SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Sportswear

Kahonaa habille snow-boarders et surfers

Découverte d’une nouvelle marque de vêtements de surfwear

lundi 10 avril 2006Christophe Guigueno

Une nouvelle marque de vêtements est en train de voir le jour dans les Pyrénées orientales. Basés à Barcarès, non loin de Perpignan, Carole Negrevergne, Erwan Guégan et Nicolas Pécard ont lancé Kahonaa. A la fois surf Surf #Surf et snow, proche du street et avec pour vocation d’équiper tout ce beau monde à toute période de la journée ou de la semaine, cette nouvelle marque tente de faire sa place entre les gros fabricants français et internationaux.

« Il y a trois types de marques actuellement. Les majors d’abord qui représentent une majorité très très large du marché avec des points de vente généralistes et d’autres en leurs noms propres. Les marques émergeantes, assez branchées street-wear ou skate. Enfin, il y a les marques françaises comme Soöruz, Kanabeach, etc. » explique Erwan Guégan, un des trois mousquetaires de Kahonaa, pour nous présenter l’état du marché actuel dans lequel la jeune marque Kahonaa tente de trouver sa place.

Lancée « depuis la fin de l’été dernier », cette nouvelle venue sur ce marché très branché et tout aussi concurrentiel tente de se différencier en multipliant les cibles et les gammes. « Nous, nous entrons sur le marché du surfwear avec pour cible les funboarders et les fans de glisse. On peut dire que le nautisme représente un public âgé entre 25 et 40 ans alors que le street s’adresse plutôt aux 15-25 ans. Pour notre part, on s’adresse aux passionnés de glisse en leur proposant des fringues en permanence. On travaille ainsi sur trois gammes distinctes pour que le consommateur puisse s’habiller à tout moment avec les produits de notre collection. Il peut s’habiller pour la semaine au travail, pour sortir le soir ou pour les vacances et le week-end. »

Pour répondre à la demande de la clientèle visée, l’équipe de Barcarès s’est entourée d’intervenants extérieurs. « En création » ajoute Erwan, « cela va dans tous les sens. On a consulté des graphistes pour des dessins et on voit alors si on imprime le résultat sur un t-shirt, ou sur un sweat ou plutôt sur un poster. Par exemple, on travaille en ce moment avec un graphiste de planches de snow-board afin de concevoir en hors série des pantalons ou des chemises. Le but étant de positionner la marque par des produits spéciaux. » D’autres personnes sont aussi consultées pour « intervenir sur des PLV, des supports de communication Communication #Communication ou des propositions de styles ». Tout cela fait que la marque bénéficie « d’un entourage de pros et de leurs réseaux qui la mettent en avant ».

Et comme les grands noms du surfwear, la petite entreprise méditerranéenne appuie son développement en sponsorisant quelques coureurs habillés de la tête aux pieds et en toute occasion. « Dans le team coureurs, il y a des windsurfers, des kitesurfers... En Super X par exemple, il y a Nicolas Reynes et un jeune, Allan Arnaud qui lui est plutôt spécialisé en freestyle. On habille aussi un couple de Marseillais qui ont terminé 3e et 4e en vitesse Vitesse #speedsailing l’an passé et un gars du coin qui, à 16 ans, est champion du monde junior. On dispose d’un petit budget financier pour eux. Il y aura aussi les futurs membres du team snow-board comme un shaper qui est un de nos meilleurs amis. S’il a moins de notoriété que les coureurs, il reste un leader d’opinion. Quand il tourne dans les magasins et qu’il est fringué en Kahonaa, cela se remarque ! »

« On met un point d’honneur à fabriquer en France »

« Ces coureurs sont présents sur les compétitions et dans les magazines. Par exemple Marion Rossi est passée sur France 3 habillée Kahonaa de la tête aux pieds. Cela permet de construire notre notoriété. » Dès la première année de lancement, les créateurs ont donc décidé de jouer le jeu Jeu #jeu du partenariat avec des sportifs. Et l’échange fonctionne dans les deux sens. Chacun peut ainsi proposer ses idées qui sont mises en applications sur des prototypes et éventuellement mises en production.

La fabrication est d’ailleurs un point crucial pour le lancement d’une nouvelle marque de vêtements. « Tout est fabriqué par des sous-traitants français, espagnols ou portugais. Sauf pour tout ce qui est en lycra ou qui concerne les board-shirts qui sont faits en Asie. On met un point d’honneur à fabriquer en France. C’est plus cher à l’achat mais c’est mieux pour la qualité et pour l’image. » Reste à trouver les bons fournisseurs et à maîtriser la mise en œuvre. Pas toujours simple comme l’explique Erwan, surtout quand il s’agit d’utiliser un matériau transpirant. « Pour les board-shirts en lycra par exemple, on sait ce qui marche ou pas car nous aussi nous avons été des consommateurs. Mais pour le snow c’est différent. Il y a par exemple un procédé de mise en place du Goretex et cette marque n’ouvre pas ses portes à tout le monde. »

Le snow d’est d’ailleurs leur nouvelle cible. « Ici (à Barcarès dans les Pyrénées orientales), on est à 1h30 des pistes de ski ». Une bonne raison pour développer des produits pour des jeunes qui pratiquent aussi bien le snow l’hiver que la mer l’été. Dans cet esprit, ils « entrent en discussion avec quelques coureurs et coureuses internationaux... » De quoi étoffer le team et la gamme avec de nouveaux espaces de glisse. Autre objectif, le développement du réseau de distribution. Ils disposent déjà d’un « magasin sur Perpignan plus une quinzaine de points de vente dont des surf Surf #Surf -shops » mais Erwan avoue qu’ils peinent un peu dans ce domaine. Par contre la publicité fonctionne petit à petit. Surtout grâce au bouche-à-oreille et à quelques partenariats judicieux. « On a signé avec Planche Mag pour habiller cet été 200-300 compétiteurs avec des t-shirts marqués Kahonaa, Planche Mag et du nom de la compétition. C’est une première entrée car la marque n’a été lancée qu’en septembre dernier. »


Les membres du team Kahonaa Pro-Rider 2006

- Nicolas Reynes, 15e mondial Super X
- Alan Arnaud, Freestyler
- Marion Raisi, 3e mondiale Speed 2005
- Pascal Tosseli, 4e mondial Speed 2005
- Pierre Mortefont, champion d’Europe et du monde junior
- Max Le Sauvage, Hot Wavrerider
- Pierre-François Hericourt, 4e Kitesurfer junior 2005

Site : http://kahonaa.com


Dans la même rubrique

Fédération Française de Voile : La Cour des Comptes épingle la FFV et sa filiale Voile de France


A la une