SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat AG2R 2002

En régate avec les hommes invisibles, sous l’anticyclone des Açores

Tabarly & Vicariot gardent leur avance

mardi 30 avril 2002Information Transat AG2R

image 300 x 158Photo : F.Mousis
-  ??¬- ?$e 30 avril 2002. Les vingt-quatre équipages de la Transat AG2R 2002 poursuivent leur chevauchée à 8 noeuds de vitesse moyenne. Les premiers glissent sous spinnaker au large de l’archipel des Açores, propulsés par son anticyclone bienveillant.

"On a toujours du vent alors on va très vite" explique ce midi Thierry Chabagny, toujours en deuxième position avec Corentin Douguet sur Petit Navire. "Le temps est relativement gris, on est un peu déçu car on espérait avoir du soleil. Hier, on a slalomé entre les grains." Comme les autres navigateurs, Chabagny décrit un ciel couvert. "On pensait avoir moins de nuages, mais cela aurait été synonyme de moins de vent" ajoute-t-il. Tout va donc pour le mieux pour les navigateurs qui traversent l’atlantique. Les vents sont forts et porteurs. Il manque pourtant un petit quelque chose à ces régatiers professionnels. "On est tout seul, on n’a pas de bateau autour de nous !" Ou sont les autres ?

Devant Petit Navire, Thales Armor Lux (Vicariot & Tabarly) a légèrement accentué son avance qu’il a portée à 5 milles en milieu de matinée. En course au large, les marins se concentrent sur leur vitesse en imaginant un adversaire virtuel avec lequel ils régatent bord à bord. Pas facile quand on débute comme Guillaume Voizard et François Guiffant, deux préparateurs venus se frotter aux navigateurs professionnels et aux autres amateurs de la course. "C’est vrai que l’on est seul au milieu de plein d’eau et, en même temps, on sait qu’on a des adversaires tout près" décrit Guillaume Voizard qui participe à sa première transatlantique en course. "Alors on se bat contre des adversaires invisibles. C’est parfois un peu dur !"

Parfois aussi, une voile apparaît à l’horizon. Un autre Figaro-Bénéteau ! Hélas, le plaisir peut être de courte durée… "Hier, on a croisé les deux Ronan (Escal’Atlantic Saint Nazaire). Pas longtemps, car ils sont passés très vite à côté de nous !" se remémore Guillaume, encore impressionné par cette apparition. "On a eu du mal à se remettre dedans (notre course) en les voyant passer ! Il nous a fallu deux heures. Mais après, on s’est dit que ce n’est pas parce qu’un bateau est passé qu’ils vont tous nous passer devant."

Le rythme élevé de cette course de vitesse dans les alizés n’a pas permis beaucoup de changement dans la hiérarchie de l’étape. Les navigateurs qui se sont loupés sur le départ de Madère ont payé cher leur erreur. Trois ou quatre heures encalminé sous le vent de l’île quand les autres ont déjà envoyé le spinnaker, et voilà trente milles de perdus. Trente milles qu’ils n’ont pas pu reprendre comme Bruno Jourdren (vainqueur de la Transat AG2R 1998) & Jérémie Béyou (Advance Game Boy) qui sont bloqués en milieu de peloton. "On a vu des dauphins hier soir, des poissons volants ce matin et il y a Jeanne (Grégoire) et Kali (Arnaud Boissières - Département de l’Aisne) qui ne sont pas loin. Alors on fait la course avec eux" se console Jérémie Béyou.

D’autres tentent encore d’échafauder des solutions de secours pour revenir dans le groupe de tête comme Thierry Fournier-Foch (Only), parti avec des oeillères restreintes sur la course. "On a aucune nouvelle de la terre mais c’est un peu un parti pris. Les discutions à bord sont essentiellement stratégiques, tactiques." Only est le bateau le plus au nord de la flotte. Plus proche du centre de l’anticyclone des Açores, il est aussi le plus lent avec 6,1 noeuds de vitesse moyenne. Cent quarante milles plus au sud, Sail Fast - Marfret - Événement nautiques (Denis Lemaitre & Yann Grégoire) et Uhartz Absolut(e) (Amaiur Alfaro & Vincent Laumaille) sont eux, pointés à 8,8 noeuds. Il reste encore 1850 milles à parcourir jusqu’à Saint Barthélemy. A plus de 6,5 noeuds de moyenne, les premiers pourraient arriver le 11 mai au matin.

CG

 » Extrait des vacations

Thierry Chabagny (Petit Navire) : "De temps en temps on met RFI et on discute du second tour. Nous, on se dit qu’on serait motivé pour voter contre Le Pen. Mais cela ne sera pas possible. On se dit que si on était pas en mer on aurait tous les deux notre carte d’électeur et on irai voter dimanche."

Guillaume Voizard (Polimmo) : "Ca se passe pas trop mal mais on es un peu en perte de vitesse par rapport à nos principaux concurrents alors on se pose des questions. Mais on ne va pas lâcher le morceau comme cela. Il y a un paquet où le truc est de savoir s’il faut continuer à plonger vers le sud ou si on reste plutôt centré. Pour le moment, c’est important d’être tout le temps sur le bateau."

