SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat AG2R 2002

Tabarly & Vicariot lancent le sprint dès la mi-parcours

Morvan & Caudrelier-Bénac convoitent le maillot de meilleur sprinter

vendredi 3 mai 2002Information Transat AG2R

Paris, le 3 mai 2002. Alors que l’équipe cycliste française de l’AG2R Prévoyance a obtenu son ticket d’entrée pour le Tour de France 2002, les 24 équipages de la Transat AG2R poursuivent leur chevauchée fantastique dans la grande étape de descente Madère - Saint Barthélemy.

A mi-parcours de cette deuxième et dernière étape de la course, les voiliers de neuf mètres de long menés en double traversent l’Atlantique sur des temps records. Huit noeuds de vitesse moyenne depuis le départ de Funchal ! Plein vent arrière, les spinnakers gonflés d’alizés, le peloton de la course chasse dans l’aspiration du tandem de voiliers échappés. Thales Armor Lux (Tabarly & Vicariot) a même accentué son avance la nuit dernière en surfant sur plus de 210 milles en 24 heures. Il augmente par la même occasion son avance sur tous ses poursuivants de plus de cinq milles, l’équivalent d’une bonne demi-heure de navigation. Relégués à 7 nautiques, Thierry Chabagny & Corentin Douguet ont décrochés de l’aspiration du premier. Le sprint est déjà lancé !

"On a pris un coup au moral, car on ne sait pas pourquoi on a pris dix milles cette nuit" constate avec dépit Bruno Jourdren, le skipper du Figaro rouge Advance Game Boy. Les garçons ont mal joué le départ de Funchal. Ils y ont perdu presque 40 milles. Collés et impuissants dans un calme plat, ils ont même assisté à l’échappée belle des premiers. "Les deux premiers se sont barrés. Il touchent plus de vent que nous ! On a pris un coup au moral. C’est l’élastique par devant et il n’y a rien à faire !"

Mais dans le peloton de chasse, ceux qui sont parvenus à remonter dans la roue des premiers attendent leur heure. Gildas Morvan fait partie de ceux-là. Son Cercle Vert porte du vert dans le spinnaker. C’est donc lui le meilleur sprinter ? "Nous, on a rien à perdre. Il y a des bateaux derrière nous qui sont deuxième ou troisième au classement général et ils jouent gros. Nous, on est douzième au classement provisoire. S’il y a une opportunité qui se présente, pourquoi ne pas attaquer !" Mais il est trop tôt pour lancer l’offensive chez les vainqueurs de la dernière classique en double du circuit, le Trophée Banque Privée Européenne Saint Nazaire -Porto Santo - Dakar 2001. "On n’est pas encore au sprint, on est à la mi-parcours sur la grande boucle ! Il faut bien se positionner par rapport à la situation météo. Il y aura des coups tordus. Le sprint commencera à 500 milles du but !"

En arrière du peloton, la course contre la montre a commencé pour éviter la voiture-balais. A bord de Démellier & Joulia, le deuxième bateau savoyard, Olivier Servettaz a compris le jeu. "On baisse la tête dans les descentes ! Vu le classement dans la première étape, on a pas le choix. On essaye d’aller vite et on va presque aussi vite que ceux qui sont devant." Le Varois Pierre-Laurent Garnero (Var Méditerranée) se sent lui aussi l’âme d’un pédaleur : "On va essayer de ne pas perdre le peloton et d’attaquer au final ! Il faut tenir le rythme qui s’est imposé devant. Après, on espère qu’on sortira une botte secrète de nos poches pour contourner le peloton."

