SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat AG2R 2002

Tabarly & Vicariot en tête de l’étape

Laurent & Jacq virtuels leaders incontestés

jeudi 2 mai 2002Information Transat AG2R

Jeudi, 2 mai 2002. Les 24 concurrents de la sixième Transat AG2R approchent de la mi-parcours du chemin qui les sépare de Saint Barthélemy. Premiers à Funchal, port escale de l’archipel de Madère, Hervé Laurent & Rodolphe Jacq (Colbert Orco) sont en cinquième position, à 23 milles de Thales Armor Lux. Erwan Tabarly & Philippe Vicariot sont, quant à eux, au commandement de cette deuxième étape depuis le jour du départ de Funchal, vendredi 26 avril.

"On arrive à la moitié du parcours et, malgré les 22 heures d’avance, il ne faut pas le laisser partir" confirme Hervé Laurent lors de la vacation téléphonique de ce midi. Celui dont il surveille attentivement le positionnement, c’est Thales Armor Lux, même si Tabarly & Vicariot ne sont pas ses principaux adversaires pour la victoire au général. "On reste à l’attaque, concentrés. Jusqu’à l’arrivée, chaque mètre compte. Pour nous, la course est loin d’être gagnée ! Notre position (de leader virtuel) nous empêche quand même de prendre des options plus prononcées. On va jouer la gagne pour arriver bien placé sur la deuxième étape !"

Lorsqu’il interroge le répondeur de la course pour obtenir le classement et les positions des autres concurrents, Hervé Laurent n’oublie pas les écarts en temps que ces derniers doivent combler pour espérer revenir sur lui. Le bilan de Lorient - Funchal est bien à son avantage : Thales Armor Lux compte 23 heures de retard ; Petit Navire, 19 heures ; Cercle Vert, qu’il a croisé hier, 26 heures ! Le plus dangereux est Marseille Entreprises, discret troisième à midi et qui compte ’seulement’ treize heures trente minutes de retard. Mais avec plus de 30 milles de décalage sur Tabarly & Vicariot, Laurent & Jacq ne rendent actuellement que 4 heures de route… Les premiers à Funchal sont donc sereins.

Devant aussi, Erwan Tabarly regarde avec sang froid l’évolution de la météo : "Au vu des cartes météo, la route est assez obligatoire. On est tous sous spi en bâbord amure. Il n’y a aucun bateau en tribord. On se suit. On va essayer de négocier cette dorsale qui s’approche de nous et ne pas se faire piéger dedans. On hésite entre ’contourner cette dorsale’ et ’se mettre devant les autres’. Mais les conditions sur les prochaines heures sont assez stables, au moins pour les prochaines 48 heures."

Son équipier, Philippe Vicariot, explique leur veille stratégique : "On surveille ce qui se passe derrière. On a vu le bateau Game Boy Advance essayer des choses. Il est dans la situation où il faut prendre des risques. Il les a pris et il a perdu des milles à chaque fois. Jean Floc’h a tenté un coup dans le nord et eux, dans le sud. Mais, manque de pot, à chaque fois, ils ont reculé. Pour le moment, les écarts en latéral sont relativement faibles. Il faut se positionner pour avoir le meilleur angle par rapport au nouveau vent que l’on rencontre maintenant et qui tourne avec l’anticyclone."

Cet anticyclone géant des Açores génère des vents portants depuis que les voiliers ont passé le cap Finisterre. Sur l’autoroute qui mène à Saint Barth, la seule option pour gagner un peu de distance consiste à empanner pour placer son étrave sur la route rapprochante. Empannage après empannage, les voiliers filent sous spi à plus de 200 milles couverts par jour. Ils naviguent ainsi depuis Funchal à près de 8 noeuds de vitesse moyenne. A ce rythme, c’est en treize jours qu’ils vont peut-être traverser l’atlantique. Une performance exceptionnelle pour des voiliers monotypes de neuf mètres de long.

 »Extrait des vacations

Amaiur Alfaro (Uhartz Absolut(e)) : "Comme on a qu’un spi lourd, on a décidé de descendre un peu plus sud pour avoir plus d’air. On s’est retrouvé par 30-35 noeuds d’est. On est parti au tas deux fois."

Alexandre Péraud (Très Royan) : "Au bout d’un moment, c’est peu lassant ces conditions. Ce qui nous a changé la vie, c’est un petit rouge gorge qui s’est reposé sur le bateau. C’était un peu étonnant au milieu de l’Atlantique."

Hervé Laurent (Colbert Orco) : "On a piétiné un peu cette nuit. Ce n’est pas simple, surtout s’ils commencent à s’éclater sur la latitude. On surveille les concurrents directs au classement : Marseille et Saint Nazaire. Il y a aussi Jean Floc’h qui semble aller dans le sud. Mais la route est longue encore et une toute petite différence de vitesse peut faire de grands écarts."

