SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

3 Questions Net A

Jérôme Dubois : “un bout dehors possède toutes les qualités pour naviguer sereinement”

Suite du débat sur les bout-dehors en série Mini

lundi 17 décembre 2001Christophe Guigueno

La jauge Mini pourrait évoluer dans les prochaines années. En dehors du débat sur l’autorisation des mâts en carbone dans la division Prototypes, s’est aussi posée lors de la dernière assemblée générale la question sur les bout-dehors en Série. Les membres de la classe se sont, là encore, positionné en faveur d’une réflexion plus approfondie. Mais à la différence des tubes en carbone, ce changement aurait beaucoup plus de chance de devenir réalité.

Patron du chantier AMC Marine qui construit un plan Nivelt en série, Jérôme Dubois répond sur ces questions. Mail interview.

1. Jugez-vous opportun le fait de modifier la jauge série pour autoriser le bout dehors ?
- A cette première question, je répondrai oui ! Un tangon classique avec des spis de 70 m2, le tout sur un bateau de 6.50 m m’a toujours semblé être quelque chose d’un peu anachronique. Un peu comme certains professionnels de l’informatique qui vous soutiennent que le clavier et ses raccourcis sont plus pratique qu’une souris ! oui pour des Professionnels !

Et justement, cette jauge série est faite pour les amateurs de plaisirs sereins ; et un bout dehors possède toutes les qualités pour naviguer sereinement. Quiconque a déjà navigué sur des bateaux possédant ce type d’accessoire dans les empannages me comprendra. Pour ma part, je préfère progresser tactiquement sur un bateau facile en manoeuvre plutôt que de me battre avec de la toile ! Bien sûr que si j’étais propriétaire de Pogo, je pourrais avoir un certain malaise...

Mais là, la Classe Mini a peut-être eu un temps de réaction un peu lent à faire évoluer son texte ce qui a entraîné de ce faite beaucoup de mécontents chez les Pogistes. Mais svp, encore une fois, ne confondez pas jauge Série avec monotypie Pogo !

Ce bateau a encore une fois été un formidable catalyseur pour nous tous professionnels lancés dans la réalisation d’un mini de série. Ils ont pris les risques les premiers mais il faut que les bateaux de série puissent suivre le progrès. Même chez les Surprises (1977 !), le tangon en bout dehors en proposé en option ! A quand l’autorisation dans la jauge ? Il faudra aussi que ce tangon pivotant puisse s’ascensionner.

Le labo, c’est les protos et la classe série peut retenir certains éléments fiabilisés des avancées techniques de cette catégorie.

La Classe Mini doit avoir une logique de comportement. En effet, elle a oeuvré pour améliorer la sécurité de manière très significative depuis déjà au moins une dizaine d’année. Alors pour nous, l’autorisation des tangons pivotants va dans le sens d’une sécurité accrue. Je ne vois pas comment on peut, en toute modestie, contester l’argument de sécurité de ce montage.

2. Qu’est-ce que le bout dehors va impliquer sur les performances et la manoeuvrabilité d’un mini de série ?
- Le tangon pivotant va naturellement grandement améliorer la manoeuvrabilité des bateaux en évitant au skipper des allées et venues entre la plage avant, le cockpit, ce qui est toujours acrobatique sur ces petits bateaux.

Pour les performances, à voir... Les bateaux de série sont plus lourds et les spi asymétriques, s’ils permettent d’être plus efficaces et d’un peu plus lofer, encore faut-il que la vitesse du bateau augmente passablement pour compenser la perte vers la marque. Les Formules 18, par exemple, privilégient la vitesse, la vitesse et encore la vitesse par rapport au cap. Mais ce sont des catas !

3. Quel surcoût implique ce bout dehors pour un bateau neuf et pour un ancien bateau à mettre à la jauge ?
- L’achat d’un grand spi asymétrique ; encore que certains symétriques sont taillés assez plats et alors peut être que... Cela implique aussi la modification du balcon que nous n’avons pas chiffrée et pour cause.



A la une