SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Jules Verne

Orange casse sa mécanique

La tête de mât s’est rompue au large d’Ouessant

jeudi 14 février 2002Christophe Guigueno

Le soleil levant avait teinté d’orange le ciel et la mer de Brest Brest #brest . Cela pouvait pourtant paraître de bonne augure pour Bruno Peyron et ses équipiers en quête de Trophée Jules Verne. Hélas, une demi heure après la ligne de départ franchie, le mât leur ait tombé sur la tête...

image 300 x 149
Orange sur la ligne de départ. Photos : G.Martin-Raget

C’est à 8h35 ce matin que l’équipage a largué les amarres ce matin du port du moulin blanc. Pendant ce temps-là, Olivier de Kersauson et les siens dressaient le nouveau mât de Geronimo. Lui-même avait cassé les derniers mètres de son espar lors d’une sortie de préparation avant de s’élancer à son tour autour du monde. Puis Orange a pris le large, traversé le goulet de Brest Brest #brest et rejoint l’île d’Ouessant et la ligne de départ officielle du Trophée Jules Verne. A 11 heures 58 minutes et 54 secondes, heure française, Orange coupait cette ligne imaginaire et profitait du vent de nord soufflant à 25 noeuds pour glisser sur l’Atlantique.

image 107 x 238A douze heure trente, tout s’est terminé. A plus de 27 noeuds de vitesse Vitesse #speedsailing instantanée, la tête de mât a explosé (voir photo). Bruno Peyron a aussitôt envoyé un de ses équipiers en tête pour vérifier l’état du gréement. Puis il a pris la décision de mettre le cap vers Vannes en Bretagne Sud.

Orange, catamaran de 33,50 mètres est l’ancien Innovation Explorer barré par Loïck Peyron, le frère de Bruno. Il avait terminé troisième de The Race, le tour du monde en équipage sans escale organisé par Bruno. Le catamaran, sister-ship de Club Med et de Team Adventure, a été construit par le chantier naval Multiplast qu’il tente de rejoindre actuellement.

L’équipage n’est pas blessé. D’après les photos prises par Gilles Martin-Raget, le photographe officiel du voilier, juste la tête de mât est brisée. En rejoignant son chantier, Bruno Peyron imagine sans doute pouvoir réparer rapidement. Il est en effet difficilement envisageable qu’il récupère le mât d’un des sister-ship d’Orange. Même cassé depuis sa tentative de record Record #sailingrecord de l’atlantique l’été dernier, TeamAdventure et son gréement sont aux États Unis. Club Med pour sa part est à vendre et pourrait être acheté prochainement par Ellen MacArthur.

S’il veut repartir dans les meilleurs délais, Peyron doit donc faire réparer son mât au plus vite. Il pourrait alors relancer son équipage de Brest Brest #brest dans une quinzaine de jours. Cette fois-ci dans le statut de chasseur et non de chassé. Car entre temps, Olivier de Kersauson sera sûrement parti de Brest.



A la une