SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Jacques Vabre

Cammas & Ravussin 1ers en multi à Bahia

Le trimaran Groupama 2 remporte la catégorie Orma

mercredi 14 novembre 2007Information Transat Jacques Vabre

Après 10 jours 38 minutes et 43 secondes de course à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne théorique de 18,03 nœuds, Franck Cammas et Stève Ravussin sur Groupama 2 ont coupé la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 à 13 heures 40 minutes et 43 secondes (heure française) soit 9 heures 40 minutes et 43 secondes, heure locale ce mercredi 14 novembre. C’est la troisième victoire pour Franck Cammas en cinq participations à la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 . Record Record #sailingrecord battu de 1 jour 22 heures 31 minutes et 58 secondes (ancien record Record #sailingrecord en 2003 : 11 jours 23 heures 10 minutes et 41 secondes)

Conférence de presse très enlevée tout à l’heure au Centre nautique de Salvador. Franck Cammas, clignant de l’œil, à propos de Stève Ravussin : « Il a mûri depuis quatre ans… ». Ravussin, du tac tac : « Mais c’est toi qui t’es habitué ! » Le propos portait sur le caractère parfois un peu casse-cou du Vaudois. Les deux hommes sont revenus sur les temps forts de cette huitième Jacques Vabre remportée par Groupama 2 en Orma. Troisième victoire de Cammas sous les couleurs de l’armement Groupama.

Franck Cammas a pris la parole pour raconter les dernières heures de mer : « C’était vraiment pas simple de gérer cette avance de 300 milles alors que tu sais que le mât peut te tomber dessus. C’est quand même un sport mécanique... On ne sait pas s’il fallait continuer à attaquer ou pas. On leur a laissé finalement 150 milles (rires) ».

Puis le skipper est revenu sur les passages clés de la course : « L’avance s’est construite à l’entrée des Canaries et en sortie du Cap Vert. Banque Populaire est alors trop parti dans l’Est, option qui n’a a pas été trop payante pour eux. Dans la nuit, vers le Cap Vert, on alors vachement empanné et les trois derniers jours on a passé notre temps à gérer les grains. »

Stève poursuit de son côté en racontant que cette traversée s’est faite sous le signe de la prudence : « Le passage du Pot-au-Noir avait un côté traversée du Golfe de Gascogne. Mais le bateau était super préparé, c’est un bateau validé, fiable, solide. Dans le Pot au Noir on a été 3 ris-trinquette, c’est dire…. » Franck est revenu rapidement sur le comportement de Groupama 2 qui a peut-être disputé sa dernière course puisqu’un circuit de trimarans 70 pieds monotypes devrait voir le jour l’an prochain : « Dans le dernier sprint on n’aurait pas été avantagé mais Groupama 2 est un bateau qui marche bien aux allures intermédiaires. Puis on s’aperçoit aussi que les arrêts ne sont pas rédhibitoires que ça puisque Gitana (11) n’a finalement pas tellement perdu avec leur arrêt, au bon moment et au bon endroit. Puis, faut être clair, quand on a de l’avance comme ça on prend de toutes les façons moins de risques » a expliqué le recordman de victoires sur cette Jacques Vabre (3).

Chacun des marins a voulu y voir une revanche sur le sort. Stève avait chaviré dans l’édition du Rhum 2002 et tous les deux dans la 7e édition de la Jacques Vabre (2005). Dès lors il était assez naturel de parler « de revanche. C’est vraiment un super moment pour nous deux », ont-ils poursuivi et de conclure : « On gagné en vitesse Vitesse #speedsailing parce qu’on a eu du portant dès le début et que le bateau, sous gennaker, c’est deux à trois noeuds plus vite. Puis faut dire que nous tous progressé dans la façon de les faire avancer ».



A la une