encouragé, approché et rencontré l’équipe d’Alinghi. Je suis très fier de notre équipe et de ce que nous avons réalisé ces 10 dernières années".

Le moment le plus important : “Le meilleur moment n’est pas d’avoir le trophée. Ce qu’il y a de mieux, c’est d’avoir une équipe qui réussit, qui a une âme, qui gagne... et nous avons souvent gagné. S’il y a une équipe qui a gagné ces 10 dernières années, c’est Alinghi. Maintenant, nous n’avons pas remporté ces deux dernières manches. Nous étions désavantagés. Nous n’avions pas un bateau assez rapide. Mais je crois qu’avec ce que nous avions, avec les chances que nous avions, nous avons fait de notre mieux et nous avons montré que nous n’allions pas baisser les bras et déclarer forfait. Tout ce que nous voulions, c’était nous battre du mieux que nous le pouvions et c’est ce que nous avons fait. Nous sortons la tête haute et fiers de ce que nous avons réalisé jusqu’à maintenant".

Allez-vous continuer ? “Ce n’est plus à moi de décider de l’avenir de la Coupe. J’attends de voir où l’avenir va nous emmener. Ensuite je prendrai une décision".

- Rolf Vrolijk, principal architecte : “Toute l’équipe ici est évidemment déçue. Cela fait 10 ans que nous travaillons pour cela et à la fin, vous voulez gagner. Tout le monde a bien travaillé. Je crois que nous avons fait du mieux que nous pouvions avec le temps que nous avions. Nous sommes contents d’avoir vu aujourd’hui le bateau se montrer performant face à l’autre bateau. Peut-être qu’avec plus de temps, nous aurions fait mieux."

- Brad Butterworth, skipper de l’équipe et tacticien : “Nous sommes un peu déçus que tout se soit joué en deux manches, mais il faut dire chapeau à Oracle. Ce qu’ils ont créé est plus proche d’un avion que d’un bateau. Ils méritent de nous battre. Ils ont été très rapides et ont bien navigué. C’est tout en leur honneur".

Sur la pénalité du pré-départ : “Nous avons eu un petit problème. Ce n’était pas facile de rejoindre la ligne de départ de là où nous étions. Il y avait beaucoup de bateaux côté bâbord et nous avons du empanner. Nous étions donc en retard côté tribord. Nous avions quelques secondes de retard et nous avons pris une pénalité. Mais cela n’a rien changé à la course".

Sur les 10 dernières années : “Tout s’est toujours bien passé. Ce soir, il y a un peu de déception parce que nous avons perdu. Mais nous naviguons ensemble depuis 2001 et nous sommes en 2010. Nous avons connu de superbes résultats. J’ai pris beaucoup de plaisir dans cette équipe. Les gens sont formidables. Cela comptera toujours parmi mes meilleurs souvenirs".



A la une