mercredi
26
octobre
2011

IMOCA : "rendre les bateaux plus fiables et moins coûteux"


A l’occasion du départ de la Transat Jacques Vabre   où la flotte des monocoques IMOCA sera forte de treize bateaux dont cinq unités de dernière génération, la classe a tenu une Assemblée générale au Havre pour envisager son avenir à l’issue du prochain Vendée Globe  . Objectif : proposer des perspectives dynamiques en vue de la Barcelona World Race   2014 et du Vendée Globe   2016.

Présidée par Luc Talbourdet, cette Assemblée générale à l’initiative du Conseil d’Administration de la Classe réunissait coureurs et armateurs pour un vaste tour de table dans la perspective des échéances à venir.

Premier constat : la classe IMOCA se porte bien. Malgré une situation économique défavorable, elle continue d’attirer de nouveaux projets, reste une des classes les plus attractives avec un programme qui gagne en cohérence : un tour du monde tous les deux ans et quelques grandes courses alternant navigation en double ou en solo et courses en équipages.

Il reste que les coureurs de la classe IMOCA se trouvent confrontés, comme tous les acteurs du monde sportif, à la difficulté grandissante de trouver les financements nécessaires à la mise en place d’un projet. Aujourd’hui, plusieurs navigateurs d’exception tels Jean Le Cam, Sam Davies ou bien encore Yann Eliès cherchent encore un partenaire à un an du Vendée Globe 2012.

Dès lors, sous l’impulsion de coureurs tels que Jean Le Cam, Dominique Wavre, Bernard Stamm ou bien Alex Thomson, le Conseil d’Administration a choisi de travailler sur une évolution de la jauge, animée par un double souci : rendre les bateaux plus fiables et moins coûteux.

Luc Talbourdet a rappelé que l’avenir de la Classe passait aussi par son développement commercial, la stabilité de son programme, et la prise en compte du contexte économique actuel qui touche tout le monde, quels que soient son activité ou son pays. Aujourd’hui l’IMOCA arrive à maturité et chacun a bien compris qu’il fallait envisager les problématiques à venir de manière globale : technique, sécurité   des bateaux et des équipages, mais aussi retour sur investissement pour les partenaires, communication   et marketing sont des composantes essentielles qu’il convient de traiter à égalité.

Une alternative pour renforcer l’attractivité

Le Conseil a rendu compte de son travail et l’Assemblée a permis aux membres, skippers et armateurs, de s’exprimer. La teneur des débats était sereine et constructive. Logiquement, la classe a aussi recueilli les avis de ses principaux organisateurs à savoir le Vendée Globe et la Barcelona World Race  , tous deux favorables à une solution qui renforce l’accessibilité aux coureurs, aux entreprises, et notamment aux PME.

L’IMOCA a réfléchi sur l’évolution de sa jauge Open. Antoine Mermod, membre du Conseil, a présenté des mesures qui permettent de simplifier, de fiabiliser et de diminuer sensiblement le coût des bateaux. Dès lors l’alternative paraît de plus en plus claire : en conservant une jauge Open, la Classe continue de favoriser l’évolution des voiliers. Mais l’expérience prouve que plus les contraintes sont fortes, plus les évolutions coûtent cher et ce pour des gains parfois infimes.

C’est pourquoi, le Conseil d’Administration a proposé de s’intéresser à l’alternative d’un monotype. Cette solution impacterait sans conteste sur les coûts, sur la fiabilité et bien sûr sur la compétitivité. L’objectif clairement annoncé est de diminuer les coûts de 30% sans perdre en performance et compétitivité. L’Open a permis des évolutions fantastiques et passionnantes mais aujourd’hui pour gagner il faut non seulement être un skipper de talent mais aussi disposer d’une équipe technique exceptionnelle où spécialistes et ingénieurs se côtoient tous les jours.

Une telle évolution ne saurait en tous les cas être adoptée sans prendre en compte la viabilité de la flottille actuelle, qui propose encore six nouvelles unités dans la perspective du prochain Vendée Globe. C’est pourquoi, la classe IMOCA a décidé de laisser à tous, coureurs et armateurs un temps de réflexion. Rendez-vous est pris en janvier 2012 pour prendre les premières décisions sur ce que serait le meilleur avenir pour la classe.

- Info presse Classe IMOCA / www.imoca.org

Derniers commentaires

Précédentes actualités dans : #BUSINESS

25 octobre 2011 : L’enrichissante aventure skipper Macif est terminée pour le navigateur Eric Péron, devenu en trois ans une valeur (très) sûre du circuit Figaro. Ses résultats l’attestent. Pour concrétiser sa très nette progression, Eric est aujourd’hui à la recherche de partenaires. Objectif : gagner la  (...) suite
14 octobre 2011 : Ils étaient treize, ils ne seront plus que trois. Après une semaine de sélections, trois jeunes navigateurs ont été retenus pour participer à la finale du Challenge Espoir Bretagne - Crédit Mutuel. La sélection, menée par les entraîneurs du Pôle France Finistère Course au Large et treize  (...) suite
1er octobre 2011 : Eric Péron termine 3e de la Quiberon Solo, ultime épreuve du Championnat de France de Course au Large en Solitaire 2011. Il conclu ainsi avec brio son partenariat de trois ans avec la Macif ! En effet, un nouveau « Skipper Macif » va lui succéder : Fabien Delahaye, Isabelle Joschke, Xavier  (...) suite
22 septembre 2011 : A quelques jours du départ de la Transat 6.50 à laquelle participe Thomas, Financière de l’Echiquier annonce la poursuite de son engagement à ses côtés. Un gage de confiance pour le jeune skipper de Pénestin qui se lance un nouveau challenge, le circuit Figaro en 2012.
Pourquoi choisis-tu de  (...) suite
20 septembre 2011 : Parce qu’à plusieurs on va plus loin, plus vite et que l’on est plus fort que seul, Yannick Bestaven a décidé en 2011 de s’entourer d’une équipe, de créer une structure : une écurie de course au large. Peroven, c’est son nom, a pour vocation d’accompagner plusieurs skippers de course au large.  (...) suite
SeaSailSurf.com : A la Une

