SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat AG2R 2002

La vitesse est souvent une question de sensation

Vicariot & Tabarly au coude à coude avec Chabagny & Douguet

dimanche 28 avril 2002Information Transat AG2R

Paris, le 28 avril 2002. Les Figaro-Bénéteau en route vers Saint Barthélemy battent des records de vitesse. Le plus rapide sur les dernières 24 heures est Jean Floc’h du tandem Breton Drouglazet & Riou. A presque neufs noeuds de vitesse moyenne, les monocoques de neuf mètres de long sont très rapides… par rapport à leur taille.

Quand les multicoques géants traversent l’atlantique à plus de 20 noeuds de vitesse moyenne ou tournent autour du monde en moins de 70 jours, les grandes vitesses atteintes par les monocoques de la Transat AG2R sont avant tout relatives aux capacités intrinsèques de ces machines. Dessinées il y a plus de dix ans, construites en série comme les bateaux de croisière, les Figaro-Bénéteau ne sont pas des machines de vitesse. L’intérêt principal de leur carène est d’être la même pour tous, ce qui justifie le qualificatif de ’course à armes égales’. Mais, à la barre de leurs machines, les navigateurs font leur maximum pour en tirer la quintessence.

Pour un habitué comme Vincent Riou, le plaisir est bien là : "On est au portant, le bateau est à plat. Un homme suffit à faire avancer la machine. On va vite par rapport à la flotte. Pour cela on ne se fait pas de souci même si on est déçu au départ de Madère de ne pas avoir accroché le wagon de tête. On avait bien l’impression d’être les plus rapides de la flotte au vu des classements !" Le préparateur de Michel Desjoyeaux pour le Vendée Globe victorieux de l’an passé et son futur équipier sur le trimaran de 60 pieds possède pourtant de sérieux points de comparaison. Mais avec Éric Drouglazet, ils viennent d’effectuer une excellente performance en 24 heures avec 212 milles parcourus et un deuxième Top Chrono AG2R Prévoyance* à leur compteur depuis le départ de Lorient.

Par contre, pour un spécialiste du catamaran de sport comme Gérard Navarin, la surprise est de taille. "J’ai traversé l’atlantique en 1999 sur un catamaran de sport et je trouve que le Figaro, c’est plus confortable. En catamaran, on était constamment sous l’eau et au soleil… Mais avec mon équipier, on était habitué aux bateaux rapides. On a du mal avec la vitesse du bateau. Psychologiquement, on y pensait un petit peu avant le départ, mais cela est de plus en plus prenant. Ce sont un peu des camions par rapport à notre catamaran !" Pour prendre goût à la course, Gérard et Pierre-Laurent Garnero doivent oublier petit à petit les sensations de glisse du multicoque de sport pour apprécier celles de la régate tactique, voire psychologique.

Le meilleur moyen de garder une vitesse élevée pour les spécialistes du Figaro-Bénéteau, c’est de naviguer à vue. On se cale sur la vitesse de l’autre et le premier qui choque l’écoute un peu trop tôt se fait décramponner de la première place. En étant les premiers à s’échapper de dévent de l’île de Madère grâce à une option Sud prise rapidement, Thales Armor Lux (Vicariot & Tabarly) et Petit Navire (Chabagny & Douguet) ne se quittent plus. En tête, Vicariot, l’ingénieur Brestois, garde la tête froide : "On a Petit Navire derrière nous pas très loin. Il va à la même vitesse que nous alors il ne faut pas s’emballer !"

Thierry Chabagny le surveille attentivement. Avec Corentin Douguet, il est prêt à saisir toute occasion de prendre le commandement de la flotte. "Si on les voit changer de route en fonction du vent et de sa force, on va se poser plus de questions que si on est seul. Il y aura quand même un petit plus pour rester avec eux. Mais si on trouve que ce n’est pas une bonne idée, comme cela a été le cas en début de course, on en profitera pour leur reprendre du terrain."

* Le Top Chrono AG2R Prévoyance récompense quotidiennement la meilleure distance parcourue en 24 heures par un des bateaux de la flotte.

 »Extrait des vacations du midi

Ronan Guérin (Escal’Atlantic Saint Nazaire) : "On est sous spi : ballon comme tout le monde. Les milles défilent rapidement. Le départ en flotte, c’est dommage car il faudra refaire les calculs à St Barth. Là, cela fait un peu ’Solitaire du Figaro’. Par contre, c’était sympa avec un peu de régate avant de faire de la course au large. En plus on a eu de bonnes conditions pour faire le spectacle."

Philippe Vicariot (Thales Armor Lux) : "Depuis ce matin, il y a beaucoup de nuages et là, on a pris un petit grain avec de la pluie. On hésite entre short et ciré. Pour Erwan, c’est ciré et pieds nus. Moi, je suis sur le capot de moteur et j’essaye de faire mon devoir de navigateur le mieux possible pour voir comment on va aborder cet anticyclone. "

Gérard Navarin (Var Méditerranée) : "Lors de la première étape, on est resté deux jours collé dans la pétole. Là, on est 9e. Pendant plusieurs jours c’est tout droit. On règle les voiles, on barre. Mais nous, on sait plus faire un triangle olympique que du large !"

