SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat AG2R 2002

Les poursuivants passent à l’attaque

Anniversaire et record du jour à bord de Marseille Entreprises

mercredi 1er mai 2002Information Transat AG2R

Paris, le 1er mai 2002. La période d’observation est terminée. L’anticyclone des Açores poursuit sa diffusion ininterrompue d’alizés sur le parcours des Figaro-Bénéteau en route vers Saint Barthélémy. Il est temps d’attaquer !

Le moral est revenu à bord de Cercle Vert. La voix de Gildas Morvan ce midi fait oublier la triste mine de son équipier, Charles Caudrelier-Bénac, il y a deux jours. "C’est l’attaque !" prévient le navigateur de Landeda, dans le pays des Abers, une terre rocailleuse aux côtes dentelées du nord Finistère. On en attendait pas moins du tandem vainqueur du Trophée Banque Privée Européenne(Saint-Nazaire – Porto-Santo – Dakar). Douzièmes à 26 heures d’Hervé Laurent & Rodolphe Jacq après la premières étape, les deux grands favoris ont pris le temps d’accuser le coup. Le temps de se remotiver pour la deuxième étape…

La course de vitesse a créé sa hiérarchie au sein de la flotte. Les habitués de la série qui s’entraînent tout l’hiver à Port-La-Forêt ont pris les commandes. Les navigateurs cherchent la moindre occasion de gagner ce qu’ils ne peuvent reprendre en vitesse pure. Gildas Morvan a élaboré sa tactique : "notre petit décalage dans le nord va nous permettre d’attaquer pour la prochaine bascule. Sur les prochaines 48 heures, il y a des petits coups à jouer. Ensuite, ce sera route directe vers St Barth."

Légèrement plus au nord que Tabarly & Vicariot (Thales Armor Lux) et Chabagny & Douguet (Petit Navire), ils étaient même légèrement plus rapides ce midi avec 9,3 noeuds de vitesse moyenne entre deux relevés de positions. Pour se remonter le moral, Morvan & Caudrelier-Bénac se sont même offert comme trophée, la quatrième place de Laurent & Jacq. "Hier, on a passé la journée avec Colbert Orco. Il était juste devant nous et on l’a doublé dans la journée. Maintenant, il est deux milles derrière nous."

De l’autre côté des deux échappés qui emmènent la flotte vers les Caraïbes, le Figaro-Bénéteau jaune de Jean-Paul Mouren reste à l’affût. "On aimerait bien se farcir quelques Bretons avec plein de poils blancs dessus" plaisante le skipper de Marseille Entreprises en référence à son expression favorite : les ’Bretons de Panurge’ (cf. Rabelais). "On s’applique, on est à fond. On joue le jeu de la régate la plus tactique du monde !" Une tactique qui a été mise de côté ce midi, le temps de fêter les vingt-quatre ans d’Alexandre Toulorge. "

A bord du troisième bateau, ils ont amélioré le repas de jour comme l’anticipait Alexandre : "On a embarqué une bouteille de rouge et on doit l’ouvrir pour le repas de midi. On attendait ce jour avec impatience pour changer du rythme quotidien." Mais pour le déjeuner, "cela va être Lyophale et pâtes au thon !" Le quotidien de marins en course reste frugal. D’autant plus que Jean-Paul et Alexandre ont sous-estimé leur stock de nourriture et doivent économiser pour ne pas se restreindre avant l’arrivée.

En arrière du groupe de tête, la concentration se porte aussi sur l’attaque. "On est 14e ce matin. Il y a 7-8 bateaux à moins de dix milles, alors on peut gagner encore ces places. Il reste 1700 milles et il peut se passer plein de choses" se rassure Luc Poupon (Avis Île de Saint Barth). "On se place sud, car il y aura un coup à jouer pour la fin. Pour l’instant, on subit mais on espère placer une attaque sur la fin. On garde espoir tant que la ligne n’est pas passée" renchérit Jean-Christophe Caso (Affiches Parisiennes), troisième à Madère. "On a pris le taureau par les cornes. La course de rattrapage a commencé. Maintenant notre position est juste, alors on attaque !" termine Alexandre Schneiter (Happycalopse).

Mais ceux qui ont eu le dernier mot aujourd’hui sont encore Jean-Paul Mouren & Alexandre Toulorge. Avec 182,85 milles couverts en 24 heures (Top Chrono AG2R Prévoyance du jour), Marseille Entreprises était le plus rapide de la flotte. Une bonne performance pour des voiliers monotypes de 9 mètres de long qui ont frisé les 215 milles par jour depuis le départ de Funchal. Pendant ce temps, entre Annapolis, USA, et La Rochelle, le plus rapide des monocoques en carbone du tour du monde en équipage vient de battre le record absolu de vitesse avec une journée de 473 milles…

 »Extrait des vacations

Luc Poupon (Avis Île de Saint Barth) : "Le bateau va bien. Il y a 20 noeuds de vent au maximum. On est sous spi léger sous grand voile. On a pris nos rythmes de quart deux heures - deux heures. On essaye de doubler un maximum d’adversaires. Il y a des périodes de soleil et de grains. On voit des bateaux au loin de temps en temps."

