SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Skipper

BLAKE Peter

Un homme lié à l’histoire de la voile du XXe siècle

jeudi 6 décembre 2001Christophe Guigueno

Peter Blake est devenu Sir Peter Blake le 19 novembre 1995 à la suite de sa victoire 5 à 0 face à l’Américain Dennis Conner en finale de la Coupe de l’America.

Après l’Australien John Bertrand, Peter Blake devenait par la même occasion le deuxième non-Américain a remporter le célèbre trophée. Pourtant, si le nom de Peter Blake est lié à celui de la Coupe de l’America, il a aussi exprimé ses talents de navigateur à bord de nombreuses machines, à une, deux ou trois coques, et sur toutes les mers du monde.


En 1973, il a vingt-cinq ans quand il embarque comme chef de quart sur Burton Cutter pour participer à la première course autour du monde en équipage, la Whitbread. Tous les quatre ans suivants, il s’engage à nouveau dans cette course qu’il remportera pour la première fois en 1989-90 avec le maxi monocoque rouge Steinlager.

Lors de la deuxième édition, en 1978-79, il est chef de quart sur Heath Condor où il rencontre Robin Knox-Johnston. Le légendaire navigateur en solitaire, vainqueur du Golden Globe en 1968, sera plus tard son second à bord d’Enza New Zealand. Mais nous n’y sommes pas encore. En 1980, il commence la campagne Ceramco New Zealand pour la troisième Whitbread. Après avoir remporté la Sydney-Hobart, il termine troisième du tour de monde.

Steinlager : un trimaran et un maxi

En 1985, il est à nouveau engagé sur le tour du monde, à la barre de Lion New Zealand. C’est à la suite de cette édition qu’il signe un contrat de sponsoring avec le brasseur néo zélandais qui l’accompagnera pendant plus de dix ans. Leur premier voilier est un multicoque : un trimaran de 60 pieds !

A la surprise générale, Peter Blake est un des premiers à disposer d’un trimaran de 60 pieds comme va bientôt l’imposer la nouvelle limite de longueur pour les courses au large. Dessiné par David Allan Williams, le voilier possède un large mât aile, des bras en X (coupés au niveau du cockpit) et de longs et larges flotteurs.

Steinlager est engagé sur le Tour de l’Australie, une épreuve qu’il survole. L’équipier de Peter Blake dans cette course en double s’appelle Mike Quilter. Il remportera The Race en 2000 à bord de Club Med. Ensuite, le voilier rejoindra l’Europe pour participer à la Route du Rhum aux mains de Loïck Peyron.

Le deuxième Steinlager est un nouveau maxi monocoque dessiné pour remporter la Whitbread. Blake remplit sa mission en trustant toutes les étapes de l’édition 1989-90. La période Whitbread se termine avec les honneurs, le géant (2,02 mètres) moustachu peut passer à un autre challenge, la Coupe de l’America. Avec un intervalle Jules Verne.

La Cup ‘Magic’ et le Jules Verne

En 1992, Mickeal Fay qui a bien failli remporter la Coupe lors de l’édition 1986 avec ses Kiwi Magic barrés par Chris Dickson fait appel au vainqueur de la Whitbread pour diriger le New Zealand Challenge. Il faut oublier le défi fou de 1988 lors duquel Fay a armé un monocoque géant et s’est fait ridiculiser par le catamaran Stars and Stripes. Mais les Kiwis s’inclinent en finale de la Louis Vuitton Cup face à Il Moro de Venezia de Paul Cayard et Raul Gardini.

En intermède, Blake rachète l’ancien catamaran Formule Tag dessiné par Nigel Irens pour le Canadien Mike Birch. Il s’élance en 1993 pour un première tentative contre le Trophée Jules Verne. Mais à l’entrée de l’océan indien, Enza New Zealand heurte un objet flottant et est contraint à l’abandon. Bruno Peyron qui est parti quasi en même temps poursuit sa route et boucle le tour en moins de 80 jours. Le record est maintenant à battre !

Un an passe et le Kiwi qui termine toujours ses défis s’engage à nouveau sur le record du tour du monde à la voile sans escale. Parti en même temps qu’Olivier de Kersauson, il bat le record de 5 jours et arrive à Brest dans la pire tempête qu’ai rencontrée le catamaran. Le nouveau temps de référence autour du monde devient 74 jours, 22 heures et 17 minutes à 14,7 noeuds de moyenne.

Il est temps de revenir sur la Coupe de l’America. Cap sur San Diego. Peter Blake est le grand patron du Team New Zealand. Ses Black Magic portent la palme blanche de la victoire sur leur bordé. En finale, il écrase Dennis Conner 5 à 0 et venge son pays de l’affront de la Cup 1988. La Nouvelle Zélande, pays de 3,5 millions d’habitants, devient le centre du monde de la voile, et ce, pour dix ans...

Des expéditions pour l’environnement

Mais s’il pense déjà à sa reconversion, sa mission n’est pas terminé et il veut être le premier à garder la Coupe dans son Pays. Il entame quand même des discutions avec la société du Commandant Cousteau pour prendre sa succession. Mais les deux partis se sépareront en juillet 2000 quand Blake crée BLAKExpeditions. Avant la défense de la Cup, il prend le temps de racheter Antartica, le monocoque conçu pour les expéditions polaires de Jean-Louis Étienne.

Nouveau millénaire et début de la trentième Coupe de l’America. Depuis cinq ans, les hommes de Blake ne se sont pas relâchés et ont accumulé entraînements sur entraînements. Russell Coutts, le barreur, est toujours considéré comme le plus grand barreur du monde. Mais la concurrence est rude. Jamais auparavant la Louis Vuitton, épreuve de sélection des challengers, n’a été aussi âpre. Et il n’y a pas eu de régate entre defender. La Nouvelle Zélande n’est pas l’Amérique. Un seul défi, uni. Mais un seul but : gagner !

En finale face aux Italiens de Prada, les Néo Zed ne font pas de quartier : 5 à 0. Encore ! Sir Peter Blake peut partir tranquille. La Cup reste à Auckland. Il a de nouveaux objectifs : s’occuper de l’environnement et communiquer sur la protection de l’eau dans le monde sous l’égide des Nations Unies.

Hélas, ce jeudi 6 décembre 2001, un groupe de pirates du fleuve amazone attaque un groupe de cinq hommes de l’Expédition. Peter Blake y est mortellement blessé. A 53 ans, les Néo Zélandais, le monde de la voile et le monde entier perd l’un des grands hommes du vingtième siècle.

Sir Peter Blake
- né le 1er octobre 1948 à Bayswater, Auckland NZL).
- 1973-74 : première Whitbread sur Burton Cutter
- 1988 : vainqueur du Tour de l’Australie avec le trimaran Steinlager
- 1989-1980 : vainqueur de la 5e Whitbread avec le maxi Steinlager
- 1994 : détenteur du Trophée Jules Verne avec Enza New Zealand
- 1995 : vainqueur de la Coupe de l’America à San Diego
- 2000 : conserve la Coupe de l’America à Auckland
- décédé le 6 décembre 2001 en Amazonie


Dans la même rubrique

Skipper : DE PAS Damien


A la une