SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Course au large

Jean-Pierre Nicol : "Je suis né en 1978 en Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre"

"j’ai un projet qui me tient à cœur : participer à la prochaine Route du Rhum (2014) en Multi50"

mardi 30 juillet 2013Redaction SSS [Source RP]

Naviguer en compétition avec son idole n’est pas donné à tout le monde. C’est ce qui arrive pourtant au skipper de Bernard Controls : Jean-Pierre Nicol va courir le tour de Bretagne 2013 en double avec Bertrand Pacé, du 1e au 7 septembre prochain. Un bon moyen de progresser encore avant de nourrir d’autres grands projets, d’autres envies… comme celui de participer à la prochaine Route du Rhum.

Jean-Pierre, revenons d’abord sur cette première partie de saison à bord du Figaro Bernard Controls. Avec le recul, quel bilan en tires-tu ?

« Sur la Solitaire du Figaro, le podium d’étape à Porto me fait vraiment du bien (3e de l’étape 1). C’était une belle satisfaction de voir que ce que j’avais mis en place cette année pouvait fonctionner. Ma préparation plus aboutie, le fait de travailler avec un coach, de tout approfondir à tous les niveaux… je crois que je suis sur le bon chemin. Mais au-delà du résultat, ce qui m’intéresse c’est la manière. Je crois être mieux organisé maintenant, plus serein. Auparavant, il m’arrivait de faire de belles places dans les dix premiers mais sans tout comprendre ; je faisais une Solitaire un peu en « free style », au coup par coup. Ce n’est plus du tout le cas. Jamais je ne me suis senti décroché. J’ai appris à canaliser mon énergie, à mieux me concentrer. En tous cas cette Solitaire était géniale à vivre. Notamment parce que personne ne s’est laissé impressionner par les grands noms de la voile qui étaient présents. Chacun a vraiment cru en ses chances et a joué ses cartes à fond, on a vu de nouveaux marins se révéler et c’était beau ! Elle valait la peine d’être vécue. »

Tu vas courir le Tour de Bretagne en double avec un skipper très prestigieux….

« Je pars avec Bertrand Pacé ! Mon idole d’il y a une douzaine d’années. Quand je participais à mon premier Tour de France à la Voile, il était sur Team New Zealand et on ne parlait que de lui. Tous admiratifs de son talent de barreur, de ses participations à la Coupe de l’America. Bertrand est une référence internationale. C’étaient de belles années du Tour, avec une quarantaine de Mumm 30 et de grosses bagarres sur l’eau. Depuis, nous sommes croisés quelques fois au Centre d’Entrainement de la Grande Motte et l’idée de naviguer ensemble est venue comme ça. Son métier, c’est de faire avancer vite un bateau, il a déjà fait pas mal de Figaro avec Gildas Morvan et aux entraînements il est à l’aise. C’est un grand monsieur, plein de talent. Il peut m’apporter de la méthode, certains trucs. J’ai intérêt à être à la hauteur ! Nous partirons avec des ambitions. A nous de trouver le bon langage à bord de Bernard Controls, les bons fonctionnements. Ce sera une expérience sportive et humaine forcément enrichissante. Nous allons nous entraîner ensemble avant le départ du Tour de Bretagne et j’espère que nous serons complémentaires. Naviguer en compétition avec Bertrand Pacé est une opportunité que je n’avais pas le droit de laisser passer ! »

Quels sont tes projets ensuite, à moyen terme ?

« Mon Figaro m’appartient, il est armé et fin prêt à repartir… nous sommes en phase de discussion avec mes partenaires, mon contrat s’arrêtait après cette Solitaire du Figaro 2013. Je melance dès maintenant dans la recherche de nouveaux partenaires. Au delà du Circuit Figaro, j’ai un projet qui me tient à cœur : participer à la prochaine Route du Rhum (2014) en Multi50. »

Pourquoi en multicoque ?

« Je suis né en 1978 en Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre. C’était l’arrivée de la première Route du Rhum donc, avec ce final devenu légendaire de Mike Birch sur son petit trimaran jaune. J’aime la vitesse, j’aime la glisse… pour moi le Rhum c’est forcément en multi que ça se passe ! J’ai grandi avec ça, d’autant qu’ensuite nous avons déménagé à La Trinité sur Mer, où je voyais tous les jours d’autres bateaux mythiques : Royale, Elf… Le Multi50 est une classe dynamique, intéressante, avec des budgets accessibles aux PME. Je vais consacrer mon énergie à trouver des partenaires pour réaliser ce rêve. »


Voir en ligne : Info presse www.jpnicol.com



A la une