SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Tour de France à la Voile

Les Omanais remportent le tour de la Bretagne

vendredi 8 juillet 2011Information Tour Voile

Cette étape entre Saint Quay et Vannes s’annonçait particulièrement difficile. Les éléments (vent de Sud Ouest instable, fort courant, bascules, pluie, houle,…) se sont ligués pour imposer aux coureurs et à leurs bateaux une étape éreintante ! La Bretagne n’a épargné personne et les visages en témoignaient à l’arrivée. 215 milles dont 80 au près serré : c’est certainement l’étape la plus physique que les équipages auront vécue depuis le début du Tour de France à la Voile. Un défi dont les leaders avaient totalement conscience et qu’ils ne devaient pas rater (coefficient 3). Mission accomplie pour BAE Systems qui marque les esprits aujourd’hui, sans oublier Courrier Dunkerque, deuxième, qui consolide sa place de leader au général.

Partis sous spis de Saint Quay Portrieux, les M34 affalent leur voile ballon à peine une dizaine de milles après le départ. C’est parti pour 80 milles au près serré dans une mer formée ! Safran-Multiplast est alors en tête, devant Ile de La Réunion et Sud de France/Languedoc-Roussillon. Les favoris tirent des bords à la côte entre les cailloux de granit rose et chassent les bascules de vent à chaque passage de grain pour croiser devant leurs adversaires. Ce sera tout le jeu de cette longue étape de 215 milles jusqu’à l’entrée du Four.

Quand la nuit tombe, les équipiers ne lèvent pas pour autant le pied ! Comme prévu, le match-racing entre les leaders s’intensifie à mesure que le vent forcit. En fin de nuit, la tête de flotte passe le phare de la Vieille dans le bouillon du Raz de Sein, où le vent et le courant lèvent des vagues abruptes. A la sortie du Raz, BAE Systems est en tête avec Courrier Dunkerque, Bretagne Crédit Mutuel Elite et Toulon Provence Méditerranée. Rapidement, ils envoient le spi de capelage et escaladent la houle à 10 noeuds.

Au large de Groix, Courrier Dunkerque rate sa manœuvre d’affalage de spi. BAE Systems, à la lutte pour la première place depuis plusieurs dizaines de milles avec Daniel Souben, saute sur l’occasion pour reprendre la tête. Cette erreur coûte cher aux Dunkerquois qui voient la victoire leur échapper…

Après 29 heures et 25 minutes de course, BAE Systems arrive victorieux à Vannes. L’équipage international, pour qui la voile se pratique en Omanais, en Anglais et en Français, a trouvé l’accord parfait autour de la Bretagne ! Pour leur deuxième participation au Tour de France à la Voile, les Omanais font fort ! Ils laissent derrière eux tous les leaders et les fins connaisseurs des côtes bretonnes. L’année dernière, ils s’étaient déjà fait remarquer à plusieurs reprises en remportant plusieurs parcours banane et en terminant 5es au général. Cette fois, c’est au large qu’ils s’imposent. Preuve que cet équipage apprend vite ! Depuis le début de cette 34e édition, la chance n’était pourtant pas avec eux. Irréguliers sur les parcours banane, l’équipage de Cédric Pouligny (non embarqué pour ce Tour de Bretagne) a aussi eu le sentiment de passer à côté d’une belle place lors de la dernière étape de ralliement de Dieppe à Saint-Quay-Portrieux (4es). Cette victoire lui donnera peut-être des ailes jusqu’à La Seyne-sur-Mer ? BAE Systems est 4e ce soir au général.

Second aujourd’hui, Courrier Dunkerque ne rate pas cette étape cruciale de coefficient 3 en terminant devant ses concurrents directs. Il renforce ainsi son leadership. Troisième aujourd’hui, Bretagne Crédit Mutuel Elite effectue une belle opération sur ses terres. Il remonte d’un cran dans le général, deuxième à 11 points du chef de file. Sud de France/Languedoc-Roussillon descend à la 3e place au général à cause d’une décevante 6e place à Vannes. Mais l’équipage de Bertrand Pacé n’est qu’à 3 points des Bretons ! Les Sudistes de Toulon Provence Méditerranée ont aujourd’hui prouvé qu’ils peuvent briller loin du chant des cigales. Ils arrivent à Vannes à la 4e place. Un bon résultat qui ne leur permet cependant pas de maintenir leur place au classement général. Ils sont 5es à 1 point derrière BAE Systems.

