Ocean Selection accueil en français home page in english Ocean Selection
Vous êtes ici : Accueil » INT-BIZ » IMOCA : "rendre les bateaux plus fiables et moins coûteux"

#BUSINESS

IMOCA : "rendre les bateaux plus fiables et moins coûteux"

D 26 octobre 2011     H 01:41    

#barcelonaworldrace | #IMOCA | #organisation | #TJV2013 | #VG12 #VG16 |

A l’occasion du départ de la Transat Jacques Vabre Transat Jacques Vabre #TJV2013 où la flotte des monocoques IMOCA sera forte de treize bateaux dont cinq unités de dernière génération, la classe a tenu une Assemblée générale au Havre pour envisager son avenir à l’issue du prochain Vendée Globe Vendée Globe #VG12 #VG16 . Objectif : proposer des perspectives dynamiques en vue de la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace 2014 et du Vendée Globe Vendée Globe #VG12 #VG16 2016.

Présidée par Luc Talbourdet, cette Assemblée générale à l’initiative du Conseil d’Administration de la Classe réunissait coureurs et armateurs pour un vaste tour de table dans la perspective des échéances à venir.

Premier constat : la classe IMOCA se porte bien. Malgré une situation économique défavorable, elle continue d’attirer de nouveaux projets, reste une des classes les plus attractives avec un programme qui gagne en cohérence : un tour du monde tous les deux ans et quelques grandes courses alternant navigation en double ou en solo et courses en équipages.

Il reste que les coureurs de la classe IMOCA se trouvent confrontés, comme tous les acteurs du monde sportif, à la difficulté grandissante de trouver les financements nécessaires à la mise en place d’un projet. Aujourd’hui, plusieurs navigateurs d’exception tels Jean Le Cam, Sam Davies ou bien encore Yann Eliès cherchent encore un partenaire à un an du Vendée Globe 2012.

Dès lors, sous l’impulsion de coureurs tels que Jean Le Cam, Dominique Wavre, Bernard Stamm ou bien Alex Thomson, le Conseil d’Administration a choisi de travailler sur une évolution de la jauge, animée par un double souci : rendre les bateaux plus fiables et moins coûteux.

Luc Talbourdet a rappelé que l’avenir de la Classe passait aussi par son développement commercial, la stabilité de son programme, et la prise en compte du contexte économique actuel qui touche tout le monde, quels que soient son activité ou son pays. Aujourd’hui l’IMOCA arrive à maturité et chacun a bien compris qu’il fallait envisager les problématiques à venir de manière globale : technique, sécurité Sécurité des bateaux et des équipages, mais aussi retour sur investissement pour les partenaires, communication Communication #Communication et marketing sont des composantes essentielles qu’il convient de traiter à égalité.

Une alternative pour renforcer l’attractivité

Le Conseil a rendu compte de son travail et l’Assemblée a permis aux membres, skippers et armateurs, de s’exprimer. La teneur des débats était sereine et constructive. Logiquement, la classe a aussi recueilli les avis de ses principaux organisateurs à savoir le Vendée Globe et la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace , tous deux favorables à une solution qui renforce l’accessibilité aux coureurs, aux entreprises, et notamment aux PME.

L’IMOCA a réfléchi sur l’évolution de sa jauge Open. Antoine Mermod, membre du Conseil, a présenté des mesures qui permettent de simplifier, de fiabiliser et de diminuer sensiblement le coût des bateaux. Dès lors l’alternative paraît de plus en plus claire : en conservant une jauge Open, la Classe continue de favoriser l’évolution des voiliers. Mais l’expérience prouve que plus les contraintes sont fortes, plus les évolutions coûtent cher et ce pour des gains parfois infimes.

C’est pourquoi, le Conseil d’Administration a proposé de s’intéresser à l’alternative d’un monotype. Cette solution impacterait sans conteste sur les coûts, sur la fiabilité et bien sûr sur la compétitivité. L’objectif clairement annoncé est de diminuer les coûts de 30% sans perdre en performance et compétitivité. L’Open a permis des évolutions fantastiques et passionnantes mais aujourd’hui pour gagner il faut non seulement être un skipper de talent mais aussi disposer d’une équipe technique exceptionnelle où spécialistes et ingénieurs se côtoient tous les jours.

Une telle évolution ne saurait en tous les cas être adoptée sans prendre en compte la viabilité de la flottille actuelle, qui propose encore six nouvelles unités dans la perspective du prochain Vendée Globe. C’est pourquoi, la classe IMOCA a décidé de laisser à tous, coureurs et armateurs un temps de réflexion. Rendez-vous est pris en janvier 2012 pour prendre les premières décisions sur ce que serait le meilleur avenir pour la classe.

