SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Vakko Odyssée Cannes - Istanbul

Victoire finale de Tabarly et Attanasio à Istanbul

"C’est notre première grande victoire. C’est trop cool !"

dimanche 9 juillet 2006Redaction SSS [Source RP]

Marc Thiercelin et Eric Drouglazet sur « Siemens » sont les premiers skippers à être venus amarrer leur Figaro-Bénéteau à Istanbul. C’était le milieu de l’après-midi dans la marina d’Atakoy quand tous les équipages sont venus ranger leurs bateaux devant le gigantesque village de la course. C’en est ainsi terminé pour la première édition de Vakko Odyssée Cannes - Istanbul 2006 et malgré les péripéties d’Eole, tous les marins avaient le sourire aux lèvres en mettant les pieds à terre.

Voilà, c’est terminé ! Treize jours après leur départ de Cannes, les navigateurs ont rejoint la Turquie et la cité historique d’Istanbul. Hélas, il n’y aura pas eu de troisième manche. Pas de « belle » pour départager « Bel / Karper » de « TEB ». Mais les skippers sont heureux. Heureux comme Ulysse quand il revint à Ithaque après son long voyage de 10 ans. Les Ulysses des temps modernes auront mis moins de temps pour rejoindre Istanbul depuis Cannes, mais ils auront vécu de nombreuses aventures.

Les vainqueurs sont finalement Erwan Tabarly et Romain Attanasio. Parrainés pour l’occasion par la filiale turque de BNP, les deux jeunes hommes s’imposent pour la première fois de leur carrière sur le circuit Figaro-Bénéteau. Une victoire d’autant plus grande qu’ils gagnent devant des équipages expérimentés avec Kito de Pavant et Alberto Spina, deuxièmes sous les couleurs de la vache qui rit, et Bertrand de Broc associé à Lionel Lemonchois, les deux hommes à la barre du bateau « Les Mousquetaires ».

Les skippers vont fêter cela ce soir lors d’une remise des prix partagée avec celle de la Vakko Sailing Cup lors de laquelle 120 équipages ont régaté dans le Bosphore. Dimanche, les Figaristes participeront à un postlogue décalé avant de préparer les bateaux pour le retour cargo en France au plus vite. Quelques skippers participeront dès la fin juillet à la Solitaire Afflelou Le Figaro. Romain Attanasio et Erwan Tabarly feront partie de ceux-là. Erwan cherche d’ailleurs un partenaire pour y participer et cette première grande victoire devrait l’y aider. On retrouvera aussi bien sûr Kito de Pavant, vainqueur des deux premières courses de la saison avant Vakko Odyssée Cannes - Istanbul 2006 et d’autres comme Drouglazet ou Thiercelin...

Christophe Guigueno

Homérides des concurrents à Istanbul

Erwan Tabarly (1er sur TEB) : « C’est un peu frustrant de ne pas arriver en course. J’aurais préféré arriver sous voiles à Istanbul, mais je suis satisfait de gagner la course ! »

Romain Attanasio (1er sur TEB) : C’est notre première grande victoire. C’est trop cool ! Et pourquoi pas revenir la prochaine fois défendre notre titre. En tout cas le parcours est compliqué. C’était chaud, il n’y avait pas de vent. Et le plus dur c’est vraiment quand il faisait trop chaud ! »

Kito de Pavant (2e sur Bel / Karper) : « On a cru qu’on ne serait jamais arrivés ! Cinq jours de convoyage ou de stand-by... Mais on manquait de temps pour relancer la course. On a fait ce qu’on a pu lors de la première semaine. Ce fut alors une belle bagarre puis il y a eu les mistoufles et la pétole. On sort quand même deux manches potables. Et c’est bien ainsi même si on aurait bien aimé une troisième manche pour jouer la belle avec Erwan et Romain. »