Parti quelques heures après les premiers de Funchal, le professeur des écoles lorientais Loic Merlin part à la chasse aux pois. "On a entendu que l’équipe de l’AG2R était qualifiée pour le Tour de France sur RFI. Nous, on attaque le grand prix du maillot à pois car la route, elle monte, elle descend. On va marquer des points pour le maillot de meilleur grimpeur." En attendant d’enfiler le maillot à pois pour leur retour au sein du peloton, Alain d’Eudeville & Loic Merlin qui courent sous les couleurs de SOS Enfance en Danger protègent les oiseaux, ou presque… "Hier, il y avait un petit oiseau que l’on a surnommé Tanguy" raconte Loic. "Il voulait absolument faire du Figaro ! Cela ressemble à un rouge-gorge, mais à priori ce n’en est pas un. Son seul but était d’entrer à l’intérieur du bateau. Il y est parvenu sept huit fois !" Mais les protecteurs de l’enfance n’avaient pas besoin de compagnie. L’oiseau est parti avant de se faire transformer en "Mac Tanguy" pour enrichir un quotidien déjà restreint à bord…

 »En Bref

Le 2 mai dernier, Ronan Guérin parlait de poser réclamation contre le leader du classement général. Laurent & Jacq n’auraient pas allumé leurs feux de position de nuit alors qu’ils auraient croisé à côté d’Escal’Atlantic Saint Nazaire. "On était avec Colbert en fin d’après-midi et apparemment ils nous chassaient depuis le début… toute la nuit il est resté sans ses feux de navigation… Il n’a pas assumé jusqu’au bout son marquage et on compte aller au jury à l’arrivée" accusait Guérin. Pourtant, au même moment, Colbert Orco était repéré à 17 milles de son Figaro-Bénéteau. Ces derniers ont donc confondu Colbert Orco avec un autre concurrent. La réclamation ne devrait donc pas être déposée contre le vainqueur de la première étape.

 »Extrait des vacations

Loic Merlin (SOS Enfance en danger) : "Compte tenu du rythme poudrant élevé, on n’a pas embarqué assez de bouffe. On essaye d’éviter la fringale. Mais on est un peu en queue de peloton. On vit des scènes rigolotes. Hier, on avait une vingtaine de dauphins tout autour. Il y avait un petit oiseau que l’on a surnommé Tanguy… Cela faisait un peu Arche de Noé ou Water World vu l’état de nos voiles. Pour en faire un Mac Tanguy, il nous manque le ketchup !"

Olivier Servettaz (D&J) : "Le revêtement est d’assez bonne qualité. On a de l’est-nord-est assez stable. Donc on ne devrait pas baisser de régime d’ici l’arrivée. Cette nuit on a eu un peu de gravillon. On a fait un beau vrac avec un départ au lof. Mais on a pu remettre en route sans casse. On prend du temps pour dormir et cela sera important pour le sprint final !"

Thierry Fournier Foch (Only) : "On prend énormément de plaisir à naviguer dans ce vent d’est-sud-est 15 noeuds. Ce sont des condition de vent alléchantes."

Pierre-Laurent Garnero (Var Méditerranée) : "J’espère qu’on ne va pas se prendre une gamelle. C’est le risque de la descente. Il y a pas mal de virages à négocier d’ici l’arrivée. Nous on préfère le circuit, jouer à la côte et négocier des virages sur un terrain plus tumultueux que les grandes descentes tout schuss."

Bruno Jourdren (Advance Game Boy) : "Quand on regarde les cartes, c’est que du portant jusqu’au bout. Ce n’est pas comme les années précédentes où il y avait un passage de front ou de dorsale. Avant, il y avait des décalages de 200 milles, là il n’y a pas plus de 40 milles. On ne peut pas prendre la bretelle d’accès sur l’autoroute. Faut être devant, faut être devant !"

Gildas Morvan (Cercle Vert) : "Sur Colbert Orco, ils naviguent bien sur la bonne trajectoire météo. Lui, il colle au peloton de tête et il tient la cadence ! Les autres années, il y avait 120 milles de décalage entre le nord et le sud. Le jeu est plus restreint cette fois-ci et il n’y a pas de trop gros écarts. Ils auraient pu avoir des problèmes de vitesse mais ils font une bonne course sur cette deuxième étape. Je pensait qu’ils auraient été moins dans le coup. Ce qu’ils perdent en vitesse par rapport à nous, ils le gagnent en trajectoire."


