Vous êtes ici : Accueil » FR-VOILE » Large » Multicoques » Christopher Pratt : "Putain, j’ai failli me noyer bordel ! (...)

#VOILE Multi 50 Drekan

Christopher Pratt : "Putain, j’ai failli me noyer bordel ! "

"En moins de deux secondes, le bateau est à la verticale, puis retombe à l’envers brutalement"

D 11 novembre 2017     H 09:00     A Redaction SSS [Source RP]     > 1754 visites     C 1

#multi50 | #Azores | | #TJV2015 |

agrandir
Voici le récit de Christopher Pratt de son chavirage à bord du Multi50 DREKAN Groupe. Avec Eric Defert, il est arrivé aux Açores vendredi et a pu revenir sur l’incident et leur sauvetage par un cargo. Un "récit long, mais difficile de condenser autant d’émotions".

"La nuit a été agitée sur l’océan comme sur la bannette. Allongé sur ma couchette de la cabine du navire militaire qui nous ramène aux Açores, je cherche désespérément le sommeil. Vous me direz, difficile de trouver un sommeil paisible lorsque tu viens de griller une carte de chance au jeu de la vie.

Revenons au Havre quelques jours plus tôt. Je suis au départ de ma quatrième transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 aux côtés d’Éric Defert sur un multicoque de 50 pieds. Le projet, bien que monté sur le tard, est fort sympathique. S’il est vrai que nous ne partons pas favori avec un bateau sans foil Foil #foil et notre manque d’entraînement, cela va être pour nous deux une expérience incroyable que de traverser l’Atlantique sur cette « engin ».

J’ai passé la semaine partagée entre les derniers préparatifs du bateau, les obligations médiatiques et ma famille.

Les dernières minutes à quai sont douloureuses. Je tente maladroitement de rassurer mes proches. Dernières embrassades, les amarres sont lâchées, je pars la gorge serrée et les yeux humides, comme on part au front... si ce n’est que moi j’ai choisi.

Le début de course est conforme à nos attentes et aux prévisions. Violent, rugueux, froid et humide. Beaucoup de vent, de la mer, du courant fort. Le parfait mélange pour que mon estomac ne me laisse pas avaler la moindre chose pendant les 48 premières heures de course. Nous naviguons prudemment. Éric assure bien dans la baston. Le bateau est en parfait état à la sortie du front le mardi matin. C’est là que nous décidons de vraiment attaquer la course. Nous avons pris un peu de retard sur nos concurrents, mais rien de rédhibitoire. Le mercredi, nous filons au portant et recollons peu à peu au peloton, en bataille pour la troisième place.

La nuit tombe et la fin de mon quart approche. La mer est désordonnée, courte ; le bateau difficile à mener. Je suis fatigué mais serein. Le bateau va bien. Éric se réveille. Le vent forcit. Nous échangeons quelques mots et décidons de réduire la toile pour la nuit. Il est en train d’enfiler sa veste pour sortir. Je suis proche de l’entrée de la coque centrale. C’est alors qu’une risée puissante, certainement combinée à une vague plus profonde, plus raide, que les autres fait brutalement sancir le bateau. Je suis projeté sous la casquette et ne parvient plus à bouger. En moins de deux secondes, le bateau est à la verticale, puis retombe à l’envers brutalement. J’essaie de me jeter dans la descente de la coque mais le pouf à billes sur lequel nous dormons me tombe dessus et m’en empêche.

De l’eau, de l’eau partout.

