Sea, Sail & Surf

From offshore to inshore: all the news abouts sea sports from 2000

Prototype Mini 650

Pierre Le Roy : "J’ai fini plein pot avec le bon angle et c’était top ! "

Sunday 14 August 2022Redaction SSS [Source RP]

Après avoir remporté la première étape et établit, dans le même temps, un nouveau record Record #sailingrecord de la distance parcourue en 24 heures en Mini 6.50 avec un total de 308 milles, Pierre Le Roy s’est une nouvelle fois imposé, ce dimanche 14 août, dans la manche retour. A 7h23, le skipper de TeamWork a en effet bouclé les 1 270 milles du parcours entre l’île de Faial et la Vendée avec une vingtaine de milles d’avance sur son poursuivant le plus proche, réalisant ainsi un sans-faute dans l’épreuve. Un succès qui clôt de la plus belle des manières quatre années sur le circuit des Mini 6.50 et qui, il l’espère, va désormais lui permettre de voir plus grand !

« Avant de partir sur cette deuxième étape, je m’étais dit que quoi qu’il arrive, c’était le général qui comptait mais en fait je suis trop content de l’avoir claquée, celle-là ! D’une part, parce qu’elle était dure et, d’autre part, parce que pense que je n’ai pas fait une trajectoire géniale lors des trois premiers jours. Il y a eu du match constamment et le fait de revenir comme ça à la fin, ça a rendu la course vraiment trop géniale ! »,

a commenté Pierre Le Roy ce matin, après près de dix jours de mer. Dix jours intenses lors desquels il a fallu faire de vrais choix sur le plan stratégique. Accepter de perdre du terrain à certains moments en espérant mieux en gagner ensuite.

« En décidant de partir sur une trajectoire plutôt sud, j’ai su que je n’allais pas être bien au pointage pendant trois-quatre jours. Forcément, j’ai parfois douté. Il y a aussi eu des questionnements en lien avec mon problème de quille. Quand j’ai vu que j’allais me taper 20-25 nœuds au près avec 2,5 mètres de houle alors qu’elle bougeait, j’ai hésité à y aller mais à partir du moment où j’ai pris la décision d’y aller et de jouer, je n’ai pas retenu le truc »,

a relaté le météorologue qui a régaté pied au plancher mais aussi avec audace et panache, comme à son habitude.

Solide dans sa tête

« J’étais parti dans l’idée de gérer un peu mais une fois dedans, j’ai navigué poignée dans le coin, comme toujours. A aucun moment, je n’ai molli. J’ai réglé le bateau pour que ça aille à la bonne vitesse tout le temps »,

a détaillé Pierre qui a compté jusqu’à 70 milles de retard sur le leader à la mi-parcours, avant de récolter les fruits de son option et de finalement s’imposer avec plus de trois heures d’avance sur son dauphin.

« Quand j’ai reçu le dernier classement, il y avait encore entre 30 et 40 milles d’écart avec Jacques (Delcroix). Il était devant mais je me doutais qu’il avait un angle de progression pas terrible pour rallier Les Sables, contrairement à moi. Quand le bateau a commencé à accélérer et à planer, j’ai pensé que ça le faisait, que je pouvais aller chercher la première place, surtout que le vent était un tout petit peu plus fort que prévu. Finalement, tout s’est joué avec la dernière rotation vent et des petites dépressions orageuses. Dès lors, pour moi c’était bingo ! J’ai fini plein pot avec le bon angle et c’était top ! »,

s’est réjoui le Lillois qui, pour mémoire, avait remporté le premier acte avec une avance considérable de 20 heures et 27 minutes sur son poursuivant le plus proche, et qui devient le troisième marin à réaliser un sans-faute dans l’épreuve après Aymeric Chappellier et Ian Lipinski dans la catégorie des Proto.

La SAS, une course dure et exigeante

« Cette Les Sables – Les Açores – Les Sables est une course vraiment dure parce que les bateaux ramassent. On affronte des conditions météo qui sont dures. Plus dures que sur la Mini Transat, avec souvent beaucoup de près. C’est une épreuve délicate dans la gestion de la machine notamment. Je suis hyper content de la remporter après avoir gagné les deux manches. Ça clôt deux années en Proto de la plus belle des manières. C’est trop bien. Ce bateau-là, c’est une super histoire Histoire #histoire . Le projet a été lancé dans des conditions compliquées au moment du Covid. Un moment où je pensais que j’allais perdre mes sponsors. Ça s’est fait mais dans un timing hyper serré pour finalement gagner la Mini Transat. J’avais décidé de refaire une année de plus sur le circuit, avec comme objectif le doublé sur la SAS et dans un coin de la tête le record Record #sailingrecord des 24 heures. Tout s’est bien goupillé. C’est juste trop bien ! C’est incroyable ! Je suis trop content d’avoir fait ces quatre années en Mini, en Série d’abord, en Proto sur ce bateau qui est magique ensuite ! C’est simplement parfait ! »,

a ajouté le vainqueur de la Mini Transat qui continue de forger un joli palmarès et qui a légitimement désormais envie de voir plus grand.

« Je vais retourner à ce que je faisais avant le départ de la course, c’est-à-dire tenter de trouver des sponsors pour essayer de faire du bateau un peu plus gros. Je pense que vous l’avez remarqué, j’aime faire de la course au large ! J’aime beaucoup, beaucoup, beaucoup ça. Je veux absolument continuer à en faire, d’une manière ou d’une autre »,

a terminé Pierre Le Roy qui ambitionne à présent de s’aligner au départ de la mythique Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum – Destination Guadeloupe ou de la fameuse Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 en Class40 Class40 #Class40 et qui vise le Vendée Globe 2028.


- Communiqué Agence TB Press

Portfolio



Head news