SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Records au large

Cammas : "serein pour le tour du monde cet hiver"

Atlantique Nord et Sud, 24 heures et Miami - New York pour Groupama 3

mardi 24 juillet 2007Redaction SSS [Source RP]

D’avril à juillet, Groupama 3 a réalisé un tour de l’Atlantique remarquable, alignant quatre records sur quatre tentatives ! Démarrée en observateur pour valider les options de ce trimaran de 32 mètres mis à l’eau à peine un an auparavant, cette « vuelta » moderne s’est soldée par une réussite exceptionnelle et surtout par une accumulation d’expériences très enrichissantes avant le Trophée Jules Verne programmé l’hiver prochain…

Sans faute ! Le premier record au programme du trimaran géant était une mise en jambes car Groupama 3 n’avait que quelques milliers de milles au compteur et avait dû effectuer un chantier hivernal pour renforcer quelques éléments structurels. Il faut dire que ce multicoque de 32 mètres innove par son concept plus inspiré des trimarans Orma de 60 pieds que des grands multicoques précédents, plutôt lourds et imaginés pour les tempêtes du Grand Sud. Léger, mais modérément toilé, doté d’un cockpit ouvert et d’un plan de pont très aéré, sobre voir spartiate dans ses emménagements intérieurs, le nouveau bateau de Franck Cammas et son équipe détonne par rapport au catamaran référence de ces dernières années, Orange 2…

De Colomb à Barr

Premier challenge le 24 avril : le record historique sur les traces de Christophe Colomb, un parcours de 3 884 milles entre Cadix (Espagne) et San Salvador (Bahamas) détenu par Steve Fossett. Groupama 3 ne va pas seulement exploser ce temps de référence : il va surtout confirmer son extraordinaire potentiel dans le vent médium qui sévit sur cette route alizéenne. Deux jours de mieux et un record à 21,7 nœuds de moyenne sur 7j 10h 58m 55s !

A suivre, une petite attente à Miami pour s’adjuger le meilleur temps vers New York, soit 947 milles à avaler, une nouvelle fois afin de détrôner l’Américain Steve Fossett et son catamaran géant PlayStation (2j 05h 54m 42s). De nouveau, Groupama 3 ne fait qu’une bouchée de ce parcours longeant les côtes américaines à 27 nœuds de moyenne… Le rythme est donné : l’équipe de Franck Cammas commence à sérieusement prendre la dimension du potentiel du trimaran vert !

Plus d’un mois et demi de stand-by à New York commencent à échauffer les esprits des dix hommes de Groupama 3 qui ne trouvent pas le bon créneau pour ce record mythique établi pour la première fois par Charlie Barr en 1905 ! Le délai d’attente devient de plus en plus court pour trouver la « fenêtre météo » car le programme du bateau impose un retour à sa base lorientaise avant le 25 juillet… Un « vasistas » s’ouvre le jeudi 19 juillet au soir : une dépression à accrocher, un anticyclone à longer et une perturbation à rattraper. Le scénario n’est pas idéal, mais quitte à rentrer à la maison… Et finalement, le départ est excellent sur une mer plate sous les bancs de Terre-Neuve : 794 milles en 24 heures alors que le foil bâbord se brise sous la charge ! Vingt-sept milles de mieux que la distance parcourue par Bruno Peyron en juillet 2006… Et finalement, l’enchaînement est favorable pour suivre une trajectoire un peu plus longue mais plus rapide pour rallier le cap Lizard au départ d’Ambrose Light : 4j 03h 57m 54s à la vitesse moyenne de 28,65 nœuds, soit 4h 26m de mieux que le catamaran Orange 2 !

Mission accomplie pour Groupama 3 qui achève sa première série de records par un sans faute, terminant ainsi la phase de validation avant le tour du monde en moins de cinquante jours, prochain objectif de Franck Cammas et de ses hommes l’hiver prochain !