Erwan Tabarly (Thales Armor Lux) : "Le gros point difficile, c’est la météo. On a 20-25 noeuds sous spi. On a fait deux - trois empannages. On s’est approché d’un petit anticyclone. C’était un point difficile à contourner. Maintenant qu’on est sous l’autre amure, les autres doivent faire la même route que nous. La prochaine difficulté, c’est que le vent qui va mollir dans les prochaines heures avec moins de vent sur le côté droit du plan d’eau. On surveille donc les autres en prenant les classements le plus souvent possible. On place les dix bateaux qui nous suivent. On regarde ce qu’ils font tout en faisant notre route. On ne zigzague pas car cela fait perdre du temps."

Philippe Vicariot (Thales Armor Lux) : "A bord, on a un sextant et on mesure la hauteur angulaire du mât de Petit Navire pour savoir si on lui a repris de l’avance. Donc on navigue au théorème de Thales ! Quand j’ai gagné la Mini-Transat en 89, on traversait au sextant. On passait une heure, une heure et demie, par jour à faire le point. Maintenant on gagne ce temps pour faire autre chose. Même s’il y a de la poésie là dedans, c’est un peu répétitif. Mais je l’aimais bien car, quand on le maîtrisait, on gagnait des places en se positionnant mieux sur l’arrivée."


 » Classement Madère – Saint Barthélemy

classement Argos du : 02-mai-2002 : 13h00 HF

Position Bateau Latitude Longitude Dist.au but
- 1 THALES - ARMOR LUX Erwan TABARLY Philippe VICARIOT 27 01 N 038 03 W 1479
- 2 PETIT NAVIRE LE BON GOUT DU LARGE Thierry CHABAGNY Corentin DOUGUET 27 07 N 038 01 W 1482
- 3 MARSEILLE ENTREPRISES Jean-Paul MOUREN Alexandre TOULORGE 27 03 N 038 14 W 1496
- 4 COLBERT ORCO Hervé LAURENT Rodolphe JACQ 26 59 N 037 37 W 1501
- 5 CERCLE VERT Gildas MORVAN Charles CAUDRELIER -BENAC 27 06 N 038 08 W 1501
- 6 JEAN FLOC’H Eric DROUGLAZET Vincent RIOU 26 28 N 037 35 W 1519
- 7 ESCAL’ ATLANTIC SAINT - NAZAIRE Ronan GUERIN Ronan COINTO 27 16 N 037 48 W 1521
- 8 GAME BOY ADVANCE Bruno JOURDREN Jérémie BEYOU 26 39 N 037 23 W 1532
- 9 ENTREPRENDRE AU PAYS DE LORIENT Yannig LIVORY Laurent MASSOT 27 21 N 037 05 W 1534
- 10 DEPARTEMENT DE L’AISNE Jeanne GREGOIRE Arnaud BOISSIERES 27 12 N 036 55 W 1540
- 11 PILOT Antoine CANOVAS Pierre PECCOUD 26 22 N 037 04 W 1543
- 12 AVIS - ILE DE ST BARTHELEMY Luc POUPON Jean-François LEDEE 26 50 N 036 34 W 1544
- 13 POLIMMO François GUIFFANT Guillaume VOIZARD 27 21 N 036 43 W 1544
- 14 VAR MEDITERRANEE - EJO Gérard NAVARIN Pierre-Laurent GARNERO 26 57 N 037 09 W 1546
- 15 ST BARTH ASSURANCES Markku HÄRMÄLÄ Richard LEDEE 26 55 N 037 05 W 1549
- 16 AFFICHES PARISIENNES Jean-Christophe CASO Daniel VALLANCIEN 26 50 N 036 22 W 1554
- 17 D & J Demellier & Joulia Christophe BOUVET Olivier SERVETTAZ 27 10 N 036 57 W 1562
- 18 SAIL FAST - MARFRET - Evénements Nautiques Denis LEMAITRE Yann GREGOIRE 27 10 N 036 55 W 1563
- 19 HAPPYCALOPSE Philippe CARDIS Alexandre SCHNEITER 27 24 N 036 23 W 1571
- 20 "TRES" ROYAN Alexandre PERAUD William KOSTYRA 29 00 N 036 23 W 1599
- 21 ONLY Thierry LUNVEN Thierry FOURNIER FOCH 29 43 N 036 34 W 1604
- 22 UHARTZ - ABSOLUT(E) Amaiur ALFARO Vincent LAUMAILLE 26 17 N 035 09 W 1612
- 23 SOS ENFANCE EN DANGER Alain d’EUDEVILLE Loïc MERLIN 28 54 N 036 14 W 1627
- 24 BDS Hacène ABBAR Jean-Claude HERVY 28 35 N 035 25 W 1633



A la une