SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Monotypie

M34 / Figaro-Bénéteau : le match ?

Équipage ou solitaire, mais pas si différents…

mercredi 29 juillet 2009Christophe Guigueno

On connaît désormais le futur monotype du Tour de France à la Voile. Le M34, c’est son nom de code, remplacera en 2011 le Farr 30 avec un programme bien plus hauturier. Et si le M34 n’était pas, plutôt, un super Figaro-Bénéteau ?

Voici les plans superposés d’un M34 et d’un Figaro-Bénéteau… Le moins que l’on puisse dire, c’est que les bateaux sont très proches. Si les appendices et le cockpit sont assez différents, le gréement, le franc-bord, la longueur en font des bateaux similaires. Et cela tombe bien puisque les deux monotypes ont un programme quasi identique ! Le M34 comme le Figaro-Bénéteau doivent être à même de régater en baie comme lors du Spi Ouest ou du championnat de France, pour le premier et le second. Ils doivent aussi proposer une monotypie parfaite pour leurs courses semi offshore et élitistes respectives : le Tour de France à la Voile et la Solitaire du Figaro. Enfin, ils sont (seront pour le M34) un support dit « à armes égales » pour des transatlantiques comme les Transat AG2R et BPE du solitaire et de la future course du bateau en équipage.

Combien d’équipiers en équipage ?

Ces points de similarités n’ont pas échappé aux Figaristes présents à Lorient pour la 40e édition de la grande classique. Pour certains, il va peut-être temps de moderniser l’actuel Figaro-Bénéteau, deuxième génération. Il est vrai qu’avec son bout-dehors rétractable, le M34, même s’il n’a pas de grand-voile à corne, fait plus dans l’air du temps que le monotype dessiné par Marc Lombard. Mais de là à ce que le M34 devienne un concurrent sérieux au Figaro-Bénéteau pour le remplacer, lui encore sur la Solitaire…

Le plan Joubert / Nivelt, par rapport au Figaro, est surpuissant : plus grande surface de voilure au près, énorme spi asymétrique, coque étroite (mais au gabarit routier), pas de ballast (à priori) et quille relevable. Ces deux points ne conviennent d’ailleurs pas aux Figaristes interrogés. Quid d’un choc en pleine transat et de la résistance du puits de quille ? Mais une quille qui remonte sera sans doute bien plus solide qu’une quille pendulaire. Plus sérieuse, l’interrogation se porte sur l’absence de ballasts et le nombre d’équipiers à bord pour une transat. En Figaro-Bénéteau, à deux c’est compliqué alors à 4 ou 5 sur un bateau 10 mètres pour une transat… Par contre, en raison de sa puissance et de son poids léger, le M34 sera bien plus rapide qu’un Figaro-Bénéteau sur une traversée de l’Atlantique.

Un M34 neuf ou un Figaro d’occasion ?

À l’heure où le marché de la location et de l’occasion des Figaro-Bénéteau devient compliqué, le M34, présenté au même prix qu’un Figaro neuf, ne va-t-il pas intéresser les amateurs de plus en plus exclus du circuit solitaire ? Un investisseur s’y retrouvera peut-être en louant le voilier l’été à une équipe en course pour le Tour de France tout en pouvant se le réserver pour une transat en équipage entre potes… Le nombre de concurrents sur les Transat BPE et AG2R étant déjà en forte baisse depuis le développement de la Class 40, voilà l’arrivée d’un nouveau monotype accompagné d’une transat monotype qui risque aussi de faire de l’ombre aux transats organisées par Pen Duick… Enfin, si le M34 est conçu avant tout pour l’équipage, nul doute que l’on retrouvera un propriétaire quadra à la barre d’un d’eux dans une prochaine Transquadra. Ce nouveau monotype risque ainsi de venir marcher sur les plates-bandes du Figaro-Bénéteau et faire peut-être mieux du côté de l’internationalisation.

Une série… internationale ?

Un des souhaits de William Borel, l’organisateur du Tour, est effectivement d’internationaliser la série. Si c’est sans doute pour cela qu’il a placé le projet de Russel Coutts dans le top 3 final du concours d’architecture, il peut compter sur un Tour de France qui a déjà séduit des skippers étrangers dont le multiple vainqueur de la Coupe de l’America. Mais dans ce domaine, et alors que la classe des Farr 30 est une classe internationale, le succès à l’internationalisation du Tour de France n’est pas supérieur à celui de la Classe Figaro-Bénéteau. Si le solitaire n’est pas une discipline anglo-saxonne, l’internationalisation de la Classe Mini montre quand même que le solitaire ne plait pas qu’en Hexagone et à Port-La-Forêt en particulier. Quant à l’équipage, la question se pose moins, sauf sur des petits bateaux… Alors comment faire mieux en monotype ?

« Le chantier Archambault présente des garanties d’internationalisation avec pas moins de 1650 Surprises qui naviguent depuis 1977 partout dans le monde » a souligné William Borel lors de l’annonce du nouveau monotype. Pour autant, Bénéteau est le premier groupe mondial de construction de voiliers et n’a pas soutenu l’internationalisation de sa série. Peut-être qu’une solution serait de réserver un petit nombre de bateaux pour des teams étrangers. Cela, gratuitement ou à faible coût, tout en les tenant à trouver les budgets de fonctionnement… On pourrait ainsi imaginer, dès le début de l’arrivée du M34 sur le Tour, des équipages espagnols, anglais, allemands, américains ou… italiens… Ces derniers étant d’ores et déjà visés puisque « Cino Ricci, organisateur du Giro Vela, a annoncé que cette épreuve adopterait également le M34 lorsqu’elle changera de support ».

En tout cas, l’arrivée de ce nouveau monotype avec son programme de Figaro-Bénéteau en équipage est bien intéressant. Il reste à voir ses premiers exemplaires évoluer. On sera impatient de les comparer en réel aux Figaro-Bénéteau que ce soit sur l’allure ou les performances. Puis ce sera au tour des propriétaires potentiels puis des sponsors de valider, ou non, son arrivée dans le monde des séries de courses au large (proto ou monotype) déjà bien nombreuses…

Christophe Guigueno

NB : n’hésitez pas à donner votre avis sur ce nouveau bateau sur le forum de SeaSailSurf.fr.


Caractéristiques M34Figaro
Longueur HT 10, 34 m 10.15 m
Largeur 2,98 m 3,43
Déplacement 2 400 kg 3 050 kg
Tirant d’eau 1,70 m/ 2,5 m 2.10 m
Surface de voilure au près 72 m2 56 m2
Spi 130 m2 65 m2
Architectes Joubert/Nivelt Design Lombard
Constructeur Archambault Bénéteau
Prix HT 120 000 euros 120 000 euros
Jauge monotype monotype
Pratique équipage solitaire
Programmes
Courses inshore grand-prix championnat de France
Courses semi-offshore Tour de France Solitaire du Figaro et Cap Istanbul
Courses offshore Transat en équipage 2011/12 Transat AG2R (double) et Transat BPE (solo)


A la une