SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Team Alinghi

Ernesto Bertarelli : "USA est un bateau français"

"Je suis là pour le sport… Je ne suis pas là pour la bataille légale"

mercredi 20 janvier 2010Christophe Guigueno

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

La 33e édition de la Coupe de l’America, c’est dans moins de trois semaines. Les Américains ont lancé un 9e procès contre les Suisses, Defender / détenteurs de la Coupe. Ils leur reprochent des voiles réalisées aux Etats-Unis et non en Suisse. Ernesto Bertarelli, le patron d’Alinghi, s’est lâché contre ses ses concurrents lors d’une visite de journalistes à sa base en Espagne. Le trimaran noir serait "bleu - blanc - rouge" ? Il est vrai qu’il a été dessiné par VPLP, les architectes de Groupama 3 et Banque Populaire 5.

- Ernesto Bertarell : « Nous sommes prêts, le bateau navigue, l’équipe est en place et le sentiment d’anticipation monte. Nous avons enfin vu notre concurrent naviguer hier et eux aussi ont l’air près. Alors, allons-y et faisons un beau match de Coupe de l’America le 8 Février prochain ! Essayons de quitter les deux dernières années de difficultés et de débat et voyons quel bateau est le plus rapide ! »

- « Moi, je suis là pour le sport, pour naviguer. Je ne suis pas là pour la bataille légale. En 2000, quand nous avons créé notre équipe, l’objectif était d’aller naviguer et c’est toujours le cas. Maintenant, nous en sommes au neuvième procès de BMW Oracle : leur interprétation partielle de « construit dans le pays ». Notre bateau est conforme au Deed mais si BMW Oracle continue de contester nos voiles, ils devraient considérer leurs propres problèmes en commençant par le fait que USA est un bateau français. En plus de cela, ils ont demandé ce matin une réparation au Jury. Manifestement, la stratégie de Larry Ellison et de son équipe est d’essayer de récupérer le plus d’avantages possibles via la Cour de New York et jusqu’à maintenant, ils ont plutôt bien réussi, sans s’inquiéter du reste. Ce qui compte maintenant, c’est qui va gagner les 8, 10 et 12 Février. »

De leur côté, les instructions de course et l’avis de course poursuivent leurs allers-retours entre les deux équipes afin qu’elles se mettent d’accord sur les conditions de régate.

- Brad Butterworth : « Des avant-projets de l’Avis de Course et des Instructions de Course ont été partagés entre les deux équipes, le Jury et le Directeur de course principal, Harold Bennett. Je suis un peu déçu de savoir que nous risquons de nous retrouver avec une demande de réparation au sujet de petits éléments procéduraux des Instructions de Course qui étaient dans l’Avis de Course depuis longtemps. La SNG est dans la même position que de nombreux Yacht Clubs dans le monde qui ont la responsabilité d’organiser une régate. Si le GGYC était le tenant du titre, ils auraient le droit de rédiger l’Avis de Course et les Instructions de course, mais ils ne le sont pas. C’est la régate de la SNG, nous avons essayé d’être ouverts autant que faire se peut et nous leur avons demandé des commentaires et nous en avons pris beaucoup en compte dans divers documents. Mais ça ne suffit toujours pas à les convaincre que la SNG organise la compétition et pas eux. Nous avons très hâte d’aller naviguer. Nous avons eu des bonnes conditions à Valence et parfois des plus difficiles. Mais l’entraînement jusqu’à présent a été bénéfique. Alors nous avons vraiment hâte d’être au 8 Février. »

- Source Alinghi Media



A la une