SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Tour de France à la voile

Le M34 construit par Archambaud retenu pour le Tour 2011

Larivière Organisation annonce une transatlantique en équipage à partir pour l’hiver 2011/2012

jeudi 23 juillet 2009Information Tour Voile

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

C’est à 9 heures ce matin à la Seyne-sur-Mer, juste avant le Post log de l’édition du Tour de France à la Voile 2009, que William Borel, le directeur de course de cette épreuve, a annoncé le choix du monotype qui succédera au Farr 30 en 2011 : il s’agit du projet M34 construit par le chantier Archambault et dessiné par le cabinet Joubert-Nivelt Design.

Long de 10,34 m, soit près d’un mètre de plus que le Farr 30, ce monotype au look résolument moderne disposera d’une plus grande puissance grâce à un rapport surface de voilure/poids bien supérieur et sera capable de naviguer sur de plus grandes distances au large. Un atout qui a permis à William Borel d’annoncer une deuxième nouveauté : la création de la première transat en équipage sur monotype qui complètera ce circuit. Le premier départ de cette épreuve bi-annuelle, organisée comme le TFV par Larivière Organisation et soutenue par la FFVoile, sera donné à l’hiver/printemps 2011/2012. Elle devrait emprunter la route des Alizés et constituer un véritable run de vitesse sur l’Atlantique : de quoi faire rêver plus d’un régatier à travers le monde !

Emmanuel Archambault, le « boss » du chantier, et Alexandre Mercier, architecte du cabinet Joubert-Nivelt Design, ont confirmé que le premier exemplaire du M34 devrait voir le jour en mars 2010 et sera présenté officiellement dés la prochaine édition du TFV en juillet 2010. A partir de cette date, le M34 sera construit à raison de 5 unités par mois afin, comme l’a confirmé Frédéric de Watrigant, Directeur de l’épreuve, que le Tour de France à la Voile 2011 puisse se disputer sur ce seul monotype. L’épilogue d’un suspens long de neuf mois, depuis l’annonce du cahier de charges pour le nouveau bateau du Tour de France à la France en novembre 2008, pour mettre au monde plus qu’un bateau, une nouvelle aventure dans le monde de la course au large.

Au 31 janvier 2009, 23 avant-projets provenant de neuf pays différents avaient été reçus par William Borel, signe d’un intérêt majeur pour l’épreuve. Le 13 mars une short-list de trois noms était retenue : le JPK 998 présenté par JPK Composites et dessiné par Jacques Valer, le One Design T2011 présenté par K-Challenge et dessiné par le duo Russel Coutts/Andrej Justin et, enfin, le M34 présenté par le chantier Archambault et dessiné par le cabinet Joubert-Nivelt Design.

C’est donc ce dernier qui a finalement été retenu par William Borel après de nombreuses consultations. Pourquoi ? « Il présentait les choix les plus innovants avec le projet K-Challenge. Je pense notamment à la quille relevable qui permet un tirant d’eau de 2,5 m en mer réduit au port ou pour le transport à 1,70 m. Et il s’agissait de celui qui respectait scrupuleusement le cahier des charges y compris en terme d’assurance du budget pour l’avenir. Le chantier Archambault présente également des garanties d’internationalisation avec pas moins de 1650 Surprises qui naviguent depuis 1977 partout dans le monde ».

Le M34, appellation provisoire puisque Larivière Organisation annoncera plus tard son nom définitif tout comme celui de la nouvelle transat, va donc succéder au Farr 30 après 12 ans de bons et loyaux services. William Borel résume les avantages du prochain monotype du TFV vis-à-vis de son glorieux aîné : « il est plus long, plus moderne, plus adapté au large, son rapport puissance de voile/poids est largement supérieur, il ira ½ nœuds plus vite au près et beaucoup plus vite au reaching grâce à son plus grand volume de coque et son spi asymétrique (130 m2 de spi contre 90 pour le Farr 30), enfin il sera plus aisément transportable grâce à sa quille relevable et aussi à un système de mât emboitable déjà utilisé par les RC44 qui permet de scinder ceux-ci en deux parties sur la remorque. »

Les qualités hauturières de l’Archambault M34 autorisent également une plus grande diversité d’épreuve. Ce qu’anticipe d’ailleurs Larivière Organisation en annonçant le même jour la création de la première transatlantique en équipage sur monotype de l’histoire (nom de code One Wave West : rien que pour faire rêver !). Adoubée par la FFVoile, cette nouvelle épreuve partira vers les Antilles au cours de l’hiver/printemps 2011/2012 soit juste après le premier TFV disputé sur M34.

Enfin, dernière nouvelle, Cino Ricci, organisateur du Giro Vela, a annoncé que cette épreuve adopterait également le M34 lorsqu’elle changera de support. On le voit avec ce nouveau bateau, les organisateurs du TFV comptent également dynamiser et internationaliser encore davantage le circuit. Une bonne nouvelle pour le TFV.

Caractéristiques Archambault M34 Farr 30
Longueur HT 10, 34 m 9,43
Largeur 2,98 m 3,08
Déplacement 2 400 kg 2 040 kg
Tirant d’eau 1,70 m/ 2,5 m 2,10 m
Surface de voilure au près 72 m2 56 m2
Spi 130 m2 90 m2
Architectes Joubert/Nivelt Design Farr Y.D.
Constructeur Archambault
Prix avec remorque 120 000 euros

Voir en ligne : A lire aussi : fiche M34 dans Salon.seaSailSurf.Fr


Interview Emmanuel Archambault, gérant du chantier

Que représente cette annonce pour votre chantier ?

- « En terme d’image c’est évidemment un plus. Cela nous apporte de la notoriété au plan national comme international. C’est un vrai défi de construire le bateau qui a été voulu par les organisateurs du Tour de France à la Voile en fonction des consultations techniques des coureurs. Ce n’est pas une démarche commerciale classique : quand nous concevons un bateau de plaisance c’est avec l’ambition de le vendre. Là je dirais qu’il est déjà vendu : nous avons donc toute liberté pour approcher de l’idéal, pour réaliser le bateau le plus performant et plus ergonomiques possible, sans compromis à faire. Tout le chantier était très motivé à l’idée de gagner ce concours. C’est la reconnaissance d’un travail entamé par mon père il y a 50 ans et d’une collaboration avec le même architecte depuis 30 ans ! »

Vous confirmez la production de 5 unités par mois à partir de juillet 2010 ?

- « Oui car si nous voulons assurer 30 à 40 unités pour juillet 2011 nous devons en construire cinq par mois. Mais je ne suis pas inquiet car nous avons l’expérience avec les Grand Surprise dont sept sortent tous les mois de notre chantier. »

Archambault c’est ?

- « Un C.A de 8 millions d’euros en 2008, 120 bateaux construits par an et 60 salariés. Nous sommes installés dans la Haute-Vienne, à mi-route entre Paris et Bordeaux, car avant de construire le premier Nordest, un plan Sergent, en 1964, mon père, menuisier de son métier, y construisait des plates pour les huîtres. »



A la une