Du noir, rien que du noir. Je me dis que je vais pouvoir respirer entre la mer et les filets. Non, ce n’est pas le cas. Je ne vois rien. Je sais que pour sortir de là, il me faut nager sous le filet jusqu’à trouver une sortie au bout d’une coque ou d’un bras de liaison. Je le fais d’instinct, sans trop y penser. Je suis confiant. Pas de panique. Quand soudain un bout se prend autour de mon cou. J’essaie de le dégager en poussant plus fort sans succès. J’essaie de respirer. Je bois la tasse. Je fais machine arrière. Je lâche le filet. Me voilà libre de nouveau. Je parviens à rattraper le bateau. C’est la poutre arrière. C’est bon, c’est gagné ! Je me hisse sur le filet sans même m’en rendre compte, alors que je porte mes bottes, mon gros ciré et quatre couches de polaire. J’entends Éric crier. Il m’appelle. Je tape sur la trappe de survie. Il m’ouvre et je m’engouffre dans la coque centrale.

Je suis dedans. Je suis choqué.

Nous jurons tous les deux. « Putain, j’ai failli me noyer bordel ! ». Je suis choqué.

« Putain de merde, on a retourné le bateau » dit Éric. Choqué aussi.

Nous déclenchons la balise de détresse. Nous attrapons le container de survie pour appeler la direction de course et les informer de notre situation. Le Bateau est à moitié rempli d’eau, de gazole, de nourriture explosée partout. Les vagues font des geysers autour de la descente. Nous essayons de la fermer pour étanchéifier un peu notre habitacle. Après quelques échanges avec la direction de course, et de nombreux entre nous, nous décidons de passer la nuit dans la coque retournée. De toute façon, impossible de tenter une opération de secours de nuit dans ces conditions de mer et de vent. Il est à peine 23h00, la nuit va être très longue…

Je me change et parviens à trouver des vêtements secs avant d’enfiler la combinaison de survie. Nous rangeons ce qui peut l’être. Nous préparons les grab bags avec les affaires essentielles que nous voulons emporter. Nous écopons un maximum d’eau. Nous voulons surtout bien fermer cette maudite descente par laquelle les vagues frappent puis envahissent la coque. Après maintes reprises, nous parvenons à un résultat convenable à l’aide de rabans et de longes de harnais. Nous tentons chacun de nous aménager un « coin » pour se reposer, s’allonger sur des sacs, des bidons, des bouteilles, sans être complètement dans l’eau. J’ai mal au dos. J’ai mal aux cervicales. J’essaie de trouver le sommeil. Impossible. Je me refais le film sans cesse. Plus exactement, deux films passent. Le premier interroge la situation. Comment en sommes-nous arrivés à chavirer, alors que nous avions mis la sécurité en tête de nos priorités ? Nous naviguions très prudemment, trop peut-être même pendant ces trois premiers jours de course, et là, en l’espace d’une fraction de seconde, nous voilà à l’envers. Merde, putain de merde.

Le second film est bien plus noir. Effrayant. Macabre.

Le second film, c’est celui de ma sortie du filet. Plus il repasse, plus je réalise qu’il y avait 9 chance sur 10 pour que ça se passe mal. Prendre le bateau sur la tête, être assommé. Rester coincé dans des écoutes. Partir dans la mauvaise direction. Lâcher le bateau. Me retrouver à nager dans la nuit au milieu l’Atlantique. J’ai eu de la chance. Un joker. Ça s’appelle un joker. Je viens d’en griller un. Je lance cette phrase à Éric. Il ne dément pas.

Nous nous parlons un peu, éclairons de temps en temps pour vérifier le niveau d’eau. Éric me raconte son premier naufrage, il y a 20 ans, en méditerranée. Il était resté une semaine dans une coque retournée en plein hiver avant qu’un cargo ne l’aperçoive par hasard. Il avait bien failli y rester. Je relativise. Il ne fait pas si froid. Nous sommes en contact avec les secours. Il y a toujours pire. Je pense à Darell Standing, le « vagabond des étoiles » de Jack London. Lui, il parvenait à s’évader dans des vies antérieures ligoté pensant des jours dans une camisole de force au fond de sa cellule. Je pense à ma famille. J’essaies de trouver un sens à tout cela. Quel est le message ? Dois-je passer à autre chose ? Est-ce simplement « normal » dans une vie de skipper ? Mes pensées me laissent peu de répit. Soudain, j’aperçois de la lumière dehors. Nous attrapons la VHF dans le container de survie pour appeler le cargo. Il est là. Tout près. J’essaie de sortir la tête pour leur faire des signes. Nous parvenons à les joindre. Ils passeront la nuit à nos côtés Nous convenons de nous appeler toutes les deux heures seulement, car notre batterie VHF est faible. Il est deux heures du matin. Il devrait faire jour dans 5 à 6 heures...

