SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Record SNSM

Des records entre Saint-Nazaire et Sainte Marine

Guichard, Cammas, Le Cléac’h, Nigon, Ruyant, Van Den Broek, Rialland, Heroux

mardi 22 juin 2010Redaction SSS [Source RP]

La 6e édition du Record SNSM a profité de conditions météo idéales propices à la glisse et à la vitesse. Malgré la fraîcheur de la nuit, les 53 bateaux ont navigué sous le soleil, sur une mer plate et dans du vent toujours un peu établi. De quoi faire tomber les temps de référence dans toutes les catégories, ou presque, sur les trois parcours longs de 180, 230 et 360 milles.

Les arrivées témoignent autant des performances des multicoques, que de l’intensité de la régate dans le camp des monocoques. Les 271 équipiers engagés dans l’aventure de cette édition 2010, compétiteurs émérites ou plaisanciers avertis, sont tous rentrés à bon port les yeux rougis par les embruns et des sourires qui en disent long sur la belle tranche de mer vécue le long des côtes bretonnes. Le point sur les meilleurs chronos…

G Class : la classe Gitana 11 !

Premier maxi-multicoque à s’aligner au départ du Record SNSM dans sa version Saint-Nazaire / Sainte-Marine, Gitana 11 en a jeté plein les yeux. Du haut de ses presque 24 mètres de long, le géant, mené par son équipage de spécialistes du multicoque, n’a fait qu’une bouchée du parcours de 360 milles, pointes à plus de 30 nœuds à la clé. Il établit un premier temps de référence sur les deux boucles entre l’Estuaire et la rivière de l’Odet de 19h 39mn et 58 sec à 18,3 nœuds de moyenne.

VO 70 : le pari réussi de Groupama 70

Cela s’est joué à une courte étrave. N’empêche, le VO 70 d’entraînement de Franck Cammas en lice pour le prochain tour du monde en équipage avec escales (Volvo Ocean Race) n’a pas manqué de faire sensation. Avec son équipe de foot embarquée – onze hommes à bord – ce coursier océanique est parvenu à l’emporter, au chrono, face à Brit Air, le plus rapide des IMOCA taillés pour le solitaire. Dans des conditions clémentes, le VO 70 a tenu, sur les 360 milles au programme, une jolie moyenne de presque 12 nœuds.

IMOCA : Brit Air déjoue les zones de turbulences

Brit Air, le monocoque IMOCA d’Armel Le Cléac’h a de toute évidence trouvé les bons couloirs de vent, pour creuser de beaux écarts face à ses quatre autres concurrents, qui l’ont vu décoller sur le deuxième tour entre Sainte-Nazaire et Sainte-Marine. Après sa première participation sur le Record SNSM l’année dernière, le commandant de bord, réputé pour son appétit de succès, s’impose après 1j 07h et 5mn de course à 11,6 nœuds de moyenne. Mieux, il améliore de plus de 7 heures le temps de référence établi l’année dernière par Marc Guillemot à bord de Safran.

Multi 50 : le même bateau pour un nouveau chrono

Il vient de changer de main, il n’en reste pas moins un fidèle du Record SNSM et un de ses plus grands animateurs. A bord d’AXA Atout Cœur pour AIDES, Erik Nigon, nouveau venu dans la classe des multicoques de 50 pieds, a tiré pleinement parti des conditions favorables à la glisse pour améliorer son propre temps de référence établi l’année dernière. Le Multi 50, mené alors par Victorien Erussard, s’appelait Laiterie de Saint-Malo. Cette année, ce prototype très fiable, rapide et puissant, refait à neuf pour la Route du Rhum 2006, a parcouru les deux boucles entre Saint-Nazaire et Sainte-Marine à près de 11,5 nœuds de moyenne contre 9,5 en 2009.

Class40 : fortissimo Destination Dunkerque !

Dans la série des Class40, de plus en plus nombreux au fil des éditions, le cru 2010 reste marqué par l’intensité de la compétition aux avant-postes. Jusqu’au bout, Destination Dunkerque (Thomas Ruyant) et Appart’City (Yvan Noblet) se sont disputés les honneurs de la ligne. A l’arrivée, seules 4 minutes les séparent. Le nouveau venu dans la série s’offre le double plaisir de la victoire arrosée d’un joli chrono, sur le parcours de 230 milles entre Saint-Nazaire et Sainte-Marine en passant par l’île d’Yeu. A 7,9 nœuds de moyenne, Destination Dunkerque améliore de près de 8 heures le temps de référence établi l’an passé par Cheminées Poujoulat (Bruno Jourdren). Ce dernier, arrivé 26 minutes après le premier, complète le podium 2010.

Multi 2000 : le trois coques show de NIM Intérim Management !

