SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Moth à foil

Le Bladerider débarque en France

Objectif olympique pour ce nouveau « déri-foiler » de série

mardi 13 février 2007Christophe Guigueno

Vous avez été impressionné(e) par les vols au-dessus d’un nid de bateau à déplacement de ces fantastiques moths à foil Foil #foil  ? Vous aussi, vous voulez surfer avec votre temps à l’heure du T ? Voici le moth international version… monotype Monotype #sportboats  : le Bladerider.

Après le développement des premiers moths équipés de foil Foil #foil en T inversé, les Australiens Andrew McDougall et Rohan Veal se lancent désormais dans la production en série. L’idée leur est venue après le carton plein réalisé par la mini série du MSL9, le moth qui a trusté 5 des 6 meilleures places au championnat du monde 2005 et au championnat d’Europe de la même année.

McDougall s’est alors associé à Michael McAuley pour créer Bladerider International afin de lancer une production de masse de leur dernier bébé nommé le X8. Et cette fine équipe est ambitieuse : leur objectif est tout simplement de ringardiser les Finn et autres Lasers ou Europe. Si ce n’est pas déjà fait. Et surtout, de devenir la série olympique catégorie solitaire pour les Jeux Olympiques de 2012 !

Dans cet état d’esprit, les Bladeriders organisent un réseau de revendeurs partout dans le monde. En France, Proust Sailing devrait commercialiser les premiers engins courrant 2007. Mais attention. Le Bladerider ne sera pas à la portée de toutes les bourses puisque Proust annonce un premier prix aux alentours de… 12,000 € ! Faire le foil Foil #foil sur un bout de carbone de 3,35 mètres de long pour 30 kilogrammes seulement, cela se mérite.

Le premier à en profiter en tout cas, ce sera Sébastien Josse. « Jojo » avait rencontré Rohan Veal lors de l’étape océanienne de la Volvo Ocean Race Volvo Ocean Race #VolvoOceanRace . Après quelques explications du champion du foil, le Frenchie s’est vite senti à l’aise à la barre du prototype. Il a aussitôt commandé un engin qu’il attend avec impatience. De là à imaginer Sébastien Josse aux JO de 2012…

Ch.Guigueno

La vidéo de démo du Bladerider


Voir en ligne : Plus d’info sur www.bladerider.com.au


Caractéristiques techniques du Bladerider

- Coque : Le Bladerider a été conçu pour un décollage plus rapide. La taille et le volume et le poids réduits de la coque a de grands avantages pour le transport du Bladerider.
- Foils : Foil hypersustentateurs sur la dérive et le gouvernail ; les foils ont été conçus pour un minimum de traînée et un maximum de portance pour une gamme de vitesse de 6-24 noeuds. Des flaps sur le foil principal sont commandés automatiquement par un mécanisme de baguette placé à l’avant du moth, adapté pour le décollage facile. Le gouvernail est aussi muni d’un flap pour contrôler manuellement par le stick l’angle d’attaque.
- Commandes foils : Commande automatisée du foil central actionné mécaniquement par une baguette magique placée à l’avant du moth ; la commande du foil de gouvernail est actionnée manuellement par une poignée sur le stick
- Accessoires et accastillages : 100% carbone bôme et mât, accastillage Ronstan et cordages Marlow.
- Bladerider construction : Coque en carbone préimprégné, gréement en carbone, carbone préimprégné pour la dérive, le gouvernail stick et la tête de safran, trampolines en Dacron.
- Poids : Coque 10 Kg, et 30 Kg prêt à naviguer.
- Longueur : 3.355 m
- Voile : standard International Moth 8m KA sail.

Source Proust Sailing



A la une