SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

VELUX 5 OCEANS

Robin Knox-Johnston : "C’était bien plus facile il y a 38 ans"

La légende britannique de la voile termine à une incroyable 3e place

jeudi 28 décembre 2006Information Velux 5 Oceans

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

À 20h 57’ 15’’ heure locale (12h 57’ 15’’ heure française), Sir Robin Knox-Johnston a franchi la ligne d’arrivée de la première étape de la VELUX 5 OCEANS à Fremantle (Australie). Après 67 jours, 0 heures, 57 minutes et 15 secondes en mer, SAGA INSURANCE est arrivé en troisième position devant le bateau comité, au large du Yacht Club de Fremantle. Sir Robin a parcouru 12411 milles depuis le départ de la course à Bilbao, à une vitesse moyenne de 11.22 nœuds. L’étape fut particulièrement éprouvante pour ce vétéran de la voile. Sir Robin termine donc derrière Bernard Stamm (SUI) et Kojiro Shiraishi (JPN), suite à l’abandon forcé de ses deux compatriotes britanniques Alex Thomson et Mike Golding dans les Mers du Sud.

Après avoir passé Noël seul en mer, le pionnier de la course au large en solitaire, âgé de 67 ans, a été acclamé en véritable héro pour sa remarquable performance. Robin Knox-Johnston a été accueilli par de nombreux supporters et amis. Comme il l’avait demandé à son équipe, un bon steak frites accompagné de bière l’attendaient au Yacht Club.

En accostant dans le port de Fremantle, le skipper de SAGA INSURANCE a déclaré : « Le bateau se porte plutôt bien. Mon principal problème a été mes lattes de grand voile cassées qui ont inévitablement réduit la puissance de ma grand voile. Il y a du boulot c’est sur mais je suis content de SAGA INSURANCE. Cette étape était un bon galop d’essai pour moi afin de connaître mon bateau. Maintenant que c’est fait, les autres feraient mieux de garder un œil sur moi pour la suite des événements ! »

« Les pires conditions que j’ai eu étaient au début lors de la tempête dans le golfe de Gascogne. A part ça, essentiellement de bons coups de vent. Mon pire moment a été quand il a fallu que je plonge en plein en océan pour aller me débarrasser de ce filet de pêche pris dans la quille. Je ne voulais vraiment pas y aller, mais je n’avais pas le choix. Je me suis lancé alors qu’il y avait force 7. Heureusement ma combinaison étanche Henry Lloyd m’a permis de n’avoir froid qu’aux pieds et aux mains. Mais au final j’ai quand même perdu une journée et après ce qui est arrivé à Alex, j’étais aussi un peu inquiet pour ma propre quille ».

Alex Thomson était présent sur les quais pour féliciter Sir Robin. Un moment émouvant pour le skipper d’HUGO BOSS, ’disciple’ de Robin Knox-Johnston depuis de nombreuses années, qui fût contraint à abandonner la course et son bateau au cours de la première étape. Alex Thomson tenait à accueillir son mentor et ami à Fremantle. Mike Golding, qui avait porté secours à son compatriote Alex Thomson avant d’être lui aussi contraint à l’abandon suite à un démâtage, s’est également rendu sur place pour célébrer l’événement. Robin Knox-Johnston a tenu à les saluer. « Ce qui est arrivé à Mike est une tragédie et c’est vraiment dommage car il marchait bien. Mike et Alex sont de vieux copains, ils vont me manquer sur la course en tant que concurrents mais la bonne nouvelle est qu’ils aillent bien et qu’ils soient là ce soir ! ».

La première étape de la VELUX 5 OCEANS fut particulièrement difficile pour Sir Robin qui a su prouver sa ténacité et ses talents de marin. Knox-Johnston n’a pris en main son Open 60 SAGA INSURANCE (ex-Fila) qu’en mai dernier et a travaillé dur pour le présenter sur la ligne de départ dans un état compétitif. Après un très beau départ de Bilbao le 22 octobre, la flotte s’est fait cueillir par une violente tempête dans le Golfe de Gascogne et Sir Robin fut contraint de se dérouter vers La Corogne (près du Cap Finistère) pour réparer son rail de grand voile.

Une fois reparti en course, le skipper britannique s’est retrouvé à l’arrière de la flotte dans des vents faibles aux côtés de Graham Dalton (NZL) et Unai Basurko (ESP). Son bateau, SAGA INSURANCE a souffert de problèmes répétitifs au niveau des voiles et de l’électronique : rail et lattes de grand voile cassées, perte des instruments de vent, problème de pilote automatique et nombreuses autres avaries. Robin Knox-Johnston a également été contraint de plonger en plein océan pour dégager un filet de pêche emmêlé autour de sa quille. Cette première étape a été pour lui un véritable défi, et cela à de nombreux égards, mais il est toujours parvenu à surmonter les obstacles avec courage et sans perdre son sens de l’humour.

Le sommeil aura été rare à bord de SAGA INSURANCE. Et pour couronner le tout, Sir Robin a du parcourir les trois dernières semaines sans la moindre goutte de whisky ! Premier homme à avoir bouclé un tour du monde en solitaire et sans escale en 1969, Sir Robin ne s’était pas lancé en solo autour du monde depuis. Entrant dans l’histoire trois mois avant que le premier homme aille sur la lune, Sir Robin avait accompli un exploit. Les conditions de navigations n’étaient pas ce qu’elles sont maintenant. Et 38 ans en arrière, les moyens de communication eux non plus n’avaient rien à voir avec ce que la technologie permet de nos jours. Sir Robin n’avait pas pu entrer en contact avec la terre pendant des semaines et le journal The Times avait même préparé sa nécrologie. « En fait tout était bien plus simple il y a 38 ans. Nous n’avions pas tout ce barda de technologie ! Et si pendant la course personne ne savait où j’étais et préparait ma nécrologie, moi j’ai toujours su où j’étais. Les 60 pieds Open sont de vraies Formule 1. Il faut toujours être en veille et au top pour naviguer vite mais sûrement. Rien à voir avec Suhaili où j’avais une seule fois atteint les 7 nœuds ! Avec ces purs sangs, on peut monter à 28 nœuds et c’est vraiment impressionnant. Ce sont des bateaux incroyables et excitant même si c’est du sacré boulot » a commenté Sir Robin.

L’équipe à terre de SAGA INSURANCE est maintenant prête à travailler sur le bateau en vue de la prochaine étape qui emmènera la flotte dans le Pacifique Sud, jusqu’au Cap Horn, pour une remontée de l’Atlantique et un retour dans l’hémisphère nord. Le monocoque de 60 pieds sera aussitôt sorti de l’eau pour permettre aux préparateurs d’entamer rapidement les réparations.

La flotte quittera Fremantle le 14 janvier à 15h00 pour prendre le départ de la deuxième étape vers Norfolk aux États-Unis. Les bateaux seront présentés dans le port de Fremantle devant le Yacht Club du 6 au 14 janvier et participeront à une sortie en mer pour les médias le 7 janvier.



A la une