SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Louis Vuitton Cup

Les demi-finales au jour le jour

Ce sera Nouvelle Zélande vs Italie

mercredi 23 mai 2007Information America’s Cup

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

23 mai : Les Espagnols laissent filer les Kiwi
Une belle brise de 18 nouds et des vagues d’1,50 m ont cueilli cet après-midi les derniers demi-finalistes de la Louis Vuitton Cup. C’était un match couperet pour les Espagnols. Et cette fois, ils n’ont pas résisté à l’estocade Kiwi. Dans des conditions de navigation plus proches de celles de la baie d’Hauraki en hiver que de Valencia en été, Dean Barker et ses acolytes s’imposent aisément devant le challenger local et s’envolent en finale de la Louis Vuitton Cup.

+

BMW ORACLE Racing et le Desafío Español 2007 en danger • Dickson ne trouve pas le tempo

Valencia, le 18 mai 2007 - Egaliser ou se mettre en danger, tel était le challenge de BMW ORACLE Racing et du Desafío Español 2007 menés 2-1 avant le coup d’envoi de ce 4e match. Mais aucune de ces deux équipes n’a réussi à relever le défi. Luna Rossa Challenge et Emirates Team New Zealand ont une fois de plus dominé leur adversaire. Ces derniers n’ont plus que deux matchs pour tenter de redresser la barre. Le week-end s’annonce explosif.

18 mai : Kiwis et Italiens gagnent
Les Américains ne sont pas dans le tempo de Luna Rossa

Match 4 - Luna Rossa Challenge bat BMW ORACLE Racing. DELTA 0:23

La brise thermique désormais bien établie sur la zone de course - avec 10 à 12 nouds aujourd’hui-, pousse généralement les équipages à rechercher la droite du parcours, là où le vent a tendance à tourner, en suivant la course du soleil.

C’est ce que réussissent à faire Chris Dickson et ses compères, tandis que Luna Rossa, plus rapide au moment du coup de canon, s’élance sous leur vent. Les deux adversaires débutent le premier louvoyage par un long pas de deux bâbord amure où les Italiens, supérieurs en cap, maintiennent une avance permanente d’une demi longueur. Au premier croisement, ITA 94 mène le bal de quelques mètres. Le duel de virements de bord qui suit reste à l’avantage du team transalpin et coûte à USA 98 son flipper tribord (un système du gréement permettant d’optimiser l’écoulement du vent entre la grand-voile et le génois).

Résultat : pour la quatrième fois (sur 4), Spithill et son équipe enroulent la première marque en tête. Et pour la quatrième fois, les Américains, 13 secondes derrière, se retrouvent dans le rôle du chasseur, à l’affût d’une proie bien difficile à piéger. L’écart entre les deux bateaux est pratiquement similaire après le portant (12 secondes) au moment où Dickson et ses stratèges Isler, Doyle et Brady, tentent leur va-tout en partant à fond sur la gauche. Impassible et sûr de ses choix stratégiques, Torben Grael, le tacticien de Luna Rossa, prend le risque de laisser partir son rival à l’opposé du plan d’eau et de laisser se créer un énorme écart latéral. Lorsque les deux bateaux se retrouvent à la fin du bord, ITA 94 a encore augmen té son avance. Avec 29 secondes de marge à la dernière bouée, les équipiers de Luna Rossa peuvent envoyer sereinement le spi et glisser vers une troisième et précieuse victoire.

Ce soir, Luna Rossa Challenge gagne encore un peu de terrain dans sa marche vers la finale. Tandis que l’équipe américaine pourtant si à l’aise dans les Round Robins, semble s’affaisser sous la pression imposée par leur concurrent, dont le talent ne cesse de se révéler au fil de ces demi- finales. Il leur reste deux jours pour renverser la tendance.

Match 4 - Emirates Team New Zealand bat le Desafío Español. DELTA 0 :42

L’autre match du jour s’est déroulé sur un scénario quasiment identique, avec l’équipe Kiwi dans le rôle du leader et le challenger local dans celui du chasseur. A une différence près : l’écart entre les deux protagonistes est supérieur dès la première marque et ne cessera de s’accroître aux passages suivants, offrant à Dean Barker et ses acolytes une victoire relativement facile. L’équipe espagnole n’a pas réussi à réitérer l’exploit de mercredi et se retrouve au pied du mur, à l’instar des Américains.

En cette journée chaude et ensoleillée, le spectacle de ces quatre protagonistes bataillant pour leur survie n’a pas échappé aux supporters venus nombreux sur le plan d’eau : 150 bateaux spectateurs au moins s’étaient répartis autour du rond nord pour assister aux joutes nautiques. A terre, le Port America’s Cup est également devenu un lieu de rendez-vous privilégié. Hier, jeudi, 18 800 visiteurs ont été comptabilisés autour des bases.


1/2 Finale 1 R1 R2 R3 R4 R5 R6 R7 T
Emirates TNZL 1 1 0 1 1 0 1 5
Desafío Español 0 0 1 0 0 1 0 2
1/2 Finale 2 R1 R2 R3 R4 R5 R6 _ T
BMW ORACLE R. 0 1 0 0 0 0 _ 1
Luna Rossa Ch. 1 0 1 1 1 1 _ 5


A la une