Bertrand de Broc (3e sur Les Mousquetaires) : « On a fait beaucoup de moteur. On aurait pu faire plus de voile, mais tout le monde a joué le jeu. Le résultat fait qu’on est là. Et on a pris du plaisir avant tout. Il y a pas mal de choses à voir, le parcours est super beau. Par contre, il faut allonger la durée de la course et faire des escales. Ce fut comme si on avait fait un Figaro sans escale et cela on sait que c’est impossible en Atlantique. Lors de la première étape on a perdu beaucoup de temps et on est resté encalminés à l’arrivée de la 2e étape. On fini troisième et on est content. »

Laurent Pellécuer (4e sur L’aromathérapie du docteur Valnet) : « Ce fut un long convoyage pour Istanbul. Et sportivement, on a fait ce qu’on pouvait tout en restant raisonnables d’un point de vue sécurité. Les deux parties de course ont été intéressantes. On termine 4e sur les deux régates et 4e au général, ce qui est une réussite pour moi et pour mon oncle. Tous les deux, on a tout le temps été dans le match. Si la course avait été complète, on aurait pu faire quelque chose de chouette ! »

Florence Arthaud (5e sur Aras Cargo) : « La formule est vachement bien, surtout en double, c’est très sympa. Mais il faut plus de temps pour y arriver. »

Thierry Chabagny (6e sur Gedimat) : « Il y a eu deux manches et cela réduit le champ de manoeuvres. On fait 9e et 6e et 6e au général. Cela ne fait pas beaucoup de manches disputées. Dans l’ensemble, on n’a pas eu trop de réussite et on a perdu du terrain lors des moments clefs. Puis on n’a pas eu l’occasion de remonter au classement. Le voyage en tout cas était beau sur le papier. Et sur l’eau, c’était super beau ! Je me souviens du passage de Bonifacio, des îles Eoliennes, des îles grecques... En tout cas je suis partant pour une nouvelle édition si c’est organisé différemment avec plus de temps. Ce sera avec plaisir ! »

Christophe Bouvet (7e sur Inuit) : « On est content d’être arrivés. Ce fut une course des extrêmes avec peu de vent pour beaucoup trop. Il n’y a jamais eu de juste milieu et cela n’a pas été facile pour le comité de course. On est content d’être là en tout cas. »

Jean-Paul Mouren (8e sur Marseille Entreprises) : « j’ai apporté le pavillon de la charte du plaisancier à Istanbul ! Il faut le noter ! »

Daniel Dupont (11e sur Art immobilier Construction) : « Nous sommes très contents d’être arrivés à Istanbul. Andros, c’était sympa, on a vu le match de foot, on aurait préféré repartir en course, mais on avait plus de 30 noeuds de vent et donc un départ était impossible. »

Eric Drouglazet (12e sur Siemens) : « On n’a pas trop navigué, mais le comité de course ne pouvait faire que cela ! En tout cas, c’est mieux que de faire flip et flop sur l’eau pendant des heures. Pour une prochaine édition, il faudrait peut-être envisager un classement aux points et un timing plus large. Cette année, on a quand même vécu des moments magnifiques et tout cela en 10 jours ! Je ne regrette pas. C’est plus une aventure qu’une course. Mais le comité de course ne pouvait pas faire mieux. On avait ainsi l’impression d’être plus des aventuriers que des régatiers. On s’est adaptés en bons marins et c’est nouveau pour nous. »

Arif Gurdenli (13e sur Milliyet) : « Je suis prêt pour le solitaire maintenant ! »

Christophe Lebas (14e sur Connivence) : « C’est top d’être arrivé, c’était un super parcours, mais on a manqué de temps, la moindre molle est c’est fini. Tout c’est joué entre Cannes et Bonifacio. On a couru après la montre pour arriver jusqu’ici. »

Vincent Vachette (16e sur SCO) : « On est content, mais c’est un peu rude. En tout cas, c’est mythique cette arrivée ! J’aurais aimé faire une photo d’ensemble de la flotte dans le Bosphore... »

Stéphane Sevaux (18e sur Groupe Partouche) : « On aurait dû passer deux ou trois jours de moins à Cannes et deux ou trois jours de plus en mer à naviguer. Mais on n’a pas eu beaucoup de chance avec la météo. Est-ce la période qui veut cela ? Ce fut le flou artistique, mais on le pardonnera facilement car c’est une première édition. Cela représente quand même l’équivalent de 15 jours de course comme une Solitaire du Figaro. Mais cela vaut le coup ! Surtout grâce aux coins que l’on a vu comme Messine, le Péloponnèse, les Cyclades... Des régions qui font rêver les gens. »


