SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Rolex Fastnet Race

Le nouveau Drum de Simon Le Bon

20 ans après... le chanteur de Duran Duran est de retour

mercredi 10 août 2005Redaction SSS [Source RP]

Pour Simon Le Bon, le chanteur de Duran Duran, groupe de rock anglais emblématique des années 80 et grand passionné de course à la voile, la Rolex Fastnet a un goût d’inachevé.

La Rolex Fastnet fait partie des grandes classiques des courses au large, tout comme la Rolex Sydney Hobart. Au croisement de la Manche, de la Mer d’Irlande et de l’Atlantique, le parcours qu’empruntent les participants est très souvent jalonné de tempêtes et de vagues croisées très difficiles à négocier. Considéré comme «  l’Everest » des courses au large, venir à bout d’une telle régate est un aboutissement personnel pour de nombreux marins.

Il y a 20 ans, Simon Lebon et son équipage avaient été secouru par la RNLI (équivalent anglais de la SNSM, Société Nationale de Sauvetage en Mer) alors que son maxi Drum était en perdition au large de Falmouth. Cette année est l’occasion pour le chanteur de se mesurer à nouveau à cette course mythique entre Cowes, sur l’île de Wight, et Plymouth, via le rocher de la Fastnet dans le sud de l’Irlande.

C’est à bord du même voilier, rebaptisé Arnold Clark Drum, que l’équipage recomposé s’est attaqué aux 608 milles de la course. L’une des raisons principales de sa participation est de sensibiliser le public sur le travail des marins volontaires qui, chaque année, sauvent de nombreuses vies le long des côtes anglaises.

Hier, à une vitesse de 2 noeuds et dans un vent soufflant à l’identique, le maxi de Simon Le Bon évoluait dans le sud de la pointe de Cornouaille. Pour cet équipage, ces conditions calmes tranchent avec celles que ce même voilier avait rencontrées 20 ans plus tôt.

« Aujourd’hui, nous naviguons en short et en tee-shirt alors qu’il y a 20 ans nous avions le code 5, la plus petite des voiles embarquées, le tout sous la pluie et dans une visibilité n’excédant pas 1 mille (1km852). Vous comprendrez que nous sommes enchantés de pouvoir évoluer maintenant dans de telles conditions », se félicitait Simon Le Bon.

En franchissant la longitude de Falmouth, Simon Le Bon a débouché une bonne bouteille de vin, commémorant ainsi le passage de l’endroit où Drum avait chaviré 20 ans plus tôt.

Notre rockeur des mers et son équipage devraient arriver à Plymouth, terme de cette course au large, dans la journée de jeudi, si les conditions le permettent.

Info Thomas Campion



A la une