La nuit défile entre pensées, écopage et échanges avec le cargo.

Le jour arrive enfin. Nous échangeons à nouveau avec la direction de course par téléphone satellite, puis avec le sponsor. Nous préparons les derniers détails de notre évacuation. Nous assurons l’étanchéité du bateau, pour que l’on puisse le retrouver. Les batteries commencent à surchauffer. Des court-circuit apparaissent. Une fumée noire envahit l’habitacle. Nous coupons l’alimentation et évacuons la fumée par les hublots. Il est vraiment temps de se tirer de là.

Il est 08h00. L’opération de sauvetage est lancée. En accord avec le cargo nous sortons sur les filets et voyons apparaître un canote ridicule avec trois hommes à son bord, poussé par un moteur minuscule. Ils parviennent à peine à étaler le vent et la mer. Je me dis « Mon dieu, c’est une blague. Bordel, on n’est pas encore sorti d’affaire. »

Après vingt bonnes minutes à lutter contre le vent et la mer, ils arrivent à proximité du trimaran. Nous leur lançons une amarre, puis parvenons à sauter à bord. Et nous voilà donc reparti, à 5, dans cette coquille de noix, ballotée par des vagues de plus de trois mètres et un vent fort. Nous approchons péniblement du bord du cargo. C’est à ce moment-là que les choses sérieuses commencent. Il va falloir grimper à bord sans se faire broyer par le mastodonte. Nous nous y reprenons à plusieurs fois pour amarrer le radeau malgré toute la bonne volonté de l’équipage philippin. Le matériel est sommaire et vétuste. Cela n’aide pas. La première amarre cède, le radeau s’écrase sur la coque. Nous manquons de nous retourner. Nous passons à quelques mètres seulement des hélices. Le moteur cale. Seconde tentative, nous agrippons des sangles. Ça y est, nous sommes amarrés. Je me jette sur l’échelle de cordes. Éric m’emboite le pas. Nous sommes à bord, sains et saufs. Je n’y crois pas. J’ai les larmes aux yeux. Nos sauveteurs galèrent encore de longues minutes à remonter le radeau à bord. Nous sommes accueillis comme des princes à bord de ce petit cargo allemand.

Ces gars ont passé la nuit à nous tourner autour pour nous sauver. Ils ont ensuite risqué leur vie pour venir nous récupérer. L’un des officiers, Sergueï me lance en riant « It’s my birthday ». « For sure, this one, you’ll never forget ! ».

Après quelques heures à peine de repos sur ce cargo entourés d’un équipage accueillant autant qu’amusant. On nous signifie que nous allons être transférés sur un navire de guerre en pleine mer. « Say what !? ». La simple perspective de me remettre en combinaison de survie, de procéder à un nouveau numéro d’équilibriste entre les échelles de cordes m’agresse. Qui plus est, quitter ce cargo et cet équipage nous attriste. Nous aurions bien volontiers passé la soirée avec eux pour fêter l’anniversaire de Sergueï ! Après des au-revoir chaleureux au commandant et à tout son équipage, nous revoilà en tenue de gala, pour un nouveau tour de manège !

Cette fois-ci, tout se passe très vite, dans la sérénité et le professionnalisme militaire. La froideur aussi est de mise. Nous embarquons à bord de la frégate. Personne ne nous salue. Nous peinons même à savoir que faire et où aller. Finalement, un quartier-maître nous indique une cabine qui nous sera attribuée et des douches. Il promet de revenir nous voir dans quelques temps. Nous attendons en vain. Nous nous aventurons dans le navire, trouvons la salle de repos ou plutôt le réfectoire télévisé, nous nous asseyons là dans l’indifférence générale. Nous avalons un repas en suivant le rituel des matelots qui nous expliquent vaguement le fonctionnement du bord. Rapidement, je regagne la cabine pour essayer de dormir enfin.

