SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Vitesse

50,17 nœuds : L’Hydroptère tape dans le mille

Record du monde sur un mille pour Alain Thébault

jeudi 12 novembre 2009Redaction SSS [Source RP]

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

A peine deux mois après avoir franchi la barre mythique des 50 nœuds l’Hydroptère confirme son statut de trimaran volant le plus rapide du monde en portant le record Record #sailingrecord du mille à 50,17 nœuds de moyenne sur cette distance, soit 92,91 km/h*. Une performance réalisée par Alain Thébault et ses dix équipiers sur leur base de vitesse Vitesse #speedsailing d’Hyères, dimanche 8 novembre, par 28 nœuds de secteur Nord-Ouest.

L’Hydroptère clôture ainsi en beauté sa campagne de records en Méditerranée et franchit ainsi une nouvelle étape.

- Alain Thébaul : « Depuis 30 ans, me portent la passion et l’audace mais cette victoire est surtout celle d’une équipe soudée et déterminée. Ce record Record #sailingrecord historique à plus de 50 nœuds sur un mille est puissant car à la frontière de la double capacité de ce voilier volant hors normes, engin de vitesse Vitesse #speedsailing et voilier hauturier. Désormais détentrice des deux records les plus rapides de la planète, 51,36 nœuds sur 500 mètres et 50,17 nœuds sur un mille nautique*, notre équipe peut se tourner vers le large en 2010 ».

- Info presse www.hydroptere.com


Les records de l’Hydroptère

- 2 février 2005, l’Hydroptère traverse la Manche plus vite que Blériot en avion
- 4 avril 2007 : deux records mondiaux de vitesse.
- 4 septembre 2009 : Record absolu : 51,36 nœuds sur 500 mètres avec une pointe de 55,5 nœuds (103 km/h) en rade d’Hyères (France).
- 8 novembre 2009 : Record sur un mille : 50,17 nœuds à Hyères

A propos de l’Hydroptère

l’Hydroptère (du grec hydros, eau, et ptère, aile), est un trimaran à foils (véritables ailes sous-marines) de 60 pieds aux lignes pures et racées : une coque centrale, portant un mât de 28 mètres de haut et stabilisée par deux flotteurs latéraux, éloignés de la coque par d’immenses bras de liaison en carbone de 24 mètres d’envergure et construits par l’usine Airbus de Nantes.

La conception novatrice de ce bateau, qui vole sur des ailes immergées, ainsi que l’utilisation du carbone et du titane, le rendent beaucoup plus rapide, résistant et léger (6,5 tonnes seulement). Le domaine de vol de ce prototype est en permanence défini et validé sur un simulateur de vol en 3D développé spécifiquement pour cet oiseau de carbone, qui incarne la nouvelle génération des voiliers de l’extrême.

Alain Thébault, concepteur et skipper de cette formule 1 des mers, avait un rêve, celui de faire voler un bateau... Après 20 ans de recherches et de mises au point, le bateau volant est devenu fiable et performant grâce à l’aide de huit ingénieurs retraités bénévoles de Dassault Aviation et EADS-Airbus.

Ce projet unique a vu le jour grâce à une équipe de passionnés, ingénieurs, techniciens et industriels de l’aéronautique. En 2006, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) rejoint l’équipe et devient « Conseiller Scientifique Officiel », pour apporter son concours dans des domaines de pointe tels que l’aéro-hydrodynamique, les matériaux composites, le comportement structurel et le vidéoimaging.



A la une