SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Louis Vuitton Cup

Les demi-finales au jour le jour

Ce sera Nouvelle Zélande vs Italie

mercredi 23 mai 2007Information America’s Cup

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

23 mai : Les Espagnols laissent filer les Kiwi
Une belle brise de 18 nouds et des vagues d’1,50 m ont cueilli cet après-midi les derniers demi-finalistes de la Louis Vuitton Cup. C’était un match couperet pour les Espagnols. Et cette fois, ils n’ont pas résisté à l’estocade Kiwi. Dans des conditions de navigation plus proches de celles de la baie d’Hauraki en hiver que de Valencia en été, Dean Barker et ses acolytes s’imposent aisément devant le challenger local et s’envolent en finale de la Louis Vuitton Cup.

Les Américains égalisent - Emirates TNZ mène 2-0 le Desafío Español 2007

Valencia, le 15 mai 2007 - Si la deuxième victoire néo-zélandaise a été sans détour sur le Desafío Español 2007, le second face à face Dickson-Spithill a déjà sa place dans les livres d’histoire. Après un départ d’anthologie, Luna Rossa Challenge prend les commandes mais la « fusée » USA 98 et le génie de « Chris » donnent un point en Or à BMW Oracle Racing.

15 mai : La revanche de Dickson
Les Amériains battent les Italiens sur le dernier bord

La brise s’est ressaisie à Valencia. Intenable hier, elle s’est établie Est-Sud-Est entre 10 et 13 noeuds en début d’après-midi, soufflant jusqu’à 15 nouds en rafales.

Match 2 - Emirates Team New Zealand bat le Desafío Español 2007. Delta 00:40

Après le Roi d’Espagne hier, son fils Felipe était aujourd’hui 18e homme à bord de ESP 97. Au départ, pour la deuxième fois consécutive, les Néo-zélandais veulent la droite et ils l’ont. Si dans le premier match, les Espagnols ont changé d’avis 1:30 avant le départ et ouvert la porte aux Kiwis, aujourd’hui Dean Barker et ses hommes ont parfaitement maîtrisé le jeu. Karol Jablonski voulait aussi la droite, mais le bateau noir lui a coupé les ailes, poussant ESP 97 au-delà du bateau comité, l’obligeant à virer une poigné de seconde avant le coup de canon. Emirates Team New Zealand coupe seul la ligne, laissant son adversaire en deuxième rideau.

La suite est la conséquence directe de ce bon départ néo-zélandais. Matt Wachowicz, le navigateur du Desafío Español, admettait hier que « Terry Hutchinson (ETNZ) est un excellent tacticien, il sait contrôler son adversaire. » La démonstration fut une nouvelle fois parfaite. Toujours premier en layline, Emirates Team New Zealand a passé toutes les marques en tête. Les Espagnols affirment que leur bateau est rapide à partir de 14 noeuds de vent, ce qui explique sûrement pourquoi l’avance engrangée par les Kiwis dans le premier bord, est ensuite restée stable : 1’15’’ à la première marque, 1’04’’ à la seconde et 1’08’’ à la troisième, avant de s e réduire à 40’’ à l’arrivée. Mais le compteur est clair, Emirates Team New Zealand mène ce soir le Desafío 2 à 0.

Match 2 - BMW ORACLE Racing bat Luna Rossa Challenge bat. Delta 0:13

La phase de départ fut du très grand James Spithill. Après le dial-up et un petit tour en dessous de la ligne, Luna Rossa remonte vers le comité, retenant l’étrave de BMW Oracle dans son tableau arrière. Une, deux, trois fois, Chris Dickson essaie de forcer le passage et trois fois, James reste de marbre. Au top départ, Luna Rossa coupe la ligne avec le souffle chaud de son adversaire dans les voiles. Dickson vire tout de suite, Spithill suit, Dickson renvoie et Spithill couvre encore. Finalement, les Américains lâchent du lest et partent vers la gauche, laissant le vent frais aux Italiens qui s’envolent vers la droite du plan d’eau. En quelques minutes, ITA 94 a 200 mètres d’avance et Luna Rossa enroule la première marque 58 secondes devant le bateau américain.

Là, les Italiens ont peut-être eu un excès de confiance. Toujours à droite, l’équipage de Francesco de Angelis laisse les Américains s’échapper à gauche du plan d’eau où il trouve une pression parfaite pour faire accélérer USA 98, décidemment très rapide au portant. L’avance italienne fond comme neige Neige #snow au soleil. A la bouée sous le vent, BMW Oracle Racing n’a plus que 20 secondes de retard.

Dans le second près, Chris Dickson sort les dents. Luna Rossa remonte une nouvelle fois à droite pendant que les Américains grappillent mètre après mètre sur la gauche. Dans le dernier tiers du bord, au croisement, l’étrave américaine frôle la jupe italienne et USA 98 vire juste au-dessus de ITA 94, forçant son adversaire à monter avec lui au dial-up (manouvre appelée « Slam Dunk »). James Spithill, animal à sang froid, réussit encore à se dégager et à reprendre de la vitesse Vitesse #speedsailing alors que les Américains sont arrêtés. Les Italiens respirent, ils passent la dernière marque avec 14 secondes d’avance.

Mais dans le dernier bord, après quelques empannages, les deux Class America s’engagent sous spi dans un long speed test vers la gauche du cadre et en quelques minutes, BMW Oracle prend l’avantage. L’équipage de Luna Rossa tente une dernière manouvre, mais il est trop tard, la blanche artillerie de Dickson file vers la victoire. Les Américains l’emportent de 13 secondes et égalisent le score. Un partout, balle au centre.


1/2 Finale 1 R1 R2 R3 R4 R5 R6 R7 T
Emirates TNZL 1 1 0 1 1 0 1 5
Desafío Español 0 0 1 0 0 1 0 2
1/2 Finale 2 R1 R2 R3 R4 R5 R6 _ T
BMW ORACLE R. 0 1 0 0 0 0 _ 1
Luna Rossa Ch. 1 0 1 1 1 1 _ 5


A la une