SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat AG2R 2002

La tête dans les nuages, l’expérience paie

Guérin & Cointo en tête à 462 milles de l’arrivée

vendredi 19 avril 2002Information Transat AG2R

Comme souvent, le passage du cap Finisterre a créé une hiérarchie au sein de la flotte qui participe à cette première étape de la Transat AG2R. Le bon choix cette année était, pour le moment, de venir chercher la bordure Est de la dorsale anticyclonique comme l’ont fait Guérin & Cointo, Caso & Vallancien et Laurent & Jacq.

Ce ne sont pourtant pas les équipages qui figuraient parmi les grands favoris de la course au départ de Lorient il y a cinq jours, les ténors de la série que Jean-Christophe Caso appelle les ’Figaristes’ et que Jean-Paul Mouren le Marseillais qualifie souvent avec humour de ’Bretons de Panurge’. Le co-skipper du Figaro-Bénéteau Affiches Parisiennes, deuxième ce midi, analyse sereinement ce coup d’état en forme de coup d’éclat par la route qui longe les côtes portugaises. "Une partie de la flotte est partie en se marquant. Nous, on a joué là où on avait envie d’aller. Peut-être que les autres sont partis en troupeau pour se marquer à l’ouest. Il y a un certain nombre de gars qui vont bien qui sont pourtant partis à l’ouest..."

Son équipier, Jean-Christophe Caso, partage cet avis : "On n’a pas la même façon de naviguer que les Figaristes qui sont habitués à se marquer. On a un peu douté mais pas longtemps. Comme le dit Daniel, ils sont partis se marquer et comme ils ont un potentiel vitesse supérieur, on ne peut pas les suivre… Vaut mieux tenter autre chose, quitte à manger des caramels derrière ! C’est ce qui rend cette course intéressante ! Ce n’est pas un parcours banane comme le prologue. C’est ouvert à tout le monde !"

Mais comment Daniel, 62 ans, ne s’est-il pas fait piéger dans les méandres de la dorsale anticyclonique ? Grâce au "feeling et à l’habitude du golfe de Gascogne !" répond le doyen de la flotte. Privés de récepteur fax météo depuis le départ, Daniel et Jean-Christophe écoutent les bulletins météo de RFI et observent les nuages. Au passage du cap Finisterre, ils ont donc fait avec leur propres moyens : "Quand j’ai vu les cirrus, j’ai décidé de glisser à la côte. Par expérience, c’est ce qu’il faut faire avec ce genre de ciel. On a appris ce matin qu’on était deuxième : cela a été payant !"

A bord de Marseille Entreprises, Jean-Paul Mouren, 49 ans, et Alexandre Toulorge, 24 ans, sont eux-aussi privés de récepteur fax. "Il faut toujours utiliser l’expérience et l’esprit en numéro 1 et la sophistication en numéro deux !" Un oeil vers les nuages, un autre sur les voiles, les navigateurs les plus expérimentés de la flotte semblent s’être les mieux tirés d’affaire du piège anticyclonique. Hervé Laurent, 45 ans, un tour du monde et de nombreuses transatlantiques à son actif, en avait fait son cheval de bataille avant le départ. "Moi, j’essaye d’éviter de naviguer à la queue leu leu’ confiait-il à Lorient. " En regardant le ciel pour étudier la hauteur du plafond nuageux et la forme des nuages et en contrôlant la pression barométrique, on peut vérifier notre position par rapport à ces cellules qui se déplacent. On cherche alors à rester du bon côté des bulles."

Au pointage de 14h00 aujourd’hui, Ronan Guérin & Ronan Cointo sur Escal’Atlantic Saint Nazaire sont toujours en tête à 462 milles de l’arrivée. Les plus à l’Est sont toujours Hervé Laurent & Rodolphe Jacq sur Colbert Orco qui sont entrés dans la baie de Lisbonne. Ils ont repris la deuxième place à Affiches Parisiennes de Jean-Christophe Caso & Daniel Vallancien.

 » Extrait des vacations

Jean-Paul Mouren (Marseille Entreprises) : "On était concentré sur notre univers, sur ce grand jeu génial de météo pour que le premier arrive à Madère. C’est ouvert : ça prend de partout, c’est génial. On a un peu de Sud et on marche au près comme pour passer une bouée de dégagement. Mais du côté de l’Espagne, ils vont plus rapidement au but…"

Daniel Vallancien (Affiches Parisiennes) : "Cela se passe bien. Notre option reste payante. Là, on souffre car depuis hier soir, on est sans vent, rien rien rien. On progresse genre deux noeuds. C’est la guerre des nerfs. Fait beau mais c’est très dur d’attendre que la brise reparte !"

Jean-Christophe Caso (Affiches Parisiennes) : "Là, je suis dehors, j’ai les cadrans sous les yeux : on a 5 noeuds de vent, direction du nord. Cela fait dix minutes que l’on a plus d’air. Sinon depuis deux heures du mat’, on n’a pas de vent. La nuit a été assez courte. On est resté sur le pont pour faire avancer le bateau. On n’a pas le choix et on reste à bloc dans notre option. On s’arme de patience pour essayer de garder cette place. On est au taquet à 2,5 noeuds ! On est A donf !"

Gérard Navarin (Var Méditerranée EJO) : "C’est la première fois que je fais une course sur le circuit Figaro mais c’est vrai que c’est la patience qui est utile. On est resté 4 heures sans vent du tout à se faire balader par la houle. Maintenant il y a du sud-ouest. On avance à 5 noeuds. Jean Floc’h est en avant sur la route. Tout dépend de comment le vent va évoluer. On est là, on fait avec !"

