SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#FigaFoil

Xavier Macaire : "J’étais venu pour faire un résultat, j’ai réussi la première moitié, je suis vraiment satisfait"

mercredi 7 août 2019Redaction SSS [Source RP]

Xavier Macaire remporte la première étape de la Douarnenez Courses Solo Gijón ce mercredi 7 août. Il a franchi la ligne d’arrivée en baie de Gijón à 14h 15 minutes et 20 secondes, devançant Tom Laperche, son premier poursuivant, arrivé 54 minutes et 55 secondes après lui. Avant le départ de Douarnenez dimanche 4 août, le skipper de Groupe SNEF n’avait pas caché son envie de faire un beau résultat sur cette course qui compte pour coefficient 4 au Championnat de France Elite de Course au Large. Et même si une seconde manche sera donnée à partir du dimanche 11 août*, Xavier Macaire peut se satisfaire de cette belle victoire, tant il aura sans cesse mené les débats pendant ces 3 jours 1 heure 15 minutes et 20 secondes en mer.

Première nuit venteuse, pluie, ciel voilé puis vent quasiment inexistant ou très instable, les 16 concurrents auront connu de multiples conditions météo lors de cette première manche. C’est à la faveur d’un positionnement à l’ouest de la flotte qui lui a permis de traverser une bulle sans vent positionnée sur la route lundi que Xavier Macaire a pu creuser l’écart et s’offrir cette belle première place à Gijón.

Xavier, c’est une nouvelle victoire pour toi cette saison, satisfait ?

« C’était une super étape, je suis très content, c’est ma petite vengeance sur la Solitaire URGO Le Figaro où je n’ai pas arrêté de tomber dans des molles et je prenais cher en termes d’écart au premier ! Là j’ai réussi à ne pas me faire avoir et j’ai eu la petite chance qui va bien pour creuser l’écart. Sur la Solitaire je me faisais des nœuds au cerveau pour éviter les zones sans vent et je tombais quand même en plein dedans, les premiers me collaient 10 milles… Là ça fait plaisir d’être du bon côté, sur la bonne option et d’avoir eu une bonne vitesse ! Et puis c’était une belle bagarre avec Benjamin Schwartz et Tom Laperche, pendant tout le début de course on ne s’est pas lâché. »

Vous êtes passés par toutes les conditions météo, à quel moment as-tu pu faire le break ?

« Ce n’était pas simple car les vents ne correspondaient pas du tout aux fichiers, c’était un peu tordu. C’est vrai que je réussis à creuser l’écart lors de mon petit décalage à l’ouest, mais ça s’est joué dès le début de course, il était hyper important d’être bien positionné dès le départ. Les petites trajectoires que je fais avant, la position des virements de bord dans les premiers fronts, le passage au raz de Sein, tout ça me permet aussi de faire le break. Donc je suis vraiment content de mon début de course qui m’a permis de me positionner au bon endroit lors du passage de la dépression. Ensuite j’ai le petit coup de réussite qui me permet de partir plus vite que les deux autres et de ne plus lâcher la tête de course. J’étais à l’endroit où je voulais, j’ai navigué comme je voulais jusque-là, je suis très heureux. Ensuite il a fallu gérer mon avance, ce n’était pas facile car le vent était instable par rapport à ce qu’annonçaient les fichiers et je voyais le feu de mât de Tom Laperche… J’ai fait comme j’ai pu, sans me préoccuper de lui et je m’en suis bien sorti, je suis très content ! »

Tu avais annoncé avant le départ vouloir faire un bon résultat sur cette Douarnenez Courses Solo Gijón, aussitôt dit aussitôt fait…

« J’étais venu pour faire un résultat, j’ai réussi la première moitié, je suis vraiment satisfait ! Je me suis bien senti avec mon bateau, je commence à bien le connaître, c’est important pour réussir. Et Axel, mon préparateur, m’avait fait un super boulot, les winches par exemple tournent comme des horloges ! Maintenant il reste une étape avant de faire les comptes, mais c’est bien de bénéficier d’une avance de 54 minutes sur mon premier concurrent. »

*la Douarnenez Courses Solo Gijón est une course au temps : le vainqueur sera celui qui aura cumulé le moins de temps sur l’eau lors des deux manches


- Communiqué Rivacom



A la une