SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Valencia Louis Vuitton Act 2

Quatre défis sortent en tête après le premier Round Robin espagnol

Luna Rossa et Emirates TNZL créent la surprise d’entrée de 2e Round

samedi 9 octobre 2004Information America’s Cup

Du vent, des avaries, des retournements de situation et des régates au contact ont assuré le spectacle de la quatrième journée du Valencia Louis Vuitton Act 2. Malgré quelques sueurs froides, Luna Rossa Chalenge et Emirates Team New Zealand conservent la tête du classement provisoire.

Oracle BMW Racing est au niveau des meilleurs. Ce n’est pas surprise mais la concurrence a monté le ton par rapport à Marseille
Photo : G.Martin-Raget/BMW Oracle Racing

Avec 12 matchs programmés samedi et un vent de terre très instable soufflant entre 15 et 25 nœuds, toutes les conditions étaient réunies pour assister à des matchs passionnants, dignes des grandes heures de l’America’s Cup. Contrairement aux pronostics, ce n’est pas le match attendu entre Team Alinghi et BMW ORACLE Racing, facilement remporté par les Américains, qui a tenu les spectateurs en haleine dans la première série du jour (flight 7), mais bien celui qui opposait K-Challenge au Team Shosholoza. La régate avait bien commencé pour l’équipage de Thierry Peponnet, parti avec 15 secondes d’avance sur les Sud-Africains. Mais ces derniers ont repris la tête au portant après un bord très serré - 5’’ d’avance à la 2e bouée. La course semblait jouée dans le dernier bord lorsque FRA 57, après un problème à l’envoi de spi, accusait plus de 200 mètres de retard. Mais à la surprise générale, les Français sont revenus de nulle part, à plus de 17 nœuds sous spi, avec l’étrave fumante d’écume. Bord à bord à quelques centaines de mètres de l’arrivée, les deux équipages se sont lancés dans un sprint final remporté de cinq petites secondes par K-Challenge.

L’autre match à suspense du jour opposait Luna Rossa à BMW ORACLE Racing dans le flight 1 du deuxième Round Robin. A la barre d’USA 71, Gavin Brady, a plutôt mal commencé en prenant un faux départ. Obligés de revenir contourner la bouée de bout de ligne, les Américains sont finalement partis avec 46’’ de retard. Mais dès la marque suivante, le retard n’était plus que de 17’’. Au premier bord de portant, BMW ORACLE Racing continuait son come-back incroyable et terminait le premier tour dans le sillage du Class America italien (7’’). En creusant l’écart sur le bord de près suivant, Luna Rossa Challenge pensait peut-être avoir fait le plus dur. Mais un spi déchiré au milieu du dernier bord sur ITA 74 a redonné espoir à Gavin Brady qui a repris la tête. Les deux bateaux, bord à bord jusqu’à la ligne d’arrivée, se sont alors livré un duel sans merci. Quelques mètres les séparaient au moment du dernier empannage à moins de trois longueurs de la ligne. L’incroyable s’est produit lorsque BMW ORACLE Racing a franchi l’arrivée avec seulement 2 secondes d’avance. Le bateau américain a commis une faute en touchant la bouée de bout de ligne avec son écoute de spi. Le temps de faire un tour de pénalité et de repasser la ligne, 4’45’’ se sont écoulées. Les Italiens pouvaient s’estimer chanceux...

L’autre fait marquant du jour est la succession d’avaries. Quatre des douze matchs du jour se sont terminés avec un seul ba teau. Sur ses deux premiers matchs, LE DEFI a cassé un tangon, un winch, une écoute de spi et déchiré deux génois. +39 Challenge a déchiré sa grand-voile et K-Challenge n’a pas pris le départ contre BMW ORACLE Racing pour changer de grand-voile. Emirates Team New Zealand a brisé sa bôme et mis tout en œuvre pour en changer à temps avant son match contre Team Shosholoza. Mais les Sud-Africains ont finalement renoncé à participer à ce dernier match à cause d’avaries également.

Côté français, le 2e Round Robin marquait à nouveau les retrouvailles entre les deux équipages tricolores, LE DEFI et K-Challenge. La régate a tourné court pour les hommes de Thierry Peponnet, victime d’une nouvelle avarie, cette fois-ci au niveau de la bordure de grand-voile. Philippe Presti et l’équipage du DEFI ont remporté leur deuxième victoire en trois matchs contre K-Challenge et ont pris une sérieuse option sur la 5e place au général.