- Info presse Classe IMOCA / www.imoca.org


Dans la même rubrique

Eric PERON : "j’ai envie de continuer dans cette classe Figaro avec l’objectif clair de gagner la Solitaire et le Championnat de France dans les deux à trois ans qui viennent"

L’enrichissante aventure skipper Macif est terminée pour le navigateur Eric Péron, devenu en trois ans une valeur (très) sûre du circuit Figaro. Ses résultats l’attestent. Pour concrétiser sa très nette progression, Eric est aujourd’hui à la recherche de partenaires. Objectif : gagner la  (...)
Lire la suite →

CHALLENGE ESPOIR Région Bretagne : Treize jeunes passés au crible • Il ne reste que Horeau, Troel et Villion

Ils étaient treize, ils ne seront plus que trois. Après une semaine de sélections, trois jeunes navigateurs ont été retenus pour participer à la finale du Challenge Espoir Bretagne - Crédit Mutuel. La sélection, menée par les entraîneurs du Pôle France Finistère Course au Large et treize  (...)
Lire la suite →

SKIPPER MACIF 2012 : Fabien Delahaye, Isabelle Joschke, Xavier Macaire, Yoann Richomme et Ronan Treussart sont les cinq finalistes de la sélection

Eric Péron termine 3e de la Quiberon Solo, ultime épreuve du Championnat de France de Course au Large en Solitaire 2011. Il conclu ainsi avec brio son partenariat de trois ans avec la Macif ! En effet, un nouveau « Skipper Macif » va lui succéder : Fabien Delahaye, Isabelle Joschke, Xavier  (...)
Lire la suite →

Thomas NORMAND : « Après trois années passées en Mini, naviguer sur le circuit Figaro en 2012 me permettra de poursuivre mon apprentissage de la course au large"

A quelques jours du départ de la Transat 6.50 à laquelle participe Thomas, Financière de l’Echiquier annonce la poursuite de son engagement à ses côtés. Un gage de confiance pour le jeune skipper de Pénestin qui se lance un nouveau challenge, le circuit Figaro en 2012.
Pourquoi choisis-tu de  (...)
Lire la suite →

PEROVEN : Yannick Bestaven crée une écurie de course au large à Guerche, en Ille-et-Vilaine

Parce qu’à plusieurs on va plus loin, plus vite et que l’on est plus fort que seul, Yannick Bestaven a décidé en 2011 de s’entourer d’une équipe, de créer une structure : une écurie de course au large. Peroven, c’est son nom, a pour vocation d’accompagner plusieurs skippers de course au large.  (...)
Lire la suite →

A la une

Camille Lecointre et Sophie de Turckheim championnes du monde militaire

Pour quelques jours, Camille avait interrompu ses entraînements avec Hélène Defrance pour courir le Championnat du Monde militaire de voile. Représentante de la Marine Marine Marine nationale Nationale, tout comme Sophie de Turckheim, son co-skipper pour l’occasion, Camille courait sur le support dont elle est experte, le 470.
Lire la suite →

L’équipe de François Gabart dévoile les premières images de la construction de son trimaran géant

L’assemblage final du trimaran de 100 pieds de François Gabart débutera au 1er semestre 2015 pour une mise à l’eau courant de l’été 2015. D’ici là, les travaux de construction se poursuivent comme en témoignent ces images diffusées par le service de communication Communication #Communication du sponsor.
Lire la suite →

Rame Guyane : les skippers doivent composer avec la houle et les creux

Bientôt un mois et demi après le départ de Dakar, les dix-sept rameurs encore en course subissent les caprices météorologiques du Pot au Noir. La totalité de la flotte, toujours emmenée par Jean-Pierre Lasalarié, se trouve maintenant engagée dans cette zone de vent et de courants changeants. Habitués jusqu’à maintenant à ramer sur une mer calme, les skippers doivent désormais composer avec la houle et les creux. L’expérience des avirons ne suffit plus. Faire avancer les bateaux devient une affaire de marin.
Lire la suite →

Volvo Ocean Race : les sept concurrents évoluent à 300 milles dans le Sud Est de Madagascar

Cela fait déjà une semaine que la flotte a quitté Le Cap pour la deuxième étape de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VOR2014 et elle est loin d’avoir pris la route la plus directe vers Abu Dhabi. Aujourd’hui, les sept concurrents évoluent à 300 milles dans le Sud Est de Madagascar mais avant d’en arriver là, il a fallu faire du Sud, du Sud et encore du Sud. Ce n’est d’ailleurs que dimanche dernier, soit après cinq jours de course, que les premiers bateaux ont enfin croisé la latitude de… Cape Town !
Lire la suite →

Barcelona World Race : Bernard Stamm et Jean Le Cam en route pour Barcelone

Mardi, peu avant 14 heures, Bernard Stamm et Jean Le Cam ont largué les amarres, à Brest, pour rallier Barcelone où sera donné le départ de la 3e édition de la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace le 31 décembre prochain.
Lire la suite →

samedi 29 novembre
  Visiteurs connectés : 92

seasailsurf

En bref

1 | 2 | 3 | 4 | 5


En course

Volvo Ocean Race
- Site officiel
- Cartographie

Route du Rhum 2014
- Site officiel
- Classes #Ultimes #IMOCA #Multi50 #Class40
- Cartographie
- Archives SEASAILSURF.com

- Suivez ces courses avec l’application SEASAILSURF pour iPhone et téléphones Android




SEASAILSURF Wear

TShirt Bio Stand-Up
"Stand Up & Ride" pour les SeaSailSurfeuses à paddle.
T-shirt Dronautic
T-shirt blanc Dronautic®

Sponsors














Publicité




Réseaux









Visit SeaSailSurf Editions's profile on Pinterest.