SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Louis Vuitton Cup

11 challengers pour 4 places en demi-finales

Début lundi du premier Round Robin à Valencia

samedi 14 avril 2007Information America’s Cup

La septième Louis Vuitton Cup débute lundi à Valencia. L’épreuve éliminatoire des challengers a pour but de sélectionner la meilleure équipe pour tenter de ravir l’Aiguière d’Argent au Defender. Après les 13 Louis Vuitton Acts courus depuis 2004, il est impossible de dire à ce stade qui a le plus d’atouts pour affronter et vaincre Alinghi lors du 32e America’s Cup America's Cup #AmericasCup Match. La Louis Vuitton Cup commence par une série de deux Round Robins à l’issue desquels seules quatre équipes poursuivront en demi-finales. Cette première phase de la compétition sera donc fatale pour sept des onze défis en lice !

Depuis 1983, quatre des six vainqueurs de la Louis Vuitton Cup ont remporté l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup  : Australia II en 83, Stars & Stripes en 87 (USA), Black Magic (NZL) en 95 et Alinghi (SUI) en 2003.

Onze concurrents, vingt duels et seulement quatre places en demi-finales

Rappelant le système du « match aller - match retour », les 11 challengers s’affronteront une fois sur le Round Robin 1, puis une seconde fois sur le Round Robin 2 ; et ce, dans le même ordre. Chacun dispose donc de 20 matches pour accrocher l’une des quatre places disponibles en demi-finales. Après plusieurs années de préparation et d’investissements financiers, humains et technologiques, aucune des 11 équipes ne peut passer à côté de ce moment. Tout va aller très vite, trop vite penseront certains et à chaque nouveau match la tension montera d’un cran. Tous les soirs, le visage du classement évoluera et avec lui le destin de chaque équipe. Quoi qu’il arrive, la 32e America’s Cup America's Cup #AmericasCup s’arrêtera au plus tard le 7 mai pour sept syndicats.

Les « bigs three » avec leur deuxième nouveau bateau

Second de l’Act 13 et vainqueur du Louis Vuitton Ranking (Classement des Challengers des Acts 4 à 13), Emirates Team New Zealand attaque les Round Robins avec 4 « points bonus » équivalent à deux victoires (1 victoire en RR = 2 points). Helen Clark, Premier Ministre néo-zélandais sera lundi « 18E homme » à bord du bateau « Kiwi » : « C’est une grande fierté pour toute l’équipe, » a déclaré le skipper Dean Barker, à la conférence de presse tenue ce matin à Valencia. « Sans le soutien de l’état néo-zélandais après notre défense de 2003, nous ne serions probablement pas ici aujourd’hui. »

Les deux autres « gros » challengers : BMW Oracle Racing et Luna Rossa Challenge, parfois approximatifs lors de l’Act 13, se doivent d’être absolument irréprochables sur ces Round Robins pour prendre place parmi les quatre demi-finalistes. Même logique « sur le papier », leur avancée dans la compétition n’est pas encore acquise. Rappelons que sur l’Act 13, Mascalzone Latino - Capitalia Team termine à 3 points devant Luna Rossa Challenge et que BMW Oracle Racing termine 10e de la 5e manche, suite à un problème sur l’étai creux de USA 87.

Si Luna Rossa Challenge a déjà couru l’Act 13 à bord de ITA 94, Emirates Team New Zealand et BMW Oracle Racing engageront leur seconde nouvelle monture pour la première fois dans la compétition : NZL 92 et USA 98.

Sérénité relative pour les uns

Comme sur l’Act 13, Mascalzone Latino - Capitalia Team et le Desafío Español 2007 régateront également avec leur second nouveau bateau : ITA 99 et ESP 97. Avec Team Shosholoza et United Internet Team Germany, ces quatre équipes se sont entraînées en match race cette semaine tout en permettant aux marins de prendre un peu du repos. Néanmoins, le Polonais Karol Jablonski, skipper du Desafío Español, confiait ce matin être un peu sous pression : « En tant qu’équipe nationale, le pays nous regarde et nous avons logiquement une pression supplémentaire ».

Irrégulier dans le dernier Act et souffrant de l’arrivée tardive de leur nouveau bateau, le son de cloche était un peu différent du côté de Victory Challenge. « Le temps de prise en mains de SWE 96 a empiété sur nos entraînements en match race. Nous commençons le Round Robin 1 par un match important contre Team Shosholoza. Nous avons de gros enjeux mais nous sommes prêts à attaquer » expliquait Magnus Holmberg.

Grandes manoeuvres pour d’autres

Révolution dans le camps français cette semaine. Après des régates en flotte décevantes (Areva Challenge a terminé 9e de l’acte en flotte), Thierry Peponnet a laissé jeudi sa place de tacticien à Tanguy Cariou. L’ex-barreur de Areva Challenge avait été remplacé le 6 juillet 2006 par Sébastien Col. « Thierry a proposé lui-même cette solution. Nous espérons que ce changement donnera un nouveau souffle à la cellule arrière [1], si jeune soit-elle. Nous nous sommes déjà entraînés dans cette configuration. Thierry nous suivra sur le tender (bateau suiveur) et nous aidera à analyser nos performances pour progresser » a déclaré le barreur français.

