SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Transat Jacques Vabre

Yves Le Blévec : "C’était sympa de passer à St Barth"

lundi 14 novembre 2011Redaction SSS [Source RP]

C’est à l’aube que le Multi50 Multi50 #multi50 Actual a approché l’île de Saint-Barth, un moment unique pendant lequel Yves et Sam ont humé l’odeur de la végétation et se sont laissé aller à rêver aux bonnes choses de la terre ferme ...

Mais Yves le Blevec et Samuel Manuard auront juste pris le temps de faire quelques photos souvenirs sous le vent de l’île en la contournant pour poursuivre leur route au sud-est. Actual a pris une avance de 210 milles sur son concurrent Maître Jacques alors qu’il reste 1700 milles à parcourir jusqu’au Costa Rica ; une avance confortable mais qui ne trom pe pas Yves et Sam. Une option météo ou un problème technique peuvent vite laisser s’envoler deux cents petits milles.

Après Saint-Barth, Actual a mis le cap sur la Guadeloupe, avant de virer la Barbade dans la journée de mardi. Il faudra alors être attentif au choix de la route, dans des vents actuellement assez faibles dans le golfe du Mexique.

Samuel Manuard, vacation PC Presse à 5h00 :

" On se rapproche on se rapproche ! L’ambiance est aux grandes glissades tout schuss sur Saint Barth, ça va assez vite. On est sous pilote parce qu’il barre aussi bien que nous voire mieux sur la moyenne. Il y en a toujours un qui dort et l’autre dehors, aux écoutes au cas où… "

Yves le Blevec, vacation PC Presse à 12h00 :

"C’était sympa de passer à St Barth, très très beau passage. C’est une descente dans le sens de la carte mais une remontée dans le sens du vent ! Le vent général est plutôt contraire à cet endroit là donc on lutte un peu contre le vent et la mer pour passer sous ces îles. Certaines sont plus ou moins hautes et d’autres le sont moins et l’on peut passer sous leur vent ce ne sera pas trop handicapant. Mais on se méfie, l’avance confortable peut réduire comme neige Neige #snow au soleil. Le vent est d’une quinzaine de noeuds et on marche au près à 13-14 noeuds. De toute façon à la limite qu’on soit devant ou derrière, nous essayons de naviguer de la même façon, l’essentiel est pour nous d’arriver à Puerto Limon. Notre bateau commence à avoir pas mal de milles dans les pattes, on en prend soin, on lui parle gentiment et on fait attention à ce qu’il nous amène tous les deux à bon port. La photo ? On l’a prise sous le vent de Saint-Barth, on était tranquille !"

- Info presse Kaori / www.teamactual.eu



A la une