Demain, les équipages seront au repos. Ils repartiront dimanche à 7h vers Pornic pour une étape d’une soixantaine de milles.

Ils ont dit :

Fabien Henry, skipper de Toulon Provence Méditerranée :

« Au Raz de Sein, nous aurions pu sortir la planche de surf ! Nous étions à 17 noeuds sous Grand-Voile et Génois, comme dans un tube ! Nous avons bien joué dans les cailloux au niveau de Bréhat, en tirant à la côte plus tôt que les autres. Cette stratégie nous a permis de bénéficier de la renverse de courant plus tôt ».

Nicolas Troussel, skipper de Bretagne Crédit Mutuel Elite :

« Nous sommes partis sur un grand bon bord de largue serré sous spi. Puis, nous avons eu des grains juste après les Héaux de Bréhat et il a fallu anticiper les bascules de vent. Nous étions contre le courant et nous nous sommes abrités à la côte juste après l’île de Batz. A la pointe de Portsall, nous avons tiré des bords dans les cailloux. Alors que nous étions devant la flotte, nous avons perdu notre avance sur des petites erreurs. Nous étions quand même dans le groupe des trois. Nous passons en effet Portsall en premier avec BAE Systems juste derrière. Le lendemain matin, nous étions quatre-cinq bateaux en tête. »

Daniel Souben, skipper de Courrier Dunkerque :

« Beaucoup de mer et de changements de classement importants. Nous avons aussi été encore très embêtés avec les algues donc ça fausse un peu la course par moment. Dans ce genre d’étape, il ne faut rien lâcher, tenir jusqu’au bout. Parfois, nous n’avons pas été très bien mais quand on ne lâche pas, ça finit par payer. Nous sommes plutôt contents. Nous restons devant nos adversaires directs au général, donc c’est une belle opération. Nous avons quand même un énorme regret, c’est de ne pas gagner l’étape ! »

Gérald Véniard, tacticien sur BAE Systems :

« Cela s’est très bien passé. C’était une étape très physique qui a mis nos organismes à rude épreuve ! Les garçons se sont comportés admirablement bien. Et le résultat nous a souri. C’est du bonheur, nous sommes ravis ! Le près a été très dur. Nous nous sommes quand même tapé 80 milles à tirer des bords dans les cailloux. Chasser les algues dans la quille n’était pas non plus une partie de plaisir. Alors le portant, ça a été la récompense oui ! Les 70 milles au largue serré n’ont pas duré longtemps et cela a tout de même été assez éprouvant entre Penmarc’h et la baie de Quiberon. Sur la fin de l’étape, Courrier Dunkerque a fait une erreur de manœuvre en affalant son spi. Ils ont un peu chaluté et nous en avons profité pour passer. Clairement, ils étaient moins rapides depuis ce matin, ils avaient sans doute des algues. Et ça nous est arrivé aussi ! »

Bertrand Pacé, skipper de Sud de France/Languedoc-Roussillon :

« Nous n’avons pas eu une bonne vitesse, nous avons dû doubler 4 ou 5 fois Courrier Dunkerque mais ils nous ont dépassés une fois de plus. Nous sauvons un peu les meubles. J’espère bien que nous pouvons mieux faire. Nous prenons des points mais pas encore suffisamment ! »


Extrait du classement général provisoire après 18 courses :

  • 1 Courrier Dunkerque / Daniel Souben : 73 pts
  • 2 Bretagne-Crédit Mutuel Elite / Nicolas Troussel : 84 pts
  • 3 Sud de France / Languedoc Roussillon / Bertrand Pacé : 87 pts
  • 4 BAE Systems / Cédric Pouligny : 114 pts
  • 5 Toulon Provence Méditerranée / Fabien Henry : 115 pts
  • 6 Nantes Saint Nazaire E. Leclerc / Corentin Douguet : 152 pts
  • 7 Safran - Multiplast / Julien Villion : 159 pts
  • 8 Ile de France / Jimmy Pahun : 162 pts
  • 9 BRED - La Normandie / Benoît Charon : 170 pts
  • 10 Côtes d’Armor Bretagne / Stéphane Letertre : 175 pts
  • 11 Ile de La Réunion - Ville du Port / Gabriel Jean-Albert : 203 pts
  • 12 Batistyl Ville de Pornic / Cyrille Le Gloahec : 226 pts


A la une