mercredi
26
octobre
2011

IMOCA : "rendre les bateaux plus fiables et moins coûteux"


A l’occasion du départ de la Transat Jacques Vabre   où la flotte des monocoques IMOCA sera forte de treize bateaux dont cinq unités de dernière génération, la classe a tenu une Assemblée générale au Havre pour envisager son avenir à l’issue du prochain Vendée Globe  . Objectif : proposer des perspectives dynamiques en vue de la Barcelona World Race   2014 et du Vendée Globe   2016.

Présidée par Luc Talbourdet, cette Assemblée générale à l’initiative du Conseil d’Administration de la Classe réunissait coureurs et armateurs pour un vaste tour de table dans la perspective des échéances à venir.

Premier constat : la classe IMOCA se porte bien. Malgré une situation économique défavorable, elle continue d’attirer de nouveaux projets, reste une des classes les plus attractives avec un programme qui gagne en cohérence : un tour du monde tous les deux ans et quelques grandes courses alternant navigation en double ou en solo et courses en équipages.

Il reste que les coureurs de la classe IMOCA se trouvent confrontés, comme tous les acteurs du monde sportif, à la difficulté grandissante de trouver les financements nécessaires à la mise en place d’un projet. Aujourd’hui, plusieurs navigateurs d’exception tels Jean Le Cam, Sam Davies ou bien encore Yann Eliès cherchent encore un partenaire à un an du Vendée Globe 2012.

Dès lors, sous l’impulsion de coureurs tels que Jean Le Cam, Dominique Wavre, Bernard Stamm ou bien Alex Thomson, le Conseil d’Administration a choisi de travailler sur une évolution de la jauge, animée par un double souci : rendre les bateaux plus fiables et moins coûteux.

Luc Talbourdet a rappelé que l’avenir de la Classe passait aussi par son développement commercial, la stabilité de son programme, et la prise en compte du contexte économique actuel qui touche tout le monde, quels que soient son activité ou son pays. Aujourd’hui l’IMOCA arrive à maturité et chacun a bien compris qu’il fallait envisager les problématiques à venir de manière globale : technique, sécurité   des bateaux et des équipages, mais aussi retour sur investissement pour les partenaires, communication   et marketing sont des composantes essentielles qu’il convient de traiter à égalité.

Une alternative pour renforcer l’attractivité

Le Conseil a rendu compte de son travail et l’Assemblée a permis aux membres, skippers et armateurs, de s’exprimer. La teneur des débats était sereine et constructive. Logiquement, la classe a aussi recueilli les avis de ses principaux organisateurs à savoir le Vendée Globe et la Barcelona World Race  , tous deux favorables à une solution qui renforce l’accessibilité aux coureurs, aux entreprises, et notamment aux PME.

L’IMOCA a réfléchi sur l’évolution de sa jauge Open. Antoine Mermod, membre du Conseil, a présenté des mesures qui permettent de simplifier, de fiabiliser et de diminuer sensiblement le coût des bateaux. Dès lors l’alternative paraît de plus en plus claire : en conservant une jauge Open, la Classe continue de favoriser l’évolution des voiliers. Mais l’expérience prouve que plus les contraintes sont fortes, plus les évolutions coûtent cher et ce pour des gains parfois infimes.

C’est pourquoi, le Conseil d’Administration a proposé de s’intéresser à l’alternative d’un monotype. Cette solution impacterait sans conteste sur les coûts, sur la fiabilité et bien sûr sur la compétitivité. L’objectif clairement annoncé est de diminuer les coûts de 30% sans perdre en performance et compétitivité. L’Open a permis des évolutions fantastiques et passionnantes mais aujourd’hui pour gagner il faut non seulement être un skipper de talent mais aussi disposer d’une équipe technique exceptionnelle où spécialistes et ingénieurs se côtoient tous les jours.