 » Classement Madère – Saint Barthélemy

classement Argos du : 3-mai-12h00 HF

Position Bateau Latitude Longitude Dist.au but

- 1 THALES - ARMOR LUX Erwan TABARLY Philippe VICARIOT 25 26 N 041 34 W 1279
- 2 PETIT NAVIRE LE BON GOUT DU LARGE Thierry CHABAGNY Corentin DOUGUET 25 27 N 041 25 W 1287
- 3 MARSEILLE ENTREPRISES Jean-Paul MOUREN Alexandre TOULORGE 25 36 N 041 12 W 1300
- 4 CERCLE VERT Gildas MORVAN Charles CAUDRELIER -BENAC 25 27 N 041 02 W 1306
- 5 COLBERT ORCO Hervé LAURENT Rodolphe JACQ 25 26 N 040 50 W 1309
- 6 JEAN FLOC’H Eric DROUGLAZET Vincent RIOU 25 35 N 040 41 W 1326
- 7 ESCAL’ ATLANTIC SAINT - NAZAIRE Ronan GUERIN Ronan COINTO 25 34 N 040 36 W 1330
- 8 GAME BOY ADVANCE Bruno JOURDREN Jérémie BEYOU 25 56 N 040 27 W 1344
- 9 ENTREPRENDRE AU PAYS DE LORIENT Yannig LIVORY Laurent MASSOT 25 59 N 040 13 W 1356
- 10 DEPARTEMENT DE L’AISNE Jeanne GREGOIRE Arnaud BOISSIERES 26 12 N 040 15 W 1359
- 11 VAR MEDITERRANEE - EJO Gérard NAVARIN Pierre-Laurent GARNERO 26 09 N 040 07 W 1365
- 12 ST BARTH ASSURANCES Markku HÄRMÄLÄ Richard LEDEE 25 55 N 040 00 W 1366
- 13 POLIMMO François GUIFFANT Guillaume VOIZARD 25 57 N 039 59 W 1368
- 14 AVIS - ILE DE ST BARTHELEMY Luc POUPON Jean-François LEDEE 24 38 N 039 38 W 1368
- 15 PILOT Antoine CANOVAS Pierre PECCOUD 24 35 N 039 32 W 1372
- 16 AFFICHES PARISIENNES Jean-Christophe CASO Daniel VALLANCIEN 26 15 N 040 01 W 1373
- 17 SAIL FAST - MARFRET - Evénements Nautiques Denis LEMAITRE Yann GREGOIRE 26 38 N 040 01 W 1380
- 18 D & J Demellier & Joulia Christophe BOUVET Olivier SERVETTAZ 25 20 N 039 25 W 1389
- 19 HAPPYCALOPSE Philippe CARDIS Alexandre SCHNEITER 25 50 N 039 28 W 1393
- 20 UHARTZ - ABSOLUT(E) Amaiur ALFARO Vincent LAUMAILLE 25 32 N 038 46 W 1426
- 21 "TRES" ROYAN Alexandre PERAUD William KOSTYRA 27 19 N 039 13 W 1433
- 22 ONLY Thierry LUNVEN Thierry FOURNIER FOCH 27 44 N 039 21 W 1434
- 23 BDS Hacène ABBAR Jean-Claude HERVY 28 13 N 039 10 W 1452
- 24 SOS ENFANCE EN DANGER Alain d’EUDEVILLE Loïc MERLIN 26 53 N 038 30 W 1461


Dans la même rubrique

Transat AG2R 2002 : Deuxième étape à mi-parcours

image 300 x 158Photo : F.Mousis

Transat AG2R 2002 : Tabarly & Vicariot en tête de l’étape

Transat AG2R 2002 : Vitesses égales, situation stable

Transat AG2R 2002 : Les poursuivants passent à l’attaque


A la une