Voir en ligne : Info Presse www.vakkocannesistanbul.com


Classement général après 2 étapes (avant jury) :

RangBateau Skippers Temps de course Ecart premier
- 1 TEB Erwan TABARLY / Romain ATTANASIO 4j 07h 26min 31s 0j 00h 00min 00s
- 2 Bel / Karper Kito DE PAVANT / Alberto SPINA 4j 07h 47min 13s 0j 00h 20min 42s
- 3 Les Mousquetaires Bertrand DE BROC / Lionel LEMONCHOIS 4j 09h 05min 02s 0j 01h 38min 31s
- 4 Docteur Valnet Laurent PELLECUER / André RADIER 4j 09h 44min 58s 0j 02h 18min 27s
- 5 Aras Cargo Florence ARTHAUD / Luc POUPON 4j 11h 07min 10s 0j 03h 40min 39s
- 6 Gedimat Armel TRIPON / Thierry CHABAGNY 4j 11h 13min 38s 0j 03h 47min 07s
- 7 Inuit Christophe BOUVET / Bruno JOURDREN 4j 11h 18min 30s 0j 03h 51min 59s
- 8 Marseille entreprises Jean Paul MOUREN / Elise GARCIN 4j 11h 21min 05s 0j 03h 54min 34s
- 9 Sabah Orthan GORBON / Rodolphe JACQ 4j 11h 59min 05s 0j 04h 32min 34s
- 10 Open Sea II Dominique LUNA / Ramon JUNEMAN 4j 12h 02min 54s 0j 04h 36min 23s
- 11 Art Immobilier ConstruDaniel DUPONT / Thomas PHILIPPE 4j 13h 09min 20s 0j 05h 42min 49s
- 12 Siemens Marc THIERCELIN / Eric DROUGLAZET 4j 14h 43min 19s 0j 07h 16min 48s
- 13 Milliyet Lionel PEAN / Arif GÜRDENLI 4j 14h 56min 20s 0j 07h 29min 49s
- 14 Connivence Jacques EINHORN / Christophe LEBAS 4j 16h 04min 20s 0j 08h 37min 49s
- 15 Barbarossa / Tabuu Cezmi CANKAR / Selim KAKIS 4j 16h 24min 57s 0j 08h 58min 26s
- 16 SCO Vincent VACHETTE / Alexia BARRIER 4j 18h 11min 41s 0j 10h 45min 10s
- 17 WS Innovation Jean-Laurent SIMON / Erwan NOBLET 4j 18h 24min 33s 0j 10h 58min 02s
- 18 Groupe Partouche Christophe COATNOAN / Stéphane SEVAUX 4j 18h 33min 14s 0j 11h 06min 43s
- 19 Intelecom Pierre LE COZ / Guillaume De PIETRI 4j 19h 54min 06s 0j 12h 27min 35s
- 20 Mondial Assistance Didier BOUILLARD / Philippe BOUILLARD 4j 19h 55min 20s 0j 12h 28min 49s
- 21 Dedeman Hotels Egemen DÜZGÖREN / Ahmet KULACOGLU 4j 20h 19min 20s 0j 12h 52min 49s
- 22 Lubexcel Jean-François PELLET / Jacques PALVADEAUAbandon
- 23 Geneva Partners Jacques LOUVET / Emmanuel FONTAINE Abandon


Dans la même rubrique

Vakko Odyssée Cannes - Istanbul 2006 : Course neutralisée à Bonifacio faute de vent

Vakko Odyssée Cannes - Istanbul : Les Figaristes quittent Cannes sous le signe des dieux !

Vakko Odyssée Cannes - Istanbul 2006 : Lionel Péan et Arif Gurdenli remportent le Trophée Partouche

Solo Méditerranée : de Pavant d’impose devant D’Ali... d’un point


A la une