Une telle évolution ne saurait en tous les cas être adoptée sans prendre en compte la viabilité de la flottille actuelle, qui propose encore six nouvelles unités dans la perspective du prochain Vendée Globe. C’est pourquoi, la classe IMOCA a décidé de laisser à tous, coureurs et armateurs un temps de réflexion. Rendez-vous est pris en janvier 2012 pour prendre les premières décisions sur ce que serait le meilleur avenir pour la classe.

- Info presse Classe IMOCA / www.imoca.org

Derniers commentaires

Précédentes actualités dans : #BUSINESS

25 octobre 2011 : L’enrichissante aventure skipper Macif est terminée pour le navigateur Eric Péron, devenu en trois ans une valeur (très) sûre du circuit Figaro. Ses résultats l’attestent. Pour concrétiser sa très nette progression, Eric est aujourd’hui à la recherche de partenaires. Objectif : gagner la  (...) suite
14 octobre 2011 : Ils étaient treize, ils ne seront plus que trois. Après une semaine de sélections, trois jeunes navigateurs ont été retenus pour participer à la finale du Challenge Espoir Bretagne - Crédit Mutuel. La sélection, menée par les entraîneurs du Pôle France Finistère Course au Large et treize  (...) suite
1er octobre 2011 : Eric Péron termine 3e de la Quiberon Solo, ultime épreuve du Championnat de France de Course au Large en Solitaire 2011. Il conclu ainsi avec brio son partenariat de trois ans avec la Macif ! En effet, un nouveau « Skipper Macif » va lui succéder : Fabien Delahaye, Isabelle Joschke, Xavier  (...) suite
22 septembre 2011 : A quelques jours du départ de la Transat 6.50 à laquelle participe Thomas, Financière de l’Echiquier annonce la poursuite de son engagement à ses côtés. Un gage de confiance pour le jeune skipper de Pénestin qui se lance un nouveau challenge, le circuit Figaro en 2012.
Pourquoi choisis-tu de  (...) suite
20 septembre 2011 : Parce qu’à plusieurs on va plus loin, plus vite et que l’on est plus fort que seul, Yannick Bestaven a décidé en 2011 de s’entourer d’une équipe, de créer une structure : une écurie de course au large. Peroven, c’est son nom, a pour vocation d’accompagner plusieurs skippers de course au large.  (...) suite
SeaSailSurf.com : A la Une

