SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Skipper

JOSSE Sébastien

Espoir cherche consécration

samedi 22 décembre 2001Christophe Guigueno

Associé à Éric Drouglazet, Sébastien Josse, vingt-cinq ans, fera partie, le 16 avril prochain, des favoris de la transat en double Lorient - Saint Barthélémy. Jeune professionnel de la course au large, il rêve aussi de monocoque open et de Vendée Globe.

image 180 x 256

"La Mini-Transat, c’est une super course. Je m’y suis vraiment éclaté. Et je pense bien la refaire un jour." Pourtant la dernière édition s’est mal passée pour Sébastien. Membre du centre d’entraînement de Port-La-Forêt, il a déjà deux Solitaires du Figaro derrière lui lorsqu’il décide de s’engager dans la transatlantique en solitaire à bord de prototypes de 6,50 mètre de long. Mais dans cette course, dite réservée aux amateurs, un jeune professionnel de la course au large ne passe pas inaperçu. Son changement de bateau, trois semaines avant le départ, non plus.

Sébastien devait participer avec un prototype construit en contre-plaqué qui avait terminé quatrième de l’édition précédente. Mais Ollivier Bordeau, le directeur du chantier Latitude 48° 24’ à Brest, lui propose son nouveau mini dessiné lui aussi par Pierre Rolland. Son skipper américain s’est désisté au dernier moment. Même constructeur, même architecte, mêmes voiles... Sébastien n’hésite pas, passe du mulet à la machine high-tech, et se retrouve face à une levée de boucliers de nombreux de ses concurrents. Le tenant du titre et futur vainqueur en meneur... Finalement, le jury de la course lui donne raison. Fin septembre, le départ est donné. La tempête fait rage. Sévère. De nombreux solitaires abandonnent. Sept sont hélitreuillés. Et la balise Argos de Créaline qui n’émet pas. Huit jours durant... Finalement, Sébastien termine quatrième aux Canaries, après "un convoyage tranquille..."

Lors de la deuxième étape, tout doit se jouer. Immédiatement, Sébastien et Erwan Tabarly prennent la bonne option. Seuls sur la route directe, ils ont creusé l’écart. Mais après quatre jours de navigation bord à bord, les fixations de la quille de Créaline cèdent. Un choc avec un objet flottant entre deux eaux... Sébastien déclenche ses balises de détresse. Un voilier accompagnateur le récupère sain et sauf. Erwan gagne l’étape, Sébastien Magnen la course.

A l’école de la Solitaire du Figaro

En Figaro, des monotypes de neuf mètres de long, le bizutage est moins agressif. Il consiste juste en un classement séparé pour les nouveaux venus dans la course en solitaire. Et les aînés, comme Michel Desjoyeaux à Port-La-Forêt, sont les premiers à apporter leurs conseils. C’est en 1997, que Sébastien est arrivé dans le port du Sud Finistère où sont basés Michel, Jean Le Cam et Franck Cammas. Né vingt ans plus tôt dans l’Yonne, Sébastien a toujours vécu à Nice. Passionné par les transats en solitaire des Poupon, Peyron et Lamazou, il est venu tenter sa chance.

Il participe aux sélections du Challenge Espoir Crédit Agricole. "Nicolas Béranger, avec qui je naviguais en 420, l’avait gagné l’année précédente. Le solitaire est un tel tremplin ! Et cette sélection offre la possibilité de montrer ce que l’on peut faire." Troisième à sa première participation, il gagne l’année suivante et se voit confier un monotype de neuf mètres pour toute la saison Figaro. Les résultats suivent. Il remporte trois étapes chez les bizuths dans la Solitaire du Figaro et termine deuxième de ce classement. Mais seule la victoire compte.

"Le classement au cumul des temps n’est pas représentatif de la performance sportive. Cette année-là, en 1998, je perds dix heures lors de la dernière étape sur Thomas Coville. Et c’est lui qui remporte le classement bizuth." La Solitaire du Figaro est une course ingrate pour les débutants. "Il ne suffit pas de faire un bon résultat à une manche, il faut savoir rester placé. Cela, on l’apprend avec les années. Jean Le Cam en a fait treize pour en gagner trois."

Objectif Vendée Globe 2004

Pour gagner encore de l’expérience, Sébastien le Méditerranéen n’a pas hésité, dès 1998, à s’installer dans la "vallée des fous". Dans la baie de Concarneau, les plus grands solitaires ont été formés. La fédération française de voile y a même basé son centre d’entraînement pour la course au large. Cette structure organise la préparation des skippers sur le principe des centres de préparation olympiques. "On dispose ici de toute une structure derrière nous et des gens expérimentés qui nous conseillent. Comme cela, on s’adapte deux fois plus vite au support choisi (monocoque open ou trimaran de 18 mètres)."

Cette année, Sébastien va participer à sa troisième Solitaire du Figaro et à la transat en double Lorient - Saint Barth. Son équipier est Éric Drouglazet, champion de France des solitaires en titre. "Cela fait dix ans qu’il fait du Figaro. Je vais apprendre beaucoup pendant un mois". Ensuite, Sébastien et ses partenaires qu’il a rencontré aux Antilles voici déjà cinq ans, rêvent de Route du Rhum et de Vendée Globe. "L’année prochaine, on va essayer de racheter un monocoque de 18 mètres pour le Rhum et peut-être Around Alone", le tour du monde en solitaire avec escale. Histoire encore d’accumuler de l’expérience avant le Vendée Globe 2004.

Sébastien Josse
né le 31 mars 1975 à Montereau Fault sur Yonne
Palmarès
1999 abandon dans la Mini-Transat
Solitaire du Figaro (9 - 22 - 3)
1998 Champion de France Espoir Solitaire
1er amateur Tour de France à la voile
2e bizuth Solitaire du Figaro
1997 1er challenge Espoir Crédit Agricole

Depuis la publication de cet article, Sébastien Josse a poursuivi sa carrière en Figaro Bénéteau. Avec Succès. Si la Transat en double avec Éric Drouglazet a été décevante, ils n’ont pas moins occupé la première place du général à quelques jours de l’arrivée finale. Lors de la Solitaire suivante, il est leader de la dernière étape quand il faut virer une bouée au large de l’île de White qui as disparu. Mais 2001 a été son année. Tout au long de la saison Figaro, il ne termine jamais au delà de la quatrième place ! Vainqueur du tour de Corse avec Erwan Tabarly, deuxième de la Solitaire derrière Éric Drouglazet. Justement. Vainqueur d’une étape. Quatrième de la Saint Nazaire - Dakar avec Erwan Tabarly à nouveau. Il termine deuxième du championnat de France des Solitaires. La carrière est lancée ! Cet hiver, il pourrait même embarquer auprès de Bruno Peyron pour une tentative de record autour du monde.

Dans la même rubrique

Skipper : TABARLY Erwan

image 300 x 158Photo : Ch.Guigueno

Skipper : BLAKE Peter

Skipper : DE PAS Damien


A la une