Depuis leur démâtage sur la 3e manche de l’Act 13, l’équipe de +39 Challenge travaille jour et nuit pour réparer le mât brisé. Les Italiens courront lundi avec un mât « version 4 » prêté par Alinghi. « Certains n’ont pas dormi dans un lit depuis une semaine. De trois, le mât est maintenant en deux morceaux. Nous espérons le réparer avant la fin du Round Robin 1 » a confié le skipper Iain Percy.

Chez China Team, l’équipe à refait cette semaine le profil du voile de quille de CHN 95. « Nous formons désormais un vrai groupe. La pression sera moins sur nous que sur les grosses équipes pour qui gagner contre China Team est une nécessité ! » plaisantait Pierre Mas.


Dean Barker, skipper de Emirates Team New Zealand : "L’année 2003 est bien loin maintenant. Nous avons passé beaucoup de temps dans les développements, les tests, les entraînements et nous sommes prêts à en découdre. La présence de notre Premier Ministre Helen Clark à bord lundi est très importante pour nous car c’est grâce au soutien du gouvernement Néo-zélandais après la dernière édition à Auckland que nous sommes ici aujourd’hui. Nous avons hâte de commencer à courir la semaine prochaine".

Francesco de Angelis, skipper de Luna Rossa Challenge : "Nous avons beaucoup travaillé depuis trois ans et nous sommes prêts. L’expérience nous apprend que chaque nouvelle épreuve est plus difficile que la précédente. Tout le monde s’attend à ce que la compétition soit très serrée, compte tenu de son format et du niveau des challengers. Quand vous participez à une épreuve de ce type, vous devez tout faire pour être en mesure d’obtenir les meilleurs résultats possibles".

Karol Jablonski, barreur du Desafío Español : "Pour l’équipe locale, la réussite est d’autant plus importante. Nous commençons lundi avec un bye (repos) pour le premier flight mais nous sortirons quand même en même temps que les autres pour nous échauffer. Nous voulons être prêts à affronter une équipe qui viendra peut-être de gagner".

Flavio Favini, barreur de Mascalzone Latino - Capitalia Team : “Il faut vraiment être prêts à la barre parce que les instants qui suivent le départ sont très importants pour la course. Nous nous sommes bien entraînés depuis un an donc cela ne devrait pas poser de problème."

Magnus Holmberg, skipper et barreur de Victory Challenge : "Nous sommes prêts et confiants pour le match race. La route fût longue pour arriver ici aujourd’hui mais nous sommes tous très motivés".

Mark Sadler, skipper de Team Shosholoza : “Notre participation à la Louis Vuitton Cup a beaucoup d’importance pour l’Afrique du Sud. Nous avons bien progressé depuis trois ans et nous sommes satisfaits de notre niveau aujourd’hui et de notre septième place au classement. Nous attendons avec impatience le premier match et nous allons continuer d’évoluer pendant la Louis Vuitton Cup. Je pense que nous pouvons décrocher de bons résultats".

Sébastien Col, barreur d’Areva Challenge : "Nous avons analysé toutes nos courses après l’Act 13 et nous reconnaissons que nous n’avons pas fait du bon travail. Il nous fallait une bouffée d’air frais et Thierry Peponnet a décidé que Tanguy Cariou le remplacerait à la tactique. Notre cellule arrière est très jeune par rapport aux autres équipes, mais nous sommes très motivés".

Iain Percy, skipper de +39 Challenge : “Je crois toujours que notre série de hauts et de bas va finir par s’arrêter et à chaque fois je suis surpris, mais ils contribuent aussi à renforcer l’équipe. Nous avons navigué hier pour la première fois avec le mât version 4 qu’Alinghi nous a prêté. Sans ce mât nous ne pourrions même pas navigué".

Jesper Bank, skipper de United Internet Team Germany : “Il y a deux ans à peine, l’équipe n’existait pas, le bateau non plus. Il n’y avait rien. Nous sommes fiers d’être là aujourd’hui parce nous venons de très loin. Nous voulons prouver que nous sommes capables de bien naviguer et nous allons essayer de progresser un peu plus chaque jour pour la prochaine Coupe".

Pierre Mas, skipper de China Team : “Pour notre première journée, nous sommes opposés à deux grosses équipes, donc ce sera difficile. Mais contrairement à ces équipes, nous n’avons aucune pression sur cette Louis Vuitton Cup. Si elles veulent avancer en demi-finales et aller jusqu’au bout, elles devront absolument battre China Team, donc attention !"


Louis Vuitton Cup - Round Robin 1 - Tableau des résultats

- 1 Emirates Team New Zealand (NZL) 4
- 2 BMW ORACLE Racing (USA) 3
- 3 Luna Rossa Challenge (ITA) 3
- 4 Desafío Español 2007 (ESP) 3
- 5 Mascalzone Latino-Capitalia (ITA) 2
- 6 Victory Challenge (SWE) 2
- 7 Team Shosholoza (RSA) 2
- 8 Areva Challenge (FRA) 1
- 9 +39 Challenge (ITA) 2
- 10 United Internet Team Germany (GER) 1
- 11 China Team (CHN) 1


[1La nouvelle "afterguard" française est composée de Sébastien Col à la barre, Tanguy Carriou à la tactique, Frédéric Guilmin au poste de stratège et Jean-François Cuzon est navigateur.



A la une