Alexandre Péraud ("Très Royan") : "Le vent oscille entre 8 et 12 noeuds de vent. On est au près direction le Maroc, donc c’est du sud-ouest. Cela correspond aux infos que j’ai reçu par fax. C’est le bord obligatoire sinon on s’écarte de la route. On a eu une nuit redoutable avec pas du tout de vent. On s’est épuisé pour faire relancer le bateau. Il y a un bateau dans notre arrière mais je ne sais pas qui c’est ! On espère arriver dans ce classement à Madère et on s’éclate vraiment !"

Markku Härmälä (St Barth Assurances) : "Oui on est bien content de notre navigation. Tout se passe bien. On n’a rien cassé. Comme tout le monde on est perturbé par la météo. Là, on a une vingtaine de noeuds de sud-sud-ouest. Mais le vent vient exactement de la direction de Madère ! On a croisé il y a quelques heures le bateau n°18 (ndr : Grégoire et Boissières). On ne va pas les croiser de nouveau car ils sont passé à l’ouest et nous au sud."

Philippe Cardis (Happycalopse) : "D’après les cartes on n’aura pas grand chose jusqu’à demain. La moindre risée doit être exploitée pour avancer au maximum. Nous au Bol d’or, on a 25 m de mât et 250 m2 de voilure pour deux tonnes et pas deux tonnes et demie comme maintenant. On n’a pas un petit crayon à la place du mât ! Mais c’est une belle expérience même si c’était plus sympa hier avec 9 à 10 noeuds au lieu d’être entre 0 et 3 noeuds."


classement Argos du : 19-avr-2002 : 16h00 HF

Position Bateau Latitude Longitude Dist.au but

- 1 ESCAL’ ATLANTIC SAINT - NAZAIRE Ronan GUERIN Ronan COINTO 38 56 N 011 30 W 462
- 2 COLBERT ORCO Hervé LAURENT Rodolphe JACQ 38 02 N 009 57 W 474
- 3 AFFICHES PARISIENNES Jean-Christophe CASO Daniel VALLANCIEN 39 03 N 011 03 W 480
- 4 MARSEILLE ENTREPRISES Jean-Paul MOUREN Alexandre TOULORGE 40 04 N 012 29 W 499
- 5 GAME BOY ADVANCE Bruno JOURDREN Jérémie BEYOU 40 31 N 012 36 W 520
- 6 THALES - ARMOR LUX Erwan TABARLY Philippe VICARIOT 40 25 N 011 42 W 530
- 7 JEAN FLOC’H Eric DROUGLAZET Vincent RIOU 41 20 N 015 13 W 533
- 8 PETIT NAVIRE LE BON GOUT DU LARGE Thierry CHABAGNY Corentin DOUGUET 41 11 N 013 50 W 539
- 9 ST BARTH ASSURANCES Markku HÄRMÄLÄ Richard LEDEE 40 51 N 012 21 W 539
- 10 DEPARTEMENT DE L’AISNE Jeanne GREGOIRE Arnaud BOISSIERES 40 48 N 012 21 W 541
- 11 "TRES" ROYAN Alexandre PERAUD William KOSTYRA 40 21 N 011 12 W 542
- 12 CERCLE VERT Gildas MORVAN Charles CAUDRELIER -BENAC 40 24 N 011 13 W 543
- 13 ENTREPRENDRE AU PAYS DE LORIENT Yannig LIVORY Laurent MASSOT 40 36 N 011 37 W 544
- 14 SAIL FAST - MARFRET - Evénements Nautiques Denis LEMAITRE Yann GREGOIRE 40 38 N 011 40 W 545
- 15 VAR MEDITERRANEE - EJO Gérard NAVARIN Pierre-Laurent GARNERO 40 23 N 011 01 W 547
- 16 PILOT Antoine CANOVAS Pierre PECCOUD 41 08 N 012 02 W 564
- 17 POLIMMO François GUIFFANT Guillaume VOIZARD 41 12 N 012 05 W 567
- 18 UHARTZ - ABSOLUT(E) Amaiur ALFARO Vincent LAUMAILLE 41 42 N 013 12 W 568
- 19 SOS ENFANCE EN DANGER Alain d’EUDEVILLE Loïc MERLIN 41 51 N 014 24 W 571
- 20 D & J Demellier & Joulia Christophe BOUVET Olivier SERVETTAZ 40 43 N 010 38 W 572
- 21 BDS Hacène ABBAR Jean-Claude HERVY 41 31 N 012 40 W 574
- 22 AVIS - ILE DE ST BARTHELEMY Luc POUPON Jean-François LEDEE 41 54 N 013 45 W 581
- 23 ONLY Thierry LUNVEN Thierry FOURNIER FOCH 41 16 N 011 30 W 584
- Non localisé : Happycalopse (5e au précédent)


Dans la même rubrique

Transat AG2R 2002 : Les écarts augmentent

Transat AG2R 2002 : Une vache volante traverse l’autoroute de Madère…

Transat AG2R 2002 : Les deux Ronan s’échappent à terre

image 300 x 158Cointo à la barre, Guérin aux réglages. Photo : F.Mousis

Transat AG2R 2002 : Troussel & Le Cléac’h font route vers Port-La-Forêt

image 300 x 158Photo : F.Mousis

A la une