Avec mes podcasts écoutés d’une oreille distraite, le sommeil arrive enfin. Je me réveillerai quasiment 6 heures plus tard. Une éternité.

Au matin, nous atteignons enfin les Açores.

Nous sommes accueillis en grandes pompes par l’amiral qui nous invite à visiter le MRCC afin d’échanger avec ses équipes qui ont coordonné le sauvetage et de faire quelques photos.

Dans un hôtel douillet du centre de Ponta Delgada, je me reconnecte enfin au monde terrien et découvre avec émotions les messages de soutien et de tendresse de la famille et des proches. Je vais rester quelques jours sur l’île pour décompresser. Merci à tous les gens qui ont oeuvré dans l’ombre dans ces 48 heures particulièrement complexes, en particulier Thibaut Georges, le patron de DREKAN Groupe qui met d’ores et déjà tout en oeuvre pour sauver le bateau. "

Christophe Pratt / www.christopher-pratt.com

1 vote


Dans la même rubrique

Multi50 Drekan

Transat Jacques Vabre : manoeuvre d’évacuation réussie pour Eric Defert et Christophe Pratt après leur chavirage

La manoeuvre d’évacuation a réussi. Les deux skippers, Christopher PRATT et Eric DEFRT, sont en sains et saufs à bord du cargo. De plus amples nouvelles de leur état et des évènements sont attendus dans la journée.
Lire la suite →

Multi 50 Ciela Village

Thierry Bouchard : "Cette mise à l’eau est l’aboutissement de dix mois de travaux dont trois mois d’études"

Le Multi50 Ciela Village a été mis à l’eau mercredi 4 octobre à Port-la-Forêt (Finistère) au terme de trois mois d’études et huit mois de construction. Le premier Multi50 conçu pour porter des foils annonce la couleur avec des choix résolument nouveaux, œuvre du cabinet d’architecture VPLP Design et de l’équipe de Thierry Bouchard, skipper et armateur du bateau. La construction a été confiée à CDK Technologies.
Lire la suite →

Ultim

Trophée des Multicoques : Renouveau du GP de La Trinité du 28 au 31 août 2018

Créé en 1980 à l’initiative de l’ESIEA en partenariat avec la Société Nautique de La Trinité/Mer (SNT) et l’Union Nationale des Multicoques (UNM), le Trophée des Multicoques a marqué un moment-clé de la course océanique. À l’initiative de Marc Guillemot et de Dominic Bourgeois, ce rendez-vous va renaître fin août 2018 pour rassembler le maximum de voiliers à multiples coques à un peu plus de deux mois du départ de la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum .
Lire la suite →

Multi 50

Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc : Erwan Le Roux l’emporte pour la quatrième fois

La dernière journée du Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc a consacré l’équipage d’Erwan Le Roux (FenêtréA-Mix Buffet) dans des conditions de vent légères. Le Multi50 trinitain n’aura concédé que trois manches sur neuf ; une à Réauté-Chocolat (Armel Tripon), qui termine deuxième ; deux à Arkema (Lalou Roucayrol) qui complète le podium. La French Tech Rennes Saint-Malo (Gilles Lamiré), plutôt taillé pour le large, a néanmoins réussi à rester au contact.
Lire la suite →

Multi 50

Record SNSM : Victoire de Erwan Le Roux, Clément Bouyssou, Mathieu Renault et Mayeul Riffet en 50’