Vincent Riou (Jean Floc’h) : "Au démarrage, cela ne s’est pas très bien passé mais depuis, on est confiant et clair sur là où on veut aller. Le matériel se porte bien et les bonhommes aussi. On est au portant, le bateau est à plat. Un homme suffit à faire avancer la machine. Éric vient de reprendre la barre il y a un quart d’heure. Tout se passe bien. Il est à fond et motivé plus que jamais."

Thierry Chabagny (Petit Navire) : "On s’est bien sorti du dévent de Madère. On a pris une option pour rallier le large avec Thales, Mouren. On a pu envoyer le spi et partir très vite sur la route des Antilles. On a pu mettre quelques milles à notre crédit."

Luc Poupon (Avis Île de St Barthélemy) : "C’est un peu l’autoroute. J’espère que s’il y a une autoroute du Sud et une autoroute du Nord, que l’on sera dans la bonne voie. C’est tout droit pour l’instant mais faut préparer l’avenir ! Il faudra être du bon côté à ce moment là."


 » Classement Madère – Saint Barthélemy

classement Argos du : 28-avr-2002 : 17h00 HF

Position Bateau Latitude Longitude Dist.au but

- 1 THALES - ARMOR LUX Erwan TABARLY Philippe VICARIOT 30 34 N 024 35 W 2217
- 2 PETIT NAVIRE LE BON GOUT DU LARGE Thierry CHABAGNY Corentin DOUGUET 30 33 N 024 33 W 2218
- 3 CERCLE VERT Gildas MORVAN Charles CAUDRELIER -BENAC 30 58 N 024 38 W 2219
- 4 ENTREPRENDRE AU PAYS DE LORIENT Yannig LIVORY Laurent MASSOT 31 05 N 024 34 W 2224
- 5 MARSEILLE ENTREPRISES Jean-Paul MOUREN Alexandre TOULORGE 30 32 N 024 26 W 2224
- 6 JEAN FLOC’H Eric DROUGLAZET Vincent RIOU 31 08 N 024 27 W 2231
- 7 POLIMMO François GUIFFANT Guillaume VOIZARD 31 03 N 024 23 W 2232
- 8 COLBERT ORCO Hervé LAURENT Rodolphe JACQ 30 42 N 024 18 W 2233
- 9 ESCAL’ ATLANTIC SAINT - NAZAIRE Ronan GUERIN Ronan COINTO 30 58 N 024 18 W 2236
- 10 VAR MEDITERRANEE - EJO Gérard NAVARIN Pierre-Laurent GARNERO 31 02 N 024 16 W 2238
- 11 ONLY Thierry LUNVEN Thierry FOURNIER FOCH 31 58 N 024 27 W 2241
- 12 DEPARTEMENT DE L’AISNE Jeanne GREGOIRE Arnaud BOISSIERES 30 32 N 023 59 W 2247
- 13 GAME BOY ADVANCE Bruno JOURDREN Jérémie BEYOU 30 33 N 023 55 W 2251
- 14 AFFICHES PARISIENNES Jean-Christophe CASO Daniel VALLANCIEN 30 33 N 023 53 W 2252
- 15 PILOT Antoine CANOVAS Pierre PECCOUD 30 34 N 023 53 W 2253
- 16 HAPPYCALOPSE Philippe CARDIS Alexandre SCHNEITER 31 21 N 024 01 W 2255
- 17 AVIS - ILE DE ST BARTHELEMY Luc POUPON Jean-François LEDEE 30 39 N 023 45 W 2260
- 18 "TRES" ROYAN Alexandre PERAUD William KOSTYRA 30 58 N 023 46 W 2263
- 19 ST BARTH ASSURANCES Markku HÄRMÄLÄ Richard LEDEE 30 18 N 023 35 W 2264
- 20 D & J Demellier & Joulia Christophe BOUVET Olivier SERVETTAZ 30 46 N 023 35 W 2270
- 21 BDS Hacène ABBAR Jean-Claude HERVY 31 21 N 023 43 W 2270
- 22 SAIL FAST - MARFRET - Evénements Nautiques Denis LEMAITRE Yann GREGOIRE 30 21 N 023 10 W 2287
- 23 SOS ENFANCE EN DANGER Alain d’EUDEVILLE Loïc MERLIN 31 46 N 023 23 W 2291


Dans la même rubrique

Transat AG2R 2002 : "Un long fleuve tranquille" ?

Transat AG2R 2002 : Les safrans "vibrent de bonheur" !

image 300 x 158Loic Merlin, fraichement lavé et massé, avant de reprendre la mer, vendredi soir à Funchal. Photo : Ch.Guigueno

Transat AG2R 2002 : C’est parti pour un 2e tour haute tension

image 300 x 158Départ sous les falaises de Madère. Photo : F.Mousis

Transat AG2R 2002 : Grignoter des milles pour gagner à Saint Barth


A la une