SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

China Cup International Regatta

Le Groupe Bénéteau fournit les Chinois en First 40.7

Deuxième édition en octobre 2008 avec une classe de 30 monotypes français

lundi 10 mars 2008Christophe Guigueno

La deuxième édition de la China Cup International Regatta se déroulera du 24 au 27 octobre 2008 à Shenzhen, dans le Sud de la Chine. Fournisseur de 10 First 40.7 pour la première compétition, le groupe Bénéteau vient de signer pour 20 exemplaires supplémentaires et une division Bénéteau Cup au sein de la course.

Les Chinois s’investissent petit à petit dans la voile. On les a vus sur la 32e Coupe de l’America avec l’ancien défi français ; on les verra, sans doute en force, aux Jeux Olympiques de Pékin ; on les rencontre au salon nautique de Shanghai. On peut aussi régater contre eux lors de la China Cup International Regatta. La première édition a eu lieu mi-octobre 2007. Elle a réuni 62 bateaux représentant 14 nationalités différentes. On est certes loin du Spi Ouest France ou de l’Atlantique Télégramme mais avec un budget qui se compte en millions d’Euros, les organisateurs ont de quoi faire pâlir d’envie les organisateurs tricolores.

Sous la houlette de l’Association Chinoise du Nautisme (genre FFV + FIN) et organisée par David Zhong (au premier plan à gauche sur la photo), la China Cup International Regatta a de réelles ambitions. « La course a touché plus de 78 millions de personnes » a expliqué David Zhong lors de la signature d’un contrat avec les chantiers Bénéteau à Paris. « Cette course se dispute en 3 manches entre HongKong et Shenzhen. Ses classements se font en handicap type IRC et HKPN et en monotypie. Comme nous avons eu de très bonnes sensations avec les 10 premiers First 40.7, nous avons décidé d’en acheter 20 supplémentaires. De plus, nous signons avec Bénéteau un partenariat stratégique sur 5 ans afin de travailler ensemble sur le développement de la pratique de la voile en Chine. »

« La Chine est un marché en développement » a rappelé de son côté Henri Brisse, le directeur général des Chantiers Bénéteau. Tout en rappelant que ce pays représente 18,000 Km de côtes et 1,4 milliard d’habitants, il a confirmé que le pays n’avait pas « d’infrastructures portuaires mais une volonté forte de développement ». Avec ce partenariat, le chantier français rêve de « vendre autant de bateaux en Chine dans dix ans qu’il n’en vend en Europe ou aux Etats-Unis ». Mission difficile pour Brisse qui a osé, par la même occasion, comparer le circuit Figaro aux First 40.7 : « En 20 ans, on est parvenu à réunir 55 Figaristes sur la Solitaire. Eux, en 2 ans, ils ont déjà une série de 30 First 40.7. » Mais l’expérience américaine de Bénéteau plaide en sa faveur : « En 1976, nous avions nos premiers concessionnaires et huit ans plus tard nous y avons construit une usine ».

En attendant qu’il se déroule un circuit monotype en solitaire en Chine, Bénéteau se place. En plus de ces 30 First 40.7, le chantier a surtout vendu de grosses unités comme l’Oceanis 50 et le 523. Pour cela, les Français s’appuient sur leur représentant à HongKong. Mike Simpson qui obtient, à la suite de ce contrat, « la partie Sud de la Chine avec une base à Shenzhen ». Et parallèlement à la China Cup International Regatta, Bénéteau investit dans la formation pour « attirer les jeunes vers la plaisance et recruter de nouveaux concessionnaires sur le sol chinois ». Le chantier a aussi développé une école de voile à Qingdao, le port des Jeux. Et de ce côté, il y a du travail puisque les Chinois ne dénombre actuellement qu’un millier de pratiquants.

Ch.Guigueno


Voir en ligne : Le site de la China Cup : www.chncup.com



A la une