SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat 650 Charente Maritime Bahia

Ronan Guérin prend la troisième place

mardi 30 octobre 2001Information Transat 650

Quatre heures et 47 minutes après Yannick Bestaven, l’Artisanat emmené par Ronan Guérin a coupé la ligne d’arrivée à Bahia.

image 300 x 159 Photo : J.Vapillon

Le figariste était content d’arriver à Bahia et manifestement il n’a pas été épargné par les petits soucis en mer. Un problème de drisse l’a obligé à monter dans son mât une nuit à 4 heures du matin par une mer houleuse, sa poulie de GV a cassé, son groupe électrogène ne chargeait plus, son GPS a pris l’eau et pour couronner le tout, il a été contraint de bricoler son safran qu’il avait perdu puis repêché à quelques heures de l’arrivée. « A plusieurs reprises j’ai bien cru que je ne pourrais pas finir cette course », lance le marin, qui ajoute malgré tout, que ce qui l’a fait le plus souffrir était la chaleur.

« J’ai essayé de recoller Brian et Yannick mais rien n’y faisait. Après l’Equateur, j’étais au-dessus des autres, j’aurais dû faire plus de vitesse mais je n’ai rien gagné. Depuis 4 jours, j’ai attaqué comme un fou sur les côtes brésiliennes ». Et comme il aime le préciser « J’ai pris un rythme de Figaro » .

Yannick était là pour l’accueillir et c’est dans les bras l’un de l’autre qu’ils sont passer « à la baille ». Il fallait bien que le vainqueur y passe ! Tout en séchant, ça discute tactique et option à la côte brésilienne. Les félicitations fusent. « Quitte à ne pas gagner, j’aime autant que ce soit toi qui remporte la victoire », lance le skipper de l’Artisanat et ajoute « maintenant j’espère te voir dans autre chose ! »

Il faut dire que les deux marins ont été très proches à un moment de la course. C’était dans le pot au noir. Les deux skippers ont navigué côte à côte, suffisamment près pour pouvoir discuter de vive voix.

Ronan a mis pied à terre content d’être arrivé au bout de sa course, malgré ses nombreuses avaries, mais manifestement il reste un peu sur sa faim, question preformances. « On a peu d’infos, c’est donc difficile d’élaborer une stratégie. On peut tout juste faire une simulation sur la position des autres. » Visiblement, c’est un aspect de la course qui l’a un peu perturbé.

Maintenant Ronan a d’autres objectifs : « la Transat, c’est un Vendée Globe en miniature. Je l’a fait pour avoir une expérience au large en solitaire et pour savoir si je suis fait pour ce genre de navigation », déclarait-il au départ de La Rochelle.

On pourrait bien le retrouver sur la ligne de départ du prochain Vendée Globe, en 2004. A suivre…


Classement Provisoire 2e étape - Catégorie Prototype à 17h (heure française)
1 ; 304 ; BESTAVEN Yannick ; AQUARELLE.COM ; temps de course : 18 j 16h:30mn:10s ; à 6.6 nds
2 ; 247 ; THOMPSON Brian ; LIGHTHOUSE LIFE FOUNDATION ; à 27mn 20 ; à 6.6 nds
3 ; 348 ; GUERIN Ronan ; L’ARTISANAT 1re ENTREPRISE DE FRANCE ; à 04h:46mn:50s ; à 6.5 nds
4 ; 151 ; LE BLEVEC Yves ; ACTUAL INTERIM ; à 05h:52mn:40s ; à 6.5 nds
5 ; 240 ; CURWEN Simon ; QDS ; à 08h 52mn 07s ; à 6.4 nds

Dans la même rubrique

Transat 650 Charente Maritime Bahia : Deux étapes et la Mini pour Yannick

Transat 650 Charente Maritime Bahia : Encore douze heures de route

Transat 650 Charente Maritime Bahia : Yves Le Blévec en tête au Cap Vert

Mini 650 : Classement final de la Mini-Transat 1999


A la une