SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Tour de France à la voile

Dimitri Deruelle : "Des surfs à 13-14 nœuds"

105 milles sous spi en dix heures pour une victoire des Hyérois

dimanche 19 juillet 2009Information Tour Voile

Cette 8e étape de ralliement s’inscrira dans l’anthologie du Tour de France à La Voile. Du vent quasi de travers de 15 à 25 nœuds, de la mer juste ce qu’il faut pour les surfs, du soleil à n’en plus finir, voilà les ingrédients de ce véritable sprint sous spi ! De Port-Barcarès à Marseille, les 105 milles de ce parcours hauturier ont très vite défilé. A la limite de l’excès de vitesse, les 23 équipages se sont régalés.

Partis du port roussillonnais avant le lever du soleil, les Farr 30 ont coupé la ligne de départ à 6 heures 35. Et le duel entre TPM – COYCH et Courrier Dunkerque de démarrer dès la bouée de dégagement, puisqu’ils la passent respectivement en première et troisième position. Dans 20 nœuds de Tramontane, les spis sont hissés et la flotte fonce entre 10 et 12 nœuds en direction du premier point de passage obligatoire. De nouveau, c’est TPM – COYCH, barré par Sébastien Col, qui enroule en tête cette marque située à mi-parcours. Il est suivi de Courrier Dunkerque et de Ville de Genève – Carrefour Prévention. L’équipage de Daniel Souben, magistral depuis le début de la compétition, semble avoir trouvé un adversaire à sa mesure.

Dans l’après-midi, le vent tourne au Sud Ouest et monte à 25 nœuds. Les concurrents accélèrent encore, fonçant à 15 nœuds dans une mer verte, surfant sur des creux de 1,5 mètres. Des conditions idéales dans lesquelles les Hyérois de Fabien Henry creusent leur avance. A 16 heures, ils coupent la ligne d’arrivée sept minutes devant Courrier Dunkerque, deuxième. Barrés par Pierre-Loïc Berthet, les Nordistes distancent eux-mêmes de trois courtes minutes les Suisses de Ville de Genève – Carrefour Prévention. L’équipage local d’Elcimaï – Ville de Marseille est 4e. Belle performance également de Normale Sup - Lagardère, 5e de l’étape et premier bateau étudiant. Un groupe qui correspond à ceux qui ont pris le large dès le départ, profitant de la bascule de vent.

Cette étape aura offert aux concurrents l’une des navigations les plus rapides et esthétiques de ce 32e TFV. Elle confirme également la première place de Courrier Dunkerque au classement général Honda, suivi par son rival TPM – COYCH qui conforte sa deuxième place. La course au podium repart pour Elcimaï – Ville de Marseille, qui double Val Thorens et prend la 4e place du général. Bonne journée également pour Ville du Port – Région Réunion, 8e sur cette étape, qui prend la troisième place du classement amateur Malongo.

Amarrée dans le Vieux Port de Marseille, la flotte se prépare désormais pour une journée de régate demain.

- Fabien Henry, skipper de TPM – COYCH : « Nous avions la niaque quand nous sommes partis sur l’eau, nous voulions absolument faire un bon résultat. Nous aimons bien ces étapes de brise, parce que ce sont des étapes où nous nous faisons vraiment plaisir. Il y a de bons surfs, et ça n’était ni trop ni trop peu. Ce sont des étapes qui vont vite sans faire mal au matériel.

Nous passons bien la bouée de dégagement, la stratégie mise en place par Erwan Israël, notre navigateur, a été très payante. Nous allions assez vite. Nous n’avons pas arrêté de creuser ! C’est cool de gagner avec l’avance comme ça, et d’être serein sur une arrivée à Marseille qui peut être une « mistoufe » ! L’équipe a bien bossé, et bosse bien depuis la Trinité. C’est dommage que nous ayons raté le début de la course. Il suffit de pas grand chose – un peu plus de réussite – pour que ça fonctionne mieux. Là, ça fonctionne très bien. »

Pierre-Loïc Berthet, barreur de Courrier Dunkerque :

Comment décrire cette étape ?
- « C’était une super manche ! Clapot sous spi, c’est assez magique de pouvoir faire des manches comme ça. Nous avons dépoté à 15-16 nœuds pendant plusieurs heures. Ce sont de super conditions pour le bateau, pour l’équipage. Prendre du plaisir en naviguant devant avec de bonnes conditions : c’est plutôt agréable. »

Pierre-Antoine Morvan est l’autre barreur du bateau. Comment vous organisez-vous ?
- « Nous alternons. Moi, je fais les parcours offshore et Pierre-Antoine fait les bananes. Je suis arrivée à Saint-Quay pour faire la grande étape et toute la partie Atlantique. Pierre-Antoine a attaqué la Méditerranée sur les bananes. C’est une bonne configuration, ça nous a plutôt souri. »

Avez-vous course gagnée ? « C’est vrai que ça s’engage très, très bien ! A moins d’avoir un gros souci technique, il y a peu de chance que l’on se fasse revenir dessus. »