Au chapitre des performances qui marquent cette 6e édition du Record SNSM, le Multi 2000 NIM Intérim Management a écrit une page qui restera dans les annales de l’épreuve. Ce petit tri de 30 pieds a certes des allures d’engin de plage quand il coupe la ligne peu de temps après le géant Gitana 11. Pourtant, sur le parcours de 230 milles, ce multicoque à sensations d’origine suédoise a montré qu’il avait plus d’un tour dans son cockpit et des chevaux sous les flotteurs. Après 20h et 38mn d’une course aussi humide qu’effrénée, il pulvérise le temps canon réalisé l’année dernière par Corsair Marine d’Aymeric de Chezelles (2e en temps compensé en 2009). Des pointes à 20 nœuds, une vitesse moyenne de plus de 11 nœuds après 20h et 38 mn de gymkhana le long des côtes bretonnes, les chiffres parlent d’eux-mêmes : Pierre Van Den Broek et son équipage ont placé la barre très haut !

HN2 : les bons chronos de Solano

Présent pour la 2e année consécutive, le beau Solano de Frédéric Rialland, toujours très véloce sur le parcours de 230 milles, a pu profiter des sautes d’humeur d’Eole qui a coupé les ventilateurs une fois qu’il avait franchi la ligne. De quoi s’adjuger tous les honneurs : en temps réel comme en temps compensé. Ce prototype de 52 pieds, fort de presque 8 heures d’avance à l’arrivée sur son plus proche concurrent et d’une vitesse moyenne de près de 7,5 nœuds, s’impose aussi, à deux minutes près en temps compensé face à l’Akilaria 950, ML Design. Pour la petite histoire, on retient que l’année dernière, premier sur la ligne, il avait néanmoins terminé à la 10e place en temps compensé !

HN1 et IRC : Temps réel et temps compensé confondus

Dans ces catégories particulièrement hétéroclites, la victoire revient de droit, sur cette édition 2010, aux plus rapides sur l’eau qui l’emportent aussi en temps compensé. Chez les HN1, engagés sur le plus petit parcours de 180 milles, Destinéo VSC de Patrick Heroux s’impose temps réel et temps compensé confondus. Ce First 29 GTE, améliore de plus de huit heures le temps établi l’an passé par Destineo 2, le First 32 GTE, mené par Serge Hardy.

Même topo dans le camp des IRC puisque le First 40 Racing, Urukaï, skippé par Catherine Pourre, l’emporte haut la main sur les 230 milles du parcours. Il s’impose aussi dans les lignes du classement en temps compensé. En revanche dans cette catégorie, le temps de référence, reste pour un peu plus de trois petites minutes, dans le cockpit du Super Arlequin Hakuna Matata mené par Jean-François Nouel.

Record permanent : la ligne reste ouverte…

Avis aux amateurs qui souhaitent rentrer dans le livre du Record SNSM. Car ce rendez-vous, devenu une grande classique du printemps, c’est aussi un Record Permanent. Il invite tous les bateaux de plus de 6,50 mètres à s’élancer au départ de Saint-Nazaire, quand ils le souhaitent, du 1er avril au 1er octobre, en vue d’établir leur propre chrono qui viendra peut-être s’inscrire au palmarès des meilleurs temps de référence établis, sur les 284 milles qui séparent Saint-Nazaire de Saint-Malo. Rappelons que sur ce parcours originel, le Record absolu revient de droit au trimaran ORMA Brossard. En juillet 2006, Yvan Bourgnon et son équipage avaient profité d’une fenêtre météo favorable pour affoler les compteurs à plus de 21 nœuds de moyenne.

Ils ont dit :

- Damien Grimont, organisateur : « Bien sûr, il a fait un peu frais sur les quais pour un mois de juin, mais le Record SNSM rassemble toujours un très beau plateau avec des amateurs à chaque fois plus nombreux et, cette année, la présence remarquée du maxi-multicoque Gitana 11 et du monocoque Groupama 70 qui nous ont fait l’honneur de venir. Sportivement, grâce à des conditions idéales, tous les records ont été pulvérisés dans toutes les catégories. Je me réjouis de la cohésion entre les initiateurs, les sauveteurs bénévoles et les partenaires : la Région Pays de la Loire et la Ville de Saint-Nazaire, toujours aussi moteurs dans le succès de cet événement sympathique et durable. »

- Armel Le Cléac’h, skipper de l’IMOCA Brit Air : « C’est notre première victoire en 60 pieds, même s’il ne faut pas oublier que les bateaux neufs n’étaient pas là. Mais c’est bon pour la confiance et le moral. C’est un début de saison idéal. Nous n’avons pas fait de faute après notre bon départ et toujours continué à garder de l’air en prenant les bons couloirs. L’équipage était très sympa, les conditions parfaites et nous avons pu ainsi valider les petites évolutions réalisées sur le bateau cet hiver. »

- Roland Jourdain, skipper de l’IMOCA Veolia Environnement : « Nous avons eu des conditions idéales pour ce Record SNSM et l’ambiance à bord était certes conviviale mais studieuse ! L’équipage de Brit Air a pris un super départ dimanche et ensuite, ils ont su garder et accentuer leur avance. Il faut dire aussi que Brit Air avait son jeu de voiles neuves, ce qui n’est pas encore notre cas. Il va maintenant falloir analyser nos voiles et décortiquer toutes ces nouvelles données par rapport à la concurrence. Nous allons pouvoir tirer les enseignements de tout cela et c’est toujours intéressant pour la suite. »

- Info presse Mille et une vagues / www.recordsnsm.com



A la une