SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Imoca #RdR2018

Sébastien Simon : "j’ai la chance de pouvoir naviguer sur le bateau de Vincent [Riou] et donc de m’échapper"

vendredi 23 novembre 2018Redaction SSS [Source RP]

Il y a moins d’une semaine, Vincent Riou bouclait la Route du Rhum-Destination Guadeloupe à la 4e place au terme d’une course éreintante. A terre, Sébastien Simon, le skipper d’ARKÉA PAPREC observait à la loupe le parcours de celui qu’il a choisi pour être son guide dans son apprentissage de l’IMOCA. Sébastien a vécu la course les yeux rivés sur les performances de PRB et de Vincent Riou et sur celles de leurs adversaires les plus proches. Ces analyses depuis la terre vont être complétées par une expérience exceptionnelle. Le jeune skipper va en effet effectuer sa première transatlantique à bord d’un IMOCA. Il a quitté Pointe-à-Pitre hier à bord du bateau de Vincent Riou pour 15 jours de navigation en double avec le vainqueur du Vendée Globe 2004-2005.

Cette transat en convoyage s’inscrit dans le programme de transmission, clé de voûte du projet ARKÉA PAPREC. Alors que son futur plan Kouyoumdjian est en construction, Sébastien va accumuler les milles à bord de l’ancien bateau de Vincent en entraînement mais aussi en course. Découvrir les sensations à la barre d’un IMOCA, travailler la météo en conditions réelles lors d’une transatlantique, appréhender un monocoque de 18,28m sur le plan technique comptent parmi les différents objectifs de cette traversée.

« C’est ma première transat en IMOCA » explique Sébastien Simon. « Je vais apprendre comment fonctionne le bateau et essayer de me sentir à l’aise à bord. C’est assez nouveau pour moi de naviguer sur des machines comme celles-là, cette transat est un super apprentissage. Je suis plutôt détendu, j’ai hâte d’y aller. Les IMOCA sont des bateaux super et à force de les voir au ponton, j’ai très envie d’aller faire un tour ! e plus important c’est que je vais bénéficier de l’expérience de Vincent » ajoute Sébastien. « Nous allons être amenés cette saison à beaucoup naviguer tous les deux, c’est l’occasion aussi d’apprendre à se connaître en mer, à cohabiter, voir comment fonctionne l’autre. En mer, les choses sont souvent décuplées même si à terre, nous nous connaissons très bien. »

Depuis plusieurs mois, Sébastien et Vincent, directeur technique du Team, travaillent ensemble à la conception et à la construction de l’IMOCA ARKÉA PAPREC imaginé par l’architecte franco-argentin Juan Kouyoumdjian. Véritable acteur de la construction de son bateau, Sébastien Simon bénéficie de toute l’expertise et l’expérience de Vincent Riou, figure incontournable de la classe IMOCA. Ensemble et soutenus par les groupes Arkéa et Paprec, les deux skippers ont imaginé un programme de transmission alliant la construction d’un IMOCA, la navigation en double puis en solitaire avec le Vendée Globe 2020 en ligne de mire.

« C’est la première navigation importante avec Vincent mais le programme de transmission que nous avons imaginé a commencé, d’une autre manière, depuis un petit moment » poursuit Sébastien. « Vincent m’a épaulé notamment pendant toute la phase de conception de l’IMOCA ARKÉA PAPREC. Maintenant le programme de navigation commence ici et il va être important de passer beaucoup de temps à naviguer pour connaître ces bateaux avant le Vendée Globe et me faire ma propre expérience. J’ai besoin de m’adapter, de comprendre les bruits du bateau pour finalement ne pas m’inquiéter mais aussi pour sentir s’il est en bon état de marche.

En suivant Vincent sur la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, j’ai pris conscience des choses que j’ai à apprendre, comme savoir préserver le matériel. Mettre une course « entre parenthèses » pour épargner la machine et être sûr d’arriver au bout tout en espérant gagner la course, c’est un concept que je ne connais pas encore. Et pourtant il va falloir que je m’y prépare, que je trouve mes propres limites et celles de mon bateau. »

A l’arrivée de cette transat retour, l’IMOCA PRB sera mis aux couleurs d’ARKÉA PAPREC et passera entre les mains de l’équipe technique pour un check complet après ces deux transats. Il sera également équipé de voiles neuves que Sébastien et Vincent vont pouvoir tester lors de la reprise des entraînements. Le duo traversera ensuite à nouveau l’Atlantique au début de l’année 2019 entre Cadix et San Salvador pour tenter le record de la Route de la Découverte. En parallèle, le chantier de construction de l’IMOCA ARKÉA PAPREC se poursuivra à Port-La-Forêt.

Un programme ambitieux qui satisfait le skipper d’ARKÉA PAPREC :

« j’ai la chance de pouvoir naviguer sur le bateau de Vincent et donc de m’échapper, de garder cette partie « plaisir » que je ressens lorsque je suis sur l’eau. De l’autre côté, il y a la construction de mon bateau qui est un projet passionnant et dans lequel je veux vraiment être acteur et pas seulement pilote. Cela me va bien de pouvoir jongler entre les deux. La navigation me permet de me libérer l’esprit et de revenir au bureau avec un peu de fraîcheur ! »

L’œil de Vincent Riou, directeur technique du Team :

« L’objectif de cette transat est que Sébastien s’approprie le bateau en toute sécurité, avec un bon guide. Il doit être capable dans quelques mois de le mener seul et de traverser l’Atlantique. C’est plutôt sympa, je vais le voir découvrir cette machine et l’utilisation de ces bateaux qui sont assez techniques. Je vais avoir un rôle de conseiller et d’observateur privilégié. Cela va être aussi un bon moment à deux car passer 15 jours sur l’eau, cela permet de prendre un peu de recul. Nous avons un projet qui nous amène jusqu’en 2021, ce sera l’occasion de faire le point : le chemin parcouru et celui restant à parcourir.

Sébastien est un grand sportif, je n’ai aucun doute là-dessus. Il a fait complètement ses preuves en gagnant la Solitaire URGO Le Figaro mais on savait déjà avant qu’il était mature. Il fallait passer le dernier échelon et transformer des compétences en un résultat, ce qu’il a su faire cette année. Cette victoire lui amène de la confiance pour la suite et le libère de pas mal de choses. Cela va lui permettre de se concentrer à fond sur son projet IMOCA et sa préparation au Vendée Globe. »

- Info presse Effets Mer



A la une