Sea, Sail & Surf

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Vendée Globe

Bernard Stamm : "J’ai le droit de demander la réouverture du dossier donc c’est ce que je vais faire"

Les réactions d’Alain Gautier, Mike Golding et Jean Le Cam

mercredi 2 janvier 2013Christophe Guigueno

Bernard Stamm a répondu à la vacation officielle de l’organisation Organisation #organisation après que le jury international du Vendée Globe ait décidé de l’exclure du classement. Le skipper de Cheminées Poujoulat est forcément abattu par la décision intransigeante. Hélas, cette règle, si dure soit-elle, fait du Vendée Globe ce qu’il est. Une course exceptionnelle. Dans le cas particulier de Stamm, cette "assistance" s’est produite sans son consentement. C’est peut-être ce qui pourrait faire changer d’avis au jury puisque le skipper demande la réouverture du dossier. Et, comme il le dit, alors qu’il jouait le podium, son classement est fichu depuis qu’il a décidé de s’arrêter réparer...

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) : Comme vous pouvez le penser ça pourrait aller mieux. J’ai le droit de demander la réouverture du dossier donc c’est ce que je vais faire, je pense toujours avoir agi dans l’esprit de la course. Je pense que le jury n’a pas tenu compte du contexte, j’ai agi pour la sécurité de mon bateau.

Le bateau russe Professor Khromov est arrivé dans la nuit, alors que j’étais déjà au mouillage. Je l’ai vu par hasard au lever du jour, il ne faisait pas beau avec du brouillard et peu de visibilité. Assez rapidement mon ancre a commencé à chasser et comme il était sous mon vent et très proche, il y avait un risque qu’on entre en collision.

Tout s’est passé très vite, je n’ai pas pensé au règlement. J’ai pensé à ce bateau comme à une ancre, je n’en avais pas d’autre, les fonds sont couverts d’algues là-bas et mon ancre glissait dessus. Il fallait trouver un endroit solide... ou bien repartir en mer mais je n’avais pas fini mes réparations et n’avais aucune réserve électrique.

Je pense que le Vendée Globe et l’IMOCA Imoca #IMOCA ont besoin que les bateaux reviennent, qu’ils ne finissent pas sur les cailloux. Je vais demander la réouverture du dossier en essayant de faire comprendre ce qu’il s’est passé (…) Je suis au milieu du Pacifique Sud, donc m’arrêter là ce serait compliqué...

Et si vraiment ça ne se passe pas bien, il faut reconnaître qu’on n’aura pas attendu le Jury pour malmener notre projet sportif. Avec mes soucis d’hydrogénérateurs, on aura réussi à le faire tout seul, ce qui m’arrive n’a jamais amené un bateau en tête. Mais je veux mener à terme mon projet de faire mon tour du monde, et comme je suis aux antipodes il faut bien que je le finisse pour rentrer. Mais au-delà de ça, nous avions également monté un projet scientifique et rien ne m’empêche de le mener à bien.

A suivre, les réactions d’Alain Gautier, Mike Golding et Jean Le Cam…



A la une