Samedi, à 17h36, FenêtréA – Mix Buffet a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée de la 13e édition du Record Record #sailingrecord SNSM. Auteurs d’un très bon départ, Erwan Le Roux, Clément Bouyssou, Mathieu Renault et Mayeul Riffet se sont d’emblée installés aux commandes de la flotte, creusant régulièrement l’écart sur leurs concurrents avant une avarie de gennaker au large des Sables d’Olonne qui les a contraints à naviguer sous Code 0 jusqu’à l’arrivée, leur faisant, de fait, perdre un peu de leur avance.
Lire la suite →

A la une

Ultim Actual

Tour du monde à l’envers : Yves Le Blevec entrevoit une petite fenêtre pour vendredi 24 novembre après-midi

Les fichiers météo n’ont plus de secrets pour Yves le Blevec. Depuis son retour à terre, il y a deux semaines, après sa première tentative de départ sur son tour du monde à l’envers, en solitaire, il les scrute attentivement. La situation instable de ces dernières semaines laisse cependant entrevoir une petite fenêtre pour demain, vendredi 24 novembre après-midi. Le skipper Actual a choisi de s’y engouffrer avant qu’elle ne se referme.
Lire la suite →

Transat en double

Transat Jacques Vabre : Maxime Sorel et Antoine Carpentier remportent la catégorie des Class40

Ce jeudi 23 novembre, à 00h 19mn 15s, Maxime Sorel et Antoine Carpentier ont franchi la ligne d’arrivée de la 13e édition de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2015 en première position de la catégorie Class40. Le duo aura mis 17 jours 10 h 44mn et 15s pour parcourir les 4 350 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse Vitesse #speedsailing moyenne de 10,40 nœuds, mais il a réellement parcouru 4 513 milles à 10,77 nœuds.
Lire la suite →

Coupe du monde de windsurf slalom PWA

Airwaves Nouméa Dream Cup : 80 riders engagés sur la 2ème journée

C’est dans des conditions dantesques que les 80 riders engagés sur la 2ème journée de la Airwaves Nouméa Dream Cup se sont affrontés. Sur cette dernière étape de la coupe du monde de windsurf Windsurf #Windsurf slalom PWA, les points se resserrent, la fatigue se fait sentir. Il ne faut rien lâcher : il reste encore quatre jours de compétition. Par ailleurs, la jeunesse était à l’honneur cet après-midi avec la NRJ Kids Race.
Lire la suite →

Course - croisière

Rallye des Iles du Soleil : Bon départ à destination de Marie-Galante en Guadeloupe

C’est samedi 18 novembre dernier à 11h00 que les onze bateaux inscrits à cette première édition du Rallye des Iles du Soleil ont pris le départ au large de Marina Lanzarote (Canaries) à destination de Marie-Galante (Guadeloupe). Vent de Nord/Est de 10/15 nœuds et mer peu agitée au menu sur une ligne de départ mouillée quasi travers au vent pour éviter tous risques de collision pour les bateaux, sachant que ces derniers ont 2 800 milles à parcourir dans les étraves. A noter au moment du départ, la présence d’une dépression dans le nord de l’archipel canarien obligeant la flotte à privilégier en première partie de parcours une option vers le Sud. Et si certains envisageaient de passer au large de l’archipel cap-verdien, d’autres pensaient repiquer assez rapidement sur la route directe. A suivre...
Lire la suite →

AC75

36e America’s Cup : Le monocoque de 75 pieds à foils dévoilé

Voici le bateau qui sera le support de la prochaine Coupe de l’America défendue par les Néo Zélandais d’Emirates Team New Zealand. Ils avaient choisi de laisser de côté le catamaran ailé à foils de 50 pieds pour un monocoque moderne. Cela donne un 75 pieds à foils en T (pratique pour le match racingf !).
Lire la suite →

vendredi 24 novembre
  Visiteurs connectés : 20

accueil en français home page in english

seasailsurf

Partenaires


Evénements

Vidéos


Météo



SEASAILSURF Wear

T-shirt ML Dronautic
T-shirt Manches longues blanc Dronautic®
T-shirt manches courtes
Choisissez la couleur de votre t-shirt.

Réseaux





Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.