Hacène Abbar (BDS) : "Le bateau n’a pas d’étai. On en a bricolé un en allant en tête de mât. On a des problèmes de charge alors on ne met pas de pilote et l’électronique est coupée. On n’a plus de GPS et on a explosé un spi léger. On est sous spi lourd. Effectivement, c’est un peu le radeau de la Méduse et on est en terme de convoyage."

Jean-Christophe Caso (Affiches Parisiennes) : "Quand je vois le classement, on a fait deux bacs à gravier, un bac à sable et une sortie de route. On mange sur les premiers... On est bien réglé mais ça peine encore. On est à 10 milles du dixième. On ne mollit pas mais devant non plus. On subit plus qu’on ne peut faire quelque chose."

Alexandre Schneiter (Happycalopse) : "Comme on était au nord de la flotte, on était au mauvais endroit. Il y avait moins de vent. Hier, on a pris le taureau par les cornes et on est descendu Sud. Au niveau de la flotte qui est en tête, on est plus au sud et on continue plus au sud. La course de rattrapage a commencé. Maintenant notre position est juste alors on attaque !"

Jean-Paul Mouren (Marseille Entreprises) : "Effectivement on a de l’air là où on est. Il y a moins de nuages alors on voit plus souvent le soleil. On empanne au bord rapprochant. On essaye de glisser un peu vers le nord en ce moment pour essayer d’avoir le sud-est qui nous ferait aller vers l’objectif. Les bilans des situations : on va récolter les fruits dans 24 ou un peu plus… 48 heures."

Alexandre Toulorge (Marseille Entreprises) : "Je ne peux pas rêver mieux pour mon anniversaire. On a parcouru combien de milles ? (-> 182 milles en 24 heures). Ça donne envie de faire encore plus pour la suite. Jean-Paul me dit de vite oublier cette transat car les conditions sont trop belles. C’est une chance énorme pour une première transat.!"

Gildas Morvan (Cercle Vert) : "Il faut faire attention à la casse matérielle. C’est pas le tout d’aller vite, il faut ménager la monture. Celui qui casse le paye cher à St Barth. On surveille l’usure du matériel. Pour nous zéro tracas, zéro bla-bla !"


 » Classement Madère – Saint Barthélemy

classement Argos du : 01-05-2002 : 16h00 HF

Position Bateau Latitude Longitude Dist.au but

- 1 THALES - ARMOR LUX Erwan TABARLY Philippe VICARIOT 28 26 N 035 00 W 1659
- 2 PETIT NAVIRE LE BON GOUT DU LARGE Thierry CHABAGNY Corentin DOUGUET 28 25 N 034 57 W 1660
- 3 MARSEILLE ENTREPRISES Jean-Paul MOUREN Alexandre TOULORGE 28 12 N 034 43 W 1669
- 4 CERCLE VERT Gildas MORVAN Charles CAUDRELIER -BENAC 28 37 N 034 45 W 1674
- 5 COLBERT ORCO Hervé LAURENT Rodolphe JACQ 28 08 N 034 33 W 1677
- 6 ESCAL’ ATLANTIC SAINT - NAZAIRE Ronan GUERIN Ronan COINTO 28 56 N 034 34 W 1688
- 7 JEAN FLOC’H Eric DROUGLAZET Vincent RIOU 28 12 N 034 15 W 1693
- 8 GAME BOY ADVANCE Bruno JOURDREN Jérémie BEYOU 28 05 N 034 00 W 1704
- 9 ENTREPRENDRE AU PAYS DE LORIENT Yannig LIVORY Laurent MASSOT 27 25 N 033 47 W 1705
- 10 POLIMMO François GUIFFANT Guillaume VOIZARD 28 49 N 034 11 W 1706
- 11 DEPARTEMENT DE L’AISNE Jeanne GREGOIRE Arnaud BOISSIERES 28 38 N 034 07 W 1706
- 12 PILOT Antoine CANOVAS Pierre PECCOUD 28 16 N 033 58 W 1708
- 13 VAR MEDITERRANEE - EJO Gérard NAVARIN Pierre-Laurent GARNERO 28 18 N 033 55 W 1711
- 14 ST BARTH ASSURANCES Markku HÄRMÄLÄ Richard LEDEE 28 23 N 033 52 W 1715
- 15 AFFICHES PARISIENNES Jean-Christophe CASO Daniel VALLANCIEN 28 08 N 033 46 W 1716
- 16 D & J Demellier & Joulia Christophe BOUVET Olivier SERVETTAZ 28 56 N 033 50 W 1725
- 17 SAIL FAST - MARFRET - Evénements Nautiques Denis LEMAITRE Yann GREGOIRE 28 24 N 033 35 W 1729
- 18 HAPPYCALOPSE Philippe CARDIS Alexandre SCHNEITER 28 28 N 033 28 W 1736
- 19 "TRES" ROYAN Alexandre PERAUD William KOSTYRA 29 45 N 033 38 W 1750
- 20 ONLY Thierry LUNVEN Thierry FOURNIER FOCH 30 45 N 033 57 W 1753
- 21 UHARTZ - ABSOLUT(E) Amaiur ALFARO Vincent LAUMAILLE 26 47 N 032 17 W 1775
- 22 SOS ENFANCE EN DANGER Alain d’EUDEVILLE Loïc MERLIN 29 43 N 033 02 W 1779
- 23 BDS Hacène ABBAR Jean-Claude HERVY 29 55 N 033 02 W 1783



A la une