dimanche 20 avril : En ce week-end pascal, tous les chemins mènent à Hyères, qui devient, le temps d’une semaine, le haut lieu de la régate au contact et le théâtre de l’ultime et cinquième étape de Coupe du Monde de l’ISAF (International Sailing Federation). Des conditions météo plutôt favorables, une organisation au cordeau pour ne rien laisser au hasard dans l’orchestration de (...)
Quatre jours de régates, et quatre configurations météo différentes. Pas d’erreur, une nouvelle fois, les vainqueurs de la 49e SNIM qui seront célébrés lundi soir devront avoir été parfaitement polyvalents sur le plan d’eau de la rade de Marseille, fidèle à sa réputation. Après la jolie brise et le Mistral d’Ouest, le vent a tourné Est en ce dimanche matin de Pâques, (...)
C’est dimanche de Pâques et, sur le Spi Ouest -France Intermarché, la tradition est respectée : chacun des 408 équipages encore en course a reçu son lot d’œufs de Pâques avant de gagner les zones de départs en baie de Quiberon. Aujourd’hui, il faisait un petit peu plus friquet qu’hier et les conditions météo étaient moins engageantes avec un souffle de Nord (...)
Voiles de Saint-Barth
Jamais en 5 années d’existence les Voiles de Saint-Barth n’avaient proposé à ses protagonistes un éventail aussi large de conditions de mer et de vent, sur l’extraordinaire plan d’eau de Saint-Barthélemy. Si les journées de mardi et mercredi offrirent des conditions plutôt médium, les deux dernières journées de course ont vu un alizé tonique balayer le secteur avec des vents de 25 noeuds et plus dans les rafales.
Redaction SSS [Source info presse] : 1 2 Chacun a ainsi trouvé son bonheur, des "petits" Melges 24 aux coques planantes, aux lourds Maxis à l’aise dans des vents soutenus. Le Comité de course a chaque jour su adapter ses parcours aux conditions, dessinant des courses équilibrées entre acrobatiques bords de près dans la mer formée, humides cavalcades au reaching, et splendides glissages au portant. Les 5e Voiles de (...)
Au Nord comme au Sud, pas de trêve pascale en ce dimanche de Pâques. Il reste 1 700 milles à parcourir jusqu’à l’arrivée à Saint-Barthélemy. 1 700 milles, c’est beaucoup, et les équipages, partis il y a deux semaines jour pour jour de Concarneau, commencent à trouver le temps long, à fatiguer physiquement. Ce matin, les Sudistes naviguent dans des conditions toniques où il (...)
Transat AG2R – La Mondiale
A 23h40 hier soir, la direction de course de la transat AG2R   LA MONDIALE s’aperçoit que la vitesse   du bateau Gedimat est anormale et se tient en veille. Quelques minutes plus tard, à 00h08, l’explication tombe de la bouche du skipper de Gedimat, Thierry Chabagny : "le bateau a démâté vers 21h TU (23 heures HF, ndlr)". Le monotype progressait alors dans des conditions maniables (15 à 18 noeuds d’ouest avec une mer peu agitée) à 615 milles dans le sud ouest de la Palma. Thierry Chabagny et Erwan Tabarly ne sont pas blessés. Ils ont pu ranger le pont et récupérer une partie du mât.
samedi 19 avril • Information Transat AG2R : Le bateau média Etoile qui suit la flotte de la Transat AG2R LA MONDIALE a pu se dérouter dès l’annonce du démâtage afin d’assurer un ravitaillement et de fournir plus d’autonomie au duo si besoin. Thierry Chabagny et Erwan Tabarly étaient artisans d’une option nord ; le duo de Gedimat croyait en ces chances de victoire jusqu’à hier où, selon Thierry, les (...)
vendredi 18 avril : Le maxi trimaran IDEC vient de s’extraire du Pot au noir. Il navigue ce vendredi midi à une soixantaine de milles de la corne du Brésil, entre Natal et Recife. Francis Joyon s’attaque à la dernière portion de la Route de l’Amitié : 1200 milles à couvrir le long des côtes brésiliennes, où les pièges sont nombreux. Il prévoit d’arriver mardi à Rio de Janeiro. (...)
Kitesurfing
Le National Caravelle - que l’on surnomme le championnat du monde – aura lieu à Lorient à l’été 2015 – et en Finistère en 2014. Mais un propriétaire semble se préparer dès ce printemps avec un dériveur   au gréement   original. Le mât a disparu. Place au kitesurf   !
mardi 15 avril • Christophe Guigueno : Voici la vidéo qui montre les premiers essais de cette CaraKite en rade de Lorient. Menée en double, la Cara a évolué efficacement entre Larmor-Plage et la citadelle de Port-Louis. De quoi retenir l’attention de quelques témoins dont de nombreux pro du nautisme basé dans ce cœur de la Sailing Valley. Pas très discret, donc, pour une expérimentation. Son skipper, Mr O (il a (...)


T-shirt manches courtes
SeaSailSurfeuses : choisissez la couleur de votre t-shirt.
Sweat Capuche Stand-Up
"Stand Up & Ride" pour les SeaSailSurfeuses à paddle.
Sponsors













Publicité




Réseaux






Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.





Sur le web


remonter en haut / back to top


SeaSailSurf ® est une marque déposée • Contact licence : Pipof.com
www.SEASAILSURF.com et www.SEASAILSURF.fr sont conçus, hébergés et édités par Pipof.com • © 1998/2014