Dans quelle mesure la compétition continue lorsque l’on a autant d’avance au général ?
- « La compétition continue du fait que nous sommes motivés pour faire des manches devant, tant que nous prenons plaisir à naviguer devant et à faire marcher le bateau au maximum. Ils sont nos concurrents jusqu’à la dernière manche. Si nous voulons nous faire plaisir jusqu’à la fin du TFV, il faut que nous continuions à attaquer. »

Jérôme Clerc, skipper de Ville de Genève – Carrefour Prévention

Ville de Genève – Carrefour Prévention termine troisième de cette étape. Tes sentiments ?
- « C’était la plus belle étape du TFV ! 105 milles en une dizaine d’heures, nous avons vraiment allumé ! C’était magnifique. Nous sommes vraiment contents car ça fait un moment que nous étions un peu en retrait, nous n’arrivions plus à revenir toucher les meilleurs. Ca fait plaisir de finir comme ça l’avant-dernière étape. Ca met du baume au cœur, et ça remotive pour la fin du TFV. »

La raison de cette amélioration ?
- « L’équipage est le même depuis le début du TFV. Mais ce sont des conditions que nous apprécions. Nous avons un barreur expérimenté (Etienne David) qui a déjà fait quelques tours du monde ; les forts coups de vent au portant, il connaît bien ! C’était beaucoup de technique, un beau run de vitesse. C’est vrai que nous passons dans les 15 à la bouée de dégagement, mais ensuite ça n’était qu’un jeu de vitesse. Nous avons traversé la flotte… Ca faisait plaisir ! »

Dimitri Deruelle, skipper d’Elcimaï – Ville de Marseille

C’était une étape d’anthologie !
- « Magnifique. Des surfs à 13-14 nœuds, une vitesse moyenne excellente, 100 milles avalés en une journée, c’est vraiment un grand plaisir. Une course assez intéressante, malgré tout. Au départ, c’était une ligne droite où il y avait peu de stratégie, et en fin de compte, nous nous sommes aperçus qu’il y avait moyen de perdre ou de gagner beaucoup de mètres selon le placement. »

Qu’est-ce qui explique, justement, ces mètres gagnés ou perdus ?
- « Ce qui comptait, c’était de se positionner au large par rapport au reste de la flotte pour avoir un vent plus favorable. Il y avait un meilleur angle, et un peu plus de pression peut-être. A ce jeu-là, TPM et Dunkerque sont d’entrée de jeu restés très bas, et ont réussi à conserver cette position. C’est ce qui a fait la différence. »

Vous prenez la 4e place du général. Avez-vous encore un espoir pour le podium ?
- « Oui, mathématiquement, c‘est possible. Il y a quand même encore pas mal de bananes, ici, la Seyne sur Mer, le fameux côtier qui nous mènera à la Seyne, … On y croit ! Nouvelle Calédonie n’est pas très en forme en ce moment. Il faut qu’on en profite, et nous verrons bien où ça nous mène. »

Du ciel bleu, du vent et beaucoup de monde sur les pontons : comment le Marseillais vit-il l’arrivée dans sa ville ?
- « Ca fait chaud au cœur d’arriver à Marseille. Nous avons eu une ola d’applaudissement en arrivant, plein d’amis sont déjà venus me voir, et ma femme, évidemment. Un accueil fabuleux ! Beaucoup de gens aussi à la ligne d’arrivée. On sent qu’on est dans une grande ville ! Nous sommes très bien soutenus, ça fait plaisir. »

Agathe Armand / Effets Mer


Classement général provisoire avant jury à l’issue de l’étape Port Barcares - Marseille :

- 1 . Courrier Dunkerque Daniel SOUBEN 81
- 2 . Toulon Provence Méditerranée – COYCH Fabien HENRY 149
- 3 . Nouvelle Calédonie Ronan DREANO / Vincent Portugal 188
- 4 . Elcimaï – Ville de Marseille Dimitri DERUELLE 215
- 5 . Val Thorens Alexis LITTOZ BARITEL 232
- 6 . Purflo – Les Thermes Marins – Saint Malo Pierre HINGANT / François LEBOURDAIS / Quentin GRUAU 247
- 7 . Manche – Basse Normandie Benoît CHARON 251
- 8 . Espoirs Ile de France Vincent AILLAND / Jimmy PAHUN 271
- 9 . CSC – HEC – Ecole Navale Hervé GAUTIER 283
- 10 . Ville de Genève – Carrefour Prévention Jérôme CLERC 300


Dans la même rubrique

Tour de France à la voile : Jean-Pierre Nicol remporte l’étape La Trinité - Talmont-St-Hilaire

Tour de France à la voile : Daniel Souben impose son Farr 30 à la Trinité sur Mer

Tour de France à la voile : Sébastien Audigane prend la 2e étape

Tour de France à la voile : Eric Drouglazet remporte la première étape du Tour


A la une