Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Deauville International Week

Souben maîtrise les Farr 30 à Deauville

Sportboats et IRC ont disputé de 8 à 11 manches

dimanche 7 juin 2009Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Côté régate, la 4e édition de la Deauville International Week n’a pas à rougir de son programme. Le bilan est positif avec 11 manches courues sur le rond Sportboat, 9 sur le rond IRC et 8, dont un Offshore de 116 milles, sur celui des Farr 30 Farr 30 #farr30 .

Pour la dernière journée de course, les conditions sont encore idéales : 2O nœuds de Sud/Sud-ouest… Les concurrents sont ravis « C’est la première fois que je régate à Deauville, c’était excellent, je reviendrais ! » Bruno Staub, tacticien à bord de VOG, J.80.

Cette année encore en baie de Seine, le plateau est de qualité. De Luc Gelusseau en Longtze à Daniel Souben en Farr 30 Farr 30 #farr30 en passant par Erwann Tarbarly en Sportboat ou encore Cyrille Legloahec en IRC , tous étaient présents pendant l’événement qui, grâce à eux, acquiert une valeur particulière…

« La Deauville International Week permet aux coureurs amateurs de régater contre des professionnels, c’est une chance ! Il n’y a eu que 14 réclamations en 4 jours et pour toutes les flottes, nous pouvons être satisfaits du haut niveau des concurrents. C’est une très belle épreuve, une belle région et de beaux bateaux. » Trevor Lewis, juge international pendant la Deauville International Week.

« Il fallait tenir le rythme, ne rien lâcher. Nous avons eu 4 jours de régates intenses avec des conditions très différentes, jusqu’au dernier moment, il a fallu se battre pour arracher la victoire. Nous accordons une grande valeur au fait d’avoir gagné cette régate car ça ne s’est pas fait sans effort ! » Xavier Le Cœur, Skipper du K6.50 Matra Sport.

Le barreur haut normand choisi les bons mots pour résumer ce long week-end de bataille. Le niveau des différentes flottes était très homogène et a en effet permis aux comités d’enchaîner les manches. Dans la plupart des catégories, les cinq premiers bateaux sont à quelques points les uns des autres et jusqu’au dernier jour, rien n’était joué !

« 11 manches dans du vent tordu, ce n’était pas évident mais mon dieu, c’était drôle ! La flotte était condensée et la bagarre très dure. Le niveau augmente dans la série, les écarts sont faibles. Après ce championnat, on s’aperçoit que c’est l’équipage qui créer la différence ! » Luc Gelusseau, Skipper du Longtze Lufthanza.

7 parcours bananes et un Offshore de 116 milles, existe-t-il meilleur entraînement à un mois du tour de France à la voile ? Apparemment, non ! Les 17 équipages en Farr 30 Farr 30 #farr30 présents à la Deauville International Week sont unanimes : « Maintenant, nous pouvons être sûr de notre configuration à bord » Daniel Souben, Skipper de Courrier Dunkerque. « Le format est adapté à notre programme, c’est une super idée ! » Cédric Château, Barreur de Manche Basse-Normandie.

Le parcours « D-day » a convaincu les différents équipages qui ont bataillé toute la nuit ! Hier, à 19h, Nouvelle Calédonie est en tête mais une rotation de vent redistribue radicalement les cartes. Certains parviennent à tirer leur épingle du jeu Jeu #jeu , d’autres moins… C’est le cas de Région Ile de France qui, pointé en seconde position, rétrograde à la 6e place. A l’inverse, les normands, 10e hier soir, profitent de leur bonne connaissance du plan d’eau et se classent 4e !

Au classement général, Courrier Dunkerque domine et affirme, encore une fois, leur supériorité un mois avant le grand rendez-vous !

- Info presse www.deauville-week.fr



A la une