vendredi 25 juillet : A 100 jours du départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, Armel Le Cléac’h met fin à son stand-by débuté il y a bientôt 2 mois. Le Maxi Trimaran Solo Banque Populaire VII devrait quitter New York dans la nuit de samedi à dimanche, pour rallier son port d’attache de Lorient, non pas en configuration record , mais en convoyage d’entraînement en vue de la (...)
La dorsale a redistribué les cartes. Damien Audrain, Jonas Gerckens (Netwerk), François Jambou (Kairos) ; c’est le nouveau tiercé qu’il fallait jouer à la sortie de la dorsale. Les hommes du nord n’ont pas dévié de leur ligne de conduite : calcul payant. En proto, Davy Beaudart (Cultisol) et Michele Zambelli (Fontanot) ont repris leurs places sur le podium. Les coureurs du (...)
Mini 650
Frédéric Denis sera bel et bien au départ de la mini Transat 2015 à bord du mini 6.50 prototype n°800 [1]La société Nautipark, Gwénolé Gahinet et ses proches se sont joints à lui à l’occasion de la mise à l’eau de son bateau.
Redaction SSS [Source info presse] : Son unique partenaire actuel, la société Nautipark, équipementier des professionnels du nautisme et spécialiste du calage et du matériel de manutentions, était déjà l’un des partenaires du projet de Gwénolé Gahinet lorsqu’il naviguait en mini 6.50. Le projet de Frédéric Denis a tout de suite plu à tous les collaborateurs Nautipark : remettre en état le 800 [2], être au départ de (...)
Vainqueur de la dernière étape de ralliement, Courrier Dunkerque 3 a 17 points d’avance sur Groupama 34 ce soir à Nice. A moins de faire une dernière journée de course désastreuse, Daniel Souben et ses équipiers devraient remporter la 37è édition du Tour de France à la Voile demain. Pour la 3e place, rien n’est joué ! Bretagne - Crédit Mutuel Elite et Team Oman Sail n’ont (...)
M34
2 votes
Le Tour de France à la voile   2014 n’a réuni que 9 équipes. Les Grand-Surprise devaient intégrer la course comme annoncé lors du salon   nautique 2013 mais aucune équipe n’a pris cette option. L’organisateur du Tour, A.S.O. (du Groupe Amaury - L’Equipe - qui organise aussi le Tour cycliste), cherche donc une autre solution au M34   dont l’échec est flagrant. On parle du trimaran Diam 24 présenté au Nautic 2013 et de la fin des étapes de grand large.
jeudi 24 juillet • Christophe Guigueno : Qu’en pensez-vous ? Faut-il arrêter les étapes de grand large ? Ne faire que des régates en Longtze ou Diam 24 ? Quel est votre support préféré pour assurer l’avenir du Tour de France ? Entre les anciens monotypes, les nouveaux voiliers légers de régate ou, pourquoi pas, en allant piocher dans des classes existantes, où est la solution (...)
Class 40
Le groupe HBF - au travers de sa marque Otio - et Bastide Médical s’allient aux côtés de Kito de Pavant pour disputer La Route du Rhum   - Destination Guadeloupe dont le départ sera donné le 2 novembre de Saint-Malo. Ces deux ‘Partenaires titres’ donnent ainsi leur nom au Class 40’ (monocoque de 12,19m) que le skipper vient de prendre en main à Roscoff et à bord duquel il navigue actuellement en solitaire vers Port Camargue.
mardi 22 juillet • Redaction SSS [Source info presse] : Otio, Bastide Médical et Little Marcel rejoignent ainsi la famille des partenaires de Made In Midi. Depuis deux ans, Kito défend cette écurie de course au large qui valorise non seulement les navigateurs du Sud mais aussi et surtout l’énergie des entrepreneurs de sa région. Une vingtaine d’entreprises ont déjà goûté à la compétition en 2014 sur le circuit Figaro Bénéteau avec Kito (...)


T-shirt manches longues
SeaSailSurfeuses : choisissez la couleur de votre t-shirt.
T-shirt Dronautic
T-shirt blanc Dronautic®
Sponsors













Publicité




Réseaux






Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.





Sur le web


remonter en haut / back to top


SeaSailSurf ® est une marque déposée • Contact licence : Pipof.com
www.SEASAILSURF.com et www.SEASAILSURF.fr sont conçus, hébergés et édités par Pipof.com • © 1998/2014