Franck Cammas, skipper de Groupama 3 : « On est super heureux ! C’est top car c’est un peu la surprise dans la mesure où nous ne partions pas avec de grosses ambitions : la météo était incertaine et pas typique d’un record… Il fallait suivre une trajectoire originale, mais ça a fonctionné grâce à une arrivée rapide. Et surtout d’excellentes sensations au point que les 800 milles en 24 heures étaient à portée si nous n’avions pas cassé le foil. Nous ne pensions pas arriver à ce niveau là aussi rapidement : c’étaient nos premiers records… Et celui de la traversée de l’Atlantique était sans conteste, le plus difficile à battre ! Je suis maintenant assez serein pour la suite et particulièrement pour le tour du monde cet hiver : on a tiré sur le bateau comme nous ne le ferons pas lors du Trophée Jules Verne. Il y a moins d’incertitudes et plus de connaissances. Tant pour le bateau que pour les hommes : je partirai en confiance. »

Jean-Yves Bernot, routeur de Groupama 3 : « Le départ était la partie la plus facile en s’élançant avec une dépression sur la côte américaine qui a permis d’avoir du vent soutenu et pas de mer. Cela les a emmenés jusqu’aux bancs de Terre-Neuve et leur a offert le record de distance en 24 heures. Nous avions des prévisions assez fiables tout de même sur le trajet en projetant un record battu de trois à cinq heures et une possibilité de franchir la barre des 800 milles en une journée ! Le scénario s’est passé comme dans les livres… La difficulté a été le changement transitoire entre la dépression américaine et la bordure de l’anticyclone, en incurvant la trajectoire en « aile de mouette » pour rattraper une autre dépression située inhabituellement sur le Groenland et allant sur la Manche. Il fallait que la rencontre se fasse au bon moment…

Le temps météorologique est plus court : le record se fait en quatre jours et demi au lieu d’une semaine il y a quinze ans ! Il est donc plus facile de prévoir les trajectoires des centres d’action. D’autre part, les moyens météo ont fait d’énormes progrès ces dix dernières années et tous les routeurs comme les marins, ont beaucoup appris. Enfin, la masse de données est conséquente et maintenant il faut trier au lieu d’aller chercher des informations. Mais attention : dans les années 80, on battait un record d’une demi journée ou plus ; aujourd’hui, une tentative table plutôt sur deux à trois heures de moins… Les gains sont plus difficiles à évaluer car ils sont plus petits ! »

Info presse Welcome On Board


Voir en ligne : www.cammas-groupama.com


Les hommes de l’exploit
- Franck Cammas - Skipper / Chef de quart / Barreur
- Franck Proffit - Chef de quart / Barreur / Responsable opérationnel et voiles
- Steve Ravussin -Chef de quart / Barreur / Responsable vidéo, nourriture et stratification
- Frédéric Le Peutrec - Deuxième Barreur
- Bruno Jeanjean – N°1
- Sébastien Audigane - Deuxième Barreur / Responsable médical, prise de vue
- Yann Guichard - Deuxième Barreur
- Ronan Le Goff – N°1 / Responsable vidéo et cordages
- Loïc Le Mignon – N°1 / Responsable accastillage et mât, prise de vue
- Pascal Blouin (hors quart)
- A terre : Jean-Yves Bernot / Routeur

Les chiffres à retenir
- Groupama 3, nouveau détenteur de la Traversée de l’Atlantique Nord (New York – Cap Lizard)
- Nouveau temps de référence : 4 jours 3 heures 57 minutes et 54 secondes (Temps de course sous réserve d’homologation du WSSRC – en cours)
- Départ de New York – jeudi 19 juillet à 18h02’ 55’’TU (20h02’55’’ / heure française)
- Arrivée à Cap Lizard – lundi 23 juillet à 22h00’49’’TU (mardi 24/07 00h00’49’’/ heure française)
- Distance parcourue : 2 925 milles - Vitesse moyenne : 28,65 nœuds
- Rappel du précédent record (Bruno Peyron à bord du maxi-catamaran Orange 2) :4 jours 8 heures 23 minutes et 54 secondes, à la vitesse moyenne de 28 nœuds.



A la une