SeaSailSurf®

From offshore to inshore: all the news abouts sea sports from 2000

Barcelona World Race

Jean Le Cam : "J’adore Barcelone !"

"En louant Ecover III, …nous n’avions que peu de chances de nous tromper""

Wednesday 22 December 2010Redaction SSS [Source RP]

Il aurait été surprenant que Jean Le Cam s’aligne au départ d’une course avec toute autre ambition que de viser l’une des trois marches du podium. La Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace dont le départ sera donné depuis la capitale catalane vendredi 31 décembre à 13 heures aiguise, à l’instar d’un Vendée Globe, l’appétit de Jean Le Cam. Le monocoque Imoca Imoca #IMOCA "Président", il le partagera tout au long des 46 300 km de course théorique avec Bruno Garcia, Barcelonais pur jus. Internationalisation de la Classe, découverte d’un autre savoir vivre de la course au large, et l’amitié d’un co-skipper attachant et chaleureux... Tout se conjugue en cette fin d’année pour faire de Jean Le Cam un marin décontracté à la veille d’entamer sa quatrième circumnavigation.

"J’adore Barcelone !" la magie de la grande cité Méditerranéenne où planent les ombres visionnaires de Christophe Colomb et de Gaudi exerce sur Jean Le Cam à la veille d’un rendez-vous océanique majeur, un tour du monde d’ouest en est par grands caps à laisser bâbord (Bonne Espérance, Leeuwin et Horn), les effets apaisants d’un sain dépaysement. Loin de la voile "Franco-française" qu’il pratique depuis plus de 30 ans, le Finistérien goûte sans bouder son plaisir à la mise en scène Ibérique de son activité de marin hauturier. "Depuis le temps que l’on cherche à exporter cette voile océanique, cela fait plaisir de vivre au plus près une expérience d’organisation Organisation #organisation menée par d’autres instances que françaises" souligne Jean.

"Le plateau est très fortement marqué par la présence des Espagnols, et il est intéressant d’observer ici une maturation assez similaire à celle que l’on a connue en France il y a peu de temps." Certes, les voiliers dernier cri demeurent l’apanage des tricolores, mais Jean Le Cam, au contact de son co-équipier barcelonais Bruno Garcia est aux premières loges pour juger de l’intérêt croissant du grand public et des médias pour la discipline, et accompagner la montée en puissance du savoir naviguer vite et loin de marins espagnols à l’évidente culture maritime. "Tout à Barcelone respire la présence de la mer, dans la culture, et dans l’histoire Histoire #histoire " souligne Jean, déjà impatient de suivre par les actes la direction pointée par le doigt de Christophe Colomb du haut de la monumentale colonne qui domine le Port Vell.

"Nous avons en très peu de temps atteint un très bon niveau de préparation" poursuit Jean. En louant Ecover III à Mike Golding, nous savions que nous n’avions que peu de chances de nous tromper" précise Jean Le Cam tout en soulignant : "Ce n’est pas mon bateau, et il a fallu s’adapter à des choix architecturaux qui ne sont pas les miens." Ceci vite esquivé, Jean Le Cam ne retient de l’expérience des trois derniers mois trop fugitivement écoulés que l’efficacité d’une préparation menée tambour battant à Port la Forêt. Un temps particulier qui aura permis de tisser des liens profonds et sincères entre Bruno Garcia, cardiologue de son état, et celui qu’il appelle "la légende française de la voile". "Bruno a vécu à la maison. Notre entente s’est développée naturellement et je peux affirmer que ne pouvais pas trouver meilleur co-équipier".

D’ultimes sorties sont programmées devant Barcelone. Jean Le Cam et Bruno Garcia laissent à loisir vagabonder leur imagination vers les noms chargés de mystère et d’inconnu, "détroit de Cook" notamment, passage obligé de la Barcelona World Race Barcelona World Race #barcelonaworldrace , et que Jean découvrira pour la première fois. "Ce parcours recèle quelques différences avec le Vendée Globe. Le passage à Cook, que je suis ravi d’emprunter, la limite Nord pour rester à distance de la dérive des glaces, et bien entendu, ce tronçon méditerranéen par Gibraltar, qui est tout sauf anecdotique, tant la Méditerranée semble rétive à se plier aux prévisions météo..."

Barcelone, son art de bien vivre, cette nouvelle course qui intrigue et excite curieux et journalistes, l’amitié d’un Bruno Garcia en plein rêve éveillé, semblent gommer le stress du départ, au point qu’à quelques heures du réveillon, Jean ignorait à ce jour où et comment il comptait fêter Noël.

- Info presse Mer& Média / www.jeanlecam.fr



Head news