Jérémie Béyou (Advance Game Boy) : "Ca pourrait aller mieux et surtout il y a un peu de monde devant alors cela énerve ! On ne discute pas beaucoup à bord. On est un peu vert d’être dans cette position là. C’est un coup de malchance alors les deux premier jours c’est un peu la soupe à la grimace. On reste un peu Sud car il y a peut être un coup à jouer par là."

Pierre Peccoud (Pilot) : "Pour le moment, il n’y pas de changement depuis le départ on est sous spi et c’est un peu le train train. On navigue avec Affiches Parisiennes et il y en a un autre devant, on ne sait pas qui c’est. Advance nous a passé l’autre jour. Il nous a pris un mille ou deux mais depuis il est toujours là. On voit que petit à petit les meilleurs passent devant car il savent mieux faire marcher leur bateau. On s’en sort pas trop mal on reste dans le groupe. "

Richard Lédée (St Barth Assurances) : "Tout va bien. On a démonté l’antenne de l’Irridium car on n’avait pas beaucoup de réception. On espère grignoter un peu de place avec notre position un peu plus sud."

Christophe Bouvet (Demellier et Joulia) : "Au coucher du soleil, quand on est à la barre, on se rappelle que pour nous c’était un an et demi de préparation, qu’on y est, alors on imagine plein de bonnes situations avec la famille, à St Barth, etc."

Thierry Fournier-Foch (Only) : "On fait des quarts de deux trois heures à la barre. La vie est bien rythmée pour pousser le bateau au maximum. Si on avait 5-6 noeuds de vent de plus ce serait parfait."


 » Classement Madère – Saint Barthélemy

classement Argos du : 30-avr-2002 : 16h00 HF

Position Bateau Latitude Longitude Dist.au but

- 1 THALES - ARMOR LUX Erwan TABARLY Philippe VICARIOT 29 23 N 031 33 W 1848
- 2 PETIT NAVIRE LE BON GOUT DU LARGE Thierry CHABAGNY Corentin DOUGUET 29 22 N 031 30 W 1850
- 3 MARSEILLE ENTREPRISES Jean-Paul MOUREN Alexandre TOULORGE 29 07 N 031 15 W 1859
- 4 CERCLE VERT Gildas MORVAN Charles CAUDRELIER -BENAC 29 22 N 031 14 W 1863
- 5 COLBERT ORCO Hervé LAURENT Rodolphe JACQ 29 22 N 031 13 W 1864
- 6 ESCAL’ ATLANTIC SAINT - NAZAIRE Ronan GUERIN Ronan COINTO 29 14 N 031 01 W 1872
- 7 JEAN FLOC’H Eric DROUGLAZET Vincent RIOU 29 31 N 031 02 W 1877
- 8 POLIMMO François GUIFFANT Guillaume VOIZARD 29 30 N 030 58 W 1879
- 9 VAR MEDITERRANEE - EJO Gérard NAVARIN Pierre-Laurent GARNERO 29 43 N 030 57 W 1883
- 10 ENTREPRENDRE AU PAYS DE LORIENT Yannig LIVORY Laurent MASSOT 29 32 N 030 54 W 1883
- 11 DEPARTEMENT DE L’AISNE Jeanne GREGOIRE Arnaud BOISSIERES 29 05 N 030 36 W 1891
- 12 GAME BOY ADVANCE Bruno JOURDREN Jérémie BEYOU 29 02 N 030 35 W 1892
- 13 PILOT Antoine CANOVAS Pierre PECCOUD 29 02 N 030 31 W 1896
- 14 ST BARTH ASSURANCES Markku HÄRMÄLÄ Richard LEDEE 28 51 N 030 22 W 1900
- 15 AVIS - ILE DE ST BARTHELEMY Luc POUPON Jean-François LEDEE 29 08 N 030 27 W 1901
- 16 AFFICHES PARISIENNES Jean-Christophe CASO Daniel VALLANCIEN 29 03 N 030 25 W 1901
- 17 D & J Demellier & Joulia Christophe BOUVET Olivier SERVETTAZ 29 35 N 030 26 W 1908
- 18 ONLY Thierry LUNVEN Thierry FOURNIER FOCH 31 11 N 030 53 W 1911
- 19 SAIL FAST - MARFRET - Evénements Nautiques Denis LEMAITRE Yann GREGOIRE 29 06 N 030 12 W 1913
- 20 "TRES" ROYAN Alexandre PERAUD William KOSTYRA 29 50 N 030 18 W 1918
- 21 HAPPYCALOPSE Philippe CARDIS Alexandre SCHNEITER 30 12 N 030 23 W 1919
- 22 BDS Hacène ABBAR Jean-Claude HERVY 30 28 N 030 01 W 1942
- 23 SOS ENFANCE EN DANGER Alain d’EUDEVILLE Loïc MERLIN 30 44 N 030 04 W 1943
- 24 UHARTZ - ABSOLUT(E) Amaiur ALFARO Vincent LAUMAILLE 28 34 N 029 19 W 1951


Dans la même rubrique

Transat AG2R 2002 : Un quart de la route vers Saint Barth en trois jours

image 300 x 158Photo : F.Mousis

Transat AG2R 2002 : De petits groupes se forment

Transat AG2R 2002 : La vitesse est souvent une question de sensation

Transat AG2R 2002 : "Un long fleuve tranquille" ?


A la une