Lors du premier match de la journée, les Américains ont battu les tenants de la Coupe de l’America
Photo : G.Martin-Raget/BMW Oracle Racing

- Peter Holmberg, barreur du Team Alinghi : "c’était un jour difficile. Dans la première course, nous avons disputé un beau duel dans le pré-départ. Nous voulions la droite et nous l’avons eue. Sur le premier bord de près, le vent a beaucoup tourné mais, à la bouée au vent, nous nous étions suffisamment rapprochés de USA 71 pour pouvoir attaquer. Nous avons cassé, ce qui nous a empêché de passer davantage à l’offensive. Sur le deuxième bord de près, les bascules n’ont pas été autant favorables.

- Pierre Mas, navigateur du DEFI : « Nous avons perdu contre les deux gros calibres. Dans le premier match contre Emirates Team New Zealand on s’en sort plutôt bien au départ, avant de casser le tangon de spi et une pièce de winch. Dans la deuxième manche contre Luna Rossa nous avons cassé d’entrée pas mal de matériel. Mais c’est l’avarie des deux génois utilisables dans ce vent qui nous a contraint à l’abandon. Vu les conditions musclées sur le plan d’eau, il nous fallait absolument réparer pour garder toutes nos chances dans la troisième régate. En déclarant forfait cela nous donnait plus de temps pour réparer, ce que nous avons fait. L’équipe à terre s’est immédiatement mobilisée et ils ont très bien bossé. Dans la dernière manche qui nous opposait à K-Challenge, nous partons à droite comme on l’avait décidé et on creuse l’écart grâce à des risées de droite. Nous avons eu un problème lors d’un empannage et le spi a commencé à se déchirer. Pour une fois cela n’était pas dû à l’usure mais à une mauvaise manipulation, souligne encore Pierre, et nous perdons du terrain jusqu’à ce que la même mésaventure arrive à notre adversaire. On réussi ensuite à maintenir une confortable avance sur tout le reste de la manche. La journée a été dure mais elle se termine bien pour nous. Les gars sont contents mais fatigués, il y a eu des rafales à près de 30 nœuds sur le plan d’eau, c’est très éprouvant physiquement. »

- Sébastien Col, tacticien K-Challenge : "Ce n’est pas une mauvaise journée, car on a tout de même gagné un point. Encore une fois nous avons appris pas mal de choses aujourd’hui ; certes notre bateau est fiable, mais il ne faut pas oublier que la voile est aussi un sport mécanique, et que la moindre pièce qui casse est un imprévu à gérer, même si on essaye de les prévoir au maximum".

Louis Vuitton Act 2 - Résultats et classement provisoire

Flight 7
- Match 1 USA 71 bat SUI 64 delta 1:15
- Match 2 NZL 81 bat FRA 69 delta 4:15
- Match 3 FRA 57 bat RSA 48 delta 0:05
- Match 4 ITA 74 bat ITA 59 DNF

Flight 4
- Macht 1 SUI 64 bat RSA 48 delta 1:54
- Match 2 ITA 74 bat FRA 69 DNF
- Match 3 NZL 81 bat ITA 59 delta 1:14
- Match 4 USA 71 bat FRA 57 DNS

Round Robin 2

Flight 1
- Match 1 NZL 81 bat RSA 48 DNS
- Match 2 FRA 69 bat FRA 57 delta 1:03
- Match 3 SUI 64 bat ITA 59 DNS
- Match 4 ITA 74 bat USA 71 delta 4:45

• Classement /Equipe / Points (matchs gagnés/courus)

- 1- Luna Rossa Challenge 7 points (7/8)
- 1- Emirates Team New Zealand 7 points (7/8)
- 3- Team Alinghi 6 points (6/8)
- 4- BMW ORACLE Racing 5 points (5/8)
- 5- LE DEFI 3 points (3/8)
- 5- K-Challenge 3 points (3/8)
- 7- +39 Challenge 1 point (1/8)
- 8- Team Shosholoza 0 point (0/8)


Le Marseille Louis Vuitton Act 1 de la 32e America’s Cup - Valencia, s’est déroulé du 5 au 11 septembre 2004 et a combiné régates en flotte et match racing.

Le Valencia Louis Vuitton Act 2 de la 32e America’s Cup - Valencia, est une épreuve de match racing qui se déroulera du 5 au 12 octobre.

Le Valencia Louis Vuitton Act 3 de la 32e America’s Cup - Valencia, est une régate en flotte qui aura lieu du 14 au 17 octobre.

Les compétitions de la 32e America’s Cup-Valencia se poursuivront en 2005 et 2006 avec d’autres Actes organisés dans différents sites dont Valence, Ville Hôte de la 32e America’s Cup

En 2007, une régate en flotte précèdera la Louis Vuitton Cup. Le vainqueur de la Louis Vuitton Cup rencontrera le Defender Team Alinghi lors de l’America’s Cup Match à Valence.



A la une