SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

America’s Cup

Peter Heppel : « Notre métier c’est l’invention plutôt que l’évolution »

"Il est maintenant permis de réaliser des lattes gonflables !"

mardi 6 juillet 2004Information PIPOF.com

Membre du Design Team pour l’équipe de Larry Ellison lors de la dernière Coupe de l’America, l’ingénieur et inventeur anglais, Peter Heppel, expose sa vision de l’innovation pour la nouvelle génération de voiliers de type Class America.

Peter Heppel est aussi un passionné de course au large. Il avait terminé deuxième de la seconde étape de la Mini-Transat 1999
Photo : Ch.Guigueno / Pipof.com/voile

À la suite de mon expérience avec Oracle BMW Racing lors de la précédente édition de la Coupe de l’America, je constate que le premier enseignement à retirer est que l’on ne dispose jamais de tout le temps nécessaire ! Oracle BMW Racing et Alinghi ont obtenu d’excellents résultats avec le peu de temps qui était à leur disposition. Le temps est une et, peut-être même la seule, ressource limitée. Tout syndicat doit donc parfaitement cibler les ressources nécessaires pour mener à bien son défi. Il doit aussi savoir rapidement dans quelle direction il veut aller afin de s’organiser pour aller aussi loin que possible. C’est d’ailleurs le cas de tout business. La Coupe, c’est une gestion du business à l’extrême. C’est le championnat du leadership !

Dans ce genre de challenge, il faut ensuite savoir ne pas se limiter en imagination car la conception d’un voilier de compétition est un concours infini. En tant que concepteur, c’est bien cela qui m’attire dans la Coupe de l’America. Cela prend en compte tout de ce que l’on a déjà vu, vécu et imaginé auparavant. Désormais, avec la nouvelle jauge, il sera plus difficile de bien mettre au point un Class America génération 2007. Les gréements, par exemple, seront plus légers car le poids réglementaire a été réduit. La surface de voilure est plus importante donc les sollicitations augmentent. Il faudra aussi tenir compte du nouveau plan d’eau. Celui d’Auckland favorisait la polyvalence. Reste à voir si les équipes vont tout cibler sur le plan d’eau de Valence, ou bien vont prendre en compte l’ensemble les plans d’eau du circuit.

Chez Peter Heppel Associates, nous sommes généralement sollicités pour épauler l’équipe des sail-designers dans leur travail de conception. Cette collaboration porte tout aussi bien sur de petites améliorations que sur des ‘black projects’ très innovants. La première tâche d’un travail de design est souvent de préciser le but de la voile et de définir un profil de performance qui corresponde au bateau, au plan d’eau et surtout à l’équipage. On ne part pas pour autant d’une page blanche : la conception d’une voile commence par l’observation des générations précédentes. L’équipe dispose d’outils d’aide au design qui vont de pairs avec la construction et l’observation. Cela rend ainsi possible l’exactitude de la reproduction des volumes et des fibres d’une génération à une autre. Ce procédé est très évolutif. L’amélioration se fait pas à pas, génération après génération, sans rupture. Il y a cependant des exemples d’innovations brutales - comme le genaker de Tom Schnackenberg - qui peuvent changer radicalement le design et les performances d’une voile.

De par notre implication dans des projets très divers nous sommes plongés au quotidien dans le monde de l’invention. C’est le cas actuellement avec le ptérodactyle (c.f. encadré) pour lequel nous étudions une membrane en mouvement ! On peut ainsi dire que notre métier, c’est même davantage l’invention que l’évolution. Un autre exemple serait notre expérience en collaboration avec la Nasa avec qui nous avons conçu l’exemplaire le plus extrême possible de volume en matière textile résistant à une forte pression. Ces inventions sont à la base des développements que nous envisageons pour la nouvelle génération de Class America.

Il est maintenant permis de réaliser des lattes gonflables ! Les lattes classiques de la Coupe sont des éléments de carbone rigide. Elles ne cassent pas souvent, mais les équipages ont conscience du risque de casse en cas de manœuvres trop violentes. Cette fragilité réduit les possibilités tactiques du match race. Une latte gonflable serait, elle, robuste comme un putching-ball ! Si elle est trop sollicitée, elle se plie sans s’abîmer. Cela permettrait des manœuvres beaucoup plus agressives, en particulier lors des phases de départ. Par contre, la casse serait catastrophique ! L’éclatement d’une latte gonflée à 50 bars entraimerait des dégâts importants. Il faut donc bien choisir les matériaux et leur mise en œuvre pour que cela tienne, tout en restant léger... Notre expérience à la NASA est directement utilisée lors de ce type de développement.

La tenue de la chute des voiles est un problème largement identifié par la communauté. Tous les régleurs réclament des voiles dont la chute soit « ouverte » en haut et « tendue » en bas ! Le « flipper » de Team New Zealand, en 2000, a permis d’ouvrir le haut du génois. Cela a constitué un important progrès ; adopté par tous depuis. Nous finalisons actuellement le développement d’une grand-voile qui, grâce à des astuces de construction, aurait le même type de comportement et produirait le même effet...

Et chez Peter Heppel Associates, ce sont justement notre esprit d’invention et notre expérience de l’évolution dans le milieu de la voile, dans l’industrie comme dans le monde de la recherche, qui nous permettent d’assister des équipes de haut niveau pour des campagnes de Coupe de l’America ou sur les circuits de course au large.


Voir en ligne : Info PIPOF.com / PHA


• Réalisations spectaculaires de PHA

Des voiles de l’Hydraplaneur en passant par la Nasa, une structure en pierre et un ptérodactyle, les dernières réalisations de PHA, Peter Heppel & Associates.

Ptérodactyle : ailes du dinosaure - 2004
- Ce projet réalisé en collaboration avec l’université de Stamford (usa) pour national Geographic vise à réaliser la maquette volante à l’échelle 1 d’un ptérosaure.

Structure en pierre : stone curtain - 2003
- À la demande du syndicat des maçons américains, le cabinet d’architecte studio gang a conçu cette structure composée de plus de six cents pièces de marbre translucide. HA a pris en charge la conception qui impliquait des choix de méthodes et de matériaux particuliers.

NASA : advanced inflattable airlock - 2000-2002
- Peter a géré le développement d’un projet de deux ans consistant en la conception et la mise au point d’un prototype d’un sas de sortie de navette spatiale en matière textile. Cette structure de deux mètres de diamètre a passé avec succès un test de mise en pression à quatre bars.

• L’équipe de Peter Heppel Associates

Peter Heppel
- Ingénieur spécialisé dans les structures textiles et en aérodynamique, il a apporté des innovations particulièrement dans les domaines de l’architecture de l’industrie et de la coupe de l’America. Son implication dans la coupe de l’America date de 1982 lors de laquelle il a développé un code complet d’analyse de voiles et de nombreuses autres innovations. En 1995, son logiciel, relax, fournissait la plupart des défis.

Thomas Ricard
- Ce jeune ingénieur français de 27 ans, spécialisé en mécanique et développement, travaille avec Peter Heppel depuis un an après avoir fini ses études au Yacht Research unit à l’université d’Auckland.
-  Contact : Peter HEPPEL Associates
- email : peter@peterheppel.com